Kama La Mackerel, "My Body is the Ocean"

Event

No automatic alt text available.

MY BODY IS THE OCEAN

An exhibition by Kama La Mackerel

Artist in Residence, P. Lantz Initiative for Excellence in Education and the Arts

May 3 - 17, 2017

Curriculum Resources Centre (1st floor), Faculty of Education, 3700 McTavish, H3A 1Y2

VERNISSAGE + PERFORMANCE

May 4, 2017

Vernissage 5-8pm

Performance 6:30-7:30pm

ACCESSIBILITY INFO:

The building is wheelchair accessible from the side entrance (north side of the building) where there are automatic doors. Wheelchair users can come through the Peel Street side of the building (3699 Peel St). The McTavish side is not accessible at the moment because of road construction.

For the past 8 months, multi-disciplinary artist and arts facilitator, Kama La Mackerel, has been in residence at the Faculty of Education at McGill University. During this time, Kama has worked on several creative and research projects each exploring the potential of artistic practices as resistance to colonial violence.

Amongst others, Kama has designed a series of 3 arts-based anti-oppression training workshops that she ran amongst students; she conceived and performed a 3-hour durational piece to engage with the ongoing trauma of microaggressions in institutions of learning; she curated SPEAK B(L)ACK, an all-Black performance night as part of Black History Month; she curated and hosted her annual QTBIPOC community show, The Self-Love Cabaret: l'amour se conjugue à la première personne; she developed the manuscript for her upcoming spoken-word one-woman show, also the title of her poetry collection, My Body Is the Ocean; she painted a series of water-colours inspired by poetic imagery from My Body Is The Ocean; she reclaimed public spaces through trans-positive affirmations through her textile installation “Remember Trans Power”; she worked on an audio-visual series on decolonization (in FR, with ENG subtitles) in collaboration with Le Délit, and she wrote a bunch of articles & spoke at galleries, universities and community dinners (audio recordings from some of these talks will soon be digitally released!)

Through this exhibition, you are invited to engage with some of the material developed by Kama during the course of this residency.

LIST OF WORK PRESENTED:

My Body Is the Ocean (performance: May 4, 6:30-7:30pm)

My Body Is the Ocean (water colour)

Remember Trans Power (textiles, acrylic)

UN/FREEZE (textiles, paper, metal wires)

Bois d’Ébène (textiles, paper, metal)

ARTIST BIO:

Kama La Mackerel is a tio’tia:ke/Montreal-based performer, writer, poet, story-teller, curator and multi-disciplinary artist whose work explores aesthetic practices as forms of resistance and/or healing for marginalized communities. Using photography, ​poetry​, textiles, performance and digital arts, Kama’s work is both deeply personal and political, articulating an anti-colonial praxis through cultural production. Kama is the co-founder of Qouleur, an annual arts festival and healing space by and for queer and trans artists of colour, and the founder & hostess of GENDER B(L)ENDER, Montréal’s monthly queer open stage. Kama was born in Mauritius, immigrated to India as a young adult, and has been living in tio’tia:ke/Montréal since 2012. Kama is presently working on her new one-woman spoken-word show, also the title of her upcoming poetry collection My Body Is the Ocean.

DESCRIPTION OF WORK PRESENTED:

PERFORMANCE

My Body Is the Ocean - new performances from the one-woman show.

May 4, 6:30-7:30pm

My Body Is the Ocean is a collection of lyric poems that braid together voices across lineages of Mauritian women, femmes, spirits and goddesses. Seeking healing from the trauma of plantation heritage, Kama La Mackerel uses her poetry to find new languages of love with which to repair the severed relationships of her family and her ancestries. Oscillating like waves between ocean & island, past & present, childhood & adulthood, rage & forgiveness, family history & colonial history, My Body Is the Ocean is a painful yet celebratory journey into a trans femme identity that refuses to be defined and confined to colonial gender narratives.

WATER COLOUR SERIES

My Body Is the Ocean is an aquarelle series that explores imagery from Kama La Mackerel’s poetry collection through water-colour. Through this series, the artist attempts to find “languages without words” with which to articulate the unnameable haunting of colonial pain and the ancestral longings for love & reconciliation.

TEXTILES SERIES

Remember Trans Power is a textile installation that reclaims public spaces through trans-positive affirmations. The series is painted on long stretches of silk that used to be saris that belonged to the artist’s mother: she wore them for years and then gifted them to the artist. This offering of femme clothing, from mother to daughter, was a moment of reconciliation that gestured at forgiveness after three decades of gendered violence.

In this series, Kama La Mackerel paints short, trans-positive affirmations on these saris, a couple of which have also acted as banners in the Montréal trans march. This series merges the personal into the political, it folds the public into the private: the banners occupy public space while holding the fabric of deeply personal acts of love & forgiveness.

The affirmations are kept simple and to the point, as a choice: in a contemporary context where the mainstream media sets the agenda for “the trans tipping point” discussions are often clouded with unnecessary debate while the message, for Kama La Mackerel is rather clear: PROTECT TRANS YOUTH. HONOUR TRANS ELDERS. LOVE FOR TRANS WOMEN OF COLOUR. REMEMBER TRANS POWER. CELEBRATE TRANS HISTORY.

INSTALLATIONS

UN/FREEZE is a 3-D installation that Kama La Mackerel created in November 2016 through an interactive 3-hour durational performance piece. UN/FREEZE explored the embodied and emotional reaction of “freezing” when experiencing a micro-aggression. By wearing chicken wires around her body to restrict her movements and very slowly moving her body through postures of discomfort, the artist instilled the hardness, pain and discomfort of the marginalized body in institutional spaces that are not safe.

The audience was invited to participate in the performance by writing testimonies of a time they experienced micro-aggressions within institutions. They rolled the testimonies and left them behind as part of the installation, which grew heavier with the stories as the performance progressed. The installation remains, beyond the performance, reminiscent of the ways that the trauma of micro-aggressions can inhabit marginalized bodies for long after their occurence.

Bois d’Ébène is both a 3-D piece and a wearable garment, made of left-over material traces from two performances. In August 2012, Kama La Mackerel performed “WHAT YOU LOOKING AT?” at La Centrale, Galerie Powerhouse (Montreal, QC). In this durational and interactive performance piece, she explored the figure of the fleur-de-lys to interrogate the ways in which trans and gender non-conforming bodies of colour are surveilled through racist, trans misogynist and nationalist gazes. In August 2016, she performed “Bois d’Ébène” at Fonderie Darling (Montreal, QC). In this piece she engages with Québec’s Slave history by grieving and conjuring the voices of the Slave ancestors on whose broken backs the modern nation was built. As part of these performances, the artist used paper cut-outs of fleur-de-lys as well as fabric cut-outs in shape of the map of Quebec. Bois d’Ébène is a femme armour made of the left-over cut-outs and other material from these performances. With this installation, Kama La Mackerel uses deconstruction as an aesthetic to critique nationalist discourses and to point to the fallacy of universalism and singular narratives characteric of nationalisms. (Bois d’Ébène is a piece from Kama La Mackerel’s From Thick Skin to Femme Armour project: http://femme-armour.tumblr.com/)

 


 

MON CORPS EST L’OCÉAN

Une exposition de Kama La Mackerel

Artiste en résidence

P. Lantz Initiative for Excellence in Education and the Arts

3 au 17 mai 2017

Bibliothèque des sciences de l’éducation (1er étage)

Faculté des sciences de l’éducation

Université McGill

3700 McTavish

H3A 1Y2

VERNISSAGE + PERFORMANCE

4 mai, 2017

Vernissage 5-8pm

Performance 6:30-7:30pm

INFORMATION CONCERNANT L’ACCESSIBILITÉ:

L’édifice est accessible aux personnes à mobilité réduite à travers l’entrée située sur le flanc nord du bâtiment, où il y a des boutons automatiques. Les personnes à mobilité réduite peuvent accéder l’entrée du côté de la rue Peel (3699 Peel St). Le côté de McTavish n’est pas accessible à cause des constructions sur ce côté de la rue.

Au cours des 8 derniers mois, l’artiste pluridisciplinaire et médiatrice en arts communautaires, Kama La Mackerel, a été en résidence à la Faculté des sciences de l’éducation à l'Université McGill. Durant cette période, Kama a développé plusieurs projets de recherche et de création qui explorent les pratiques artistiques comme résistance à la violence coloniale.

Entre autres, Kama a conçu une série de 3 ateliers en anti-oppression basés dans le pratiques d’art, et qu’elle a offert aux étudiant.e.s de McGill; elle a conçu et réalisé une performance de 3 heures sur le traumatisme continu des micro-agressions dans les établissements d’éducation; elle a organisé une soirée de performances dans le cadre du Mois de l'histoire des Noir.e.s; elle a programmé et animé son spectacle communautaire annuel avec des artist.e.s queer et trans racisé.e.s, «Le Self-Love Cabaret: l'amour se conjugue à la première personne»; elle a développé le manuscrit pour son prochain spectacle de spoken word, aussi le titre de sa collection de poésie, My Body Is the Ocean; elle a peint une série d’aquarelles inspirée par l'imagerie poétique de My Body Is The Ocean; elle a réclamé des espaces publics par l'intermédiaire de son installation textile “Remember Trans Power”; elle a travaillé sur une série audio-visuelle sur la décolonisation (en FR, avec des sous-titres ENG) en collaboration avec Le Délit, et elle a écrit des articles et a donné des conférences dans des galeries, des universités et lors de soupers communautaires (certaines de ces conférences ont été enregistrées et seront bientôt diffusées en ligne.)

À travers cette exposition, vous être invité.e.s à un engagement avec le corpus du travail développé par l’artiste lors de cette résidence.

LISTE DE TRAVAUX EXPOSÉS:

Mon corps est l’océan (performance: 4 mai, 6:30pm-7:30pm)

Mon corps est l’océan (aquarelle)

Remember Trans Power (textiles, acrylique)

UN/FREEZE (textiles, papier, grillage en métal)

Bois d’Ébène (textiles, papier, métal)

BIO:

Kama La Mackerel est écrivaine, poétesse, conteuse, commissaire et artiste pluridisciplinaire, basée à tio’tia:ke/Montréal. Son travail explore les pratiques esthétiques comme formes de résistance et/ou de guérison (“healing”) pour les communautés marginalisées. Utilisant la photographie, la poésie, les textiles, la performance et les arts numériques, le travail de Kama est à la fois profondément personnel et politique, articulant une pratique anti-coloniale à travers la production culturelle. Kama est la cofondatrice de Qouleur, un festival annuel d’arts et un espace communautaire pour les personnes queer et trans racisées, et elle est la fondatrice et l’animatrice de GENDER B(L)ENDER, le cabaret open-mic queer de Montréal. Kama est née à l'île Maurice et elle a d’abord émigré en Inde avant de s’installer à tio’tia:ke/Montréal en 2012. Kama travaille présentement sur son one-woman show de spoken word, My Body Is the Ocean, qui est aussi le titre de son recueil de poésie.

DESCRIPTION DES TRAVAUX EXPOSÉS:

PERFORMANCE

Mon corps est l’océan - nouvelles performances du show de spoken word.

4 mai, 6:30-7:30pm

My Body Is the Ocean est une collection de poésie lyrique qui tressent les voix entre les lignées des femmes, les voix spirituelles et les déesses féminines et mauriciennes. Dans une démarche de guérison des traumatismes sur une île ressentant la violence coloniale des plantations, Kama La Mackerel utilise la poésie pour trouver de nouvelles langues pour parler d’amour et pour réparer les relations rompues de sa famille et de ses ancêtres. Oscillant comme des vagues entre l’île et l’océan, le passé et le présent, l'enfance et l'âge adulte, la rage et le pardon, l'histoire familiale et l'histoire coloniale, Mon corps est l’océan, un voyage douloureux et festif dans une identité trans féminine qui refuse d'être défini par des récits coloniaux.

SÉRIE DE PEINTURES AQUARELLES

Mon corps est l’océan est une série de peintures à l’eau qui explore l’imagerie du recueil de poésie de Kama La Mackerel. Avec cette série, l'artiste essaie de trouver des «langues sans mots» pour articuler l’hantise de la douleur coloniale et des désirs ancestraux d’amour et de réconciliation.

SERIES TEXTILES

Remember Trans Power est une installation textile qui réclame les espaces publics grâce à des affirmations trans positives. La série est peinte sur des étendues de soie qui sont des saris qui appartenaient à la mère de l'artiste: elle les a porté pendant des années et les a offert à l’artiste. Ce don de vêtements féminins, de mère en fille, représente un moment de réconciliation et de pardon après des années de violence genrée.

Dans cette série, Kama La Mackerel peint des affirmations courtes et trans positives sur ces saris, dont plusieurs ont également servi des banderoles à la marche trans de Montréal, Euphorie dans le genre. Cette série fusionne ainsi le personnel dans le politique, elle plie le public dans le privé: ces banderoles occupent l'espace public tout en conservant le tissu d'actes profondément personnels d'amour et de pardon.

Les affirmations sont délibérément simples, claires et directes: dans un contexte contemporain où les médias mainstream établissent les points de discussions du «trans tipping point», discussions qui sont souvent floues et pleines de “derailing,” le message pour Kama La Mackerel est plutôt clair: PROTÉGEONS LA JEUNESSE TRANS. HONORONS LES AÎNÉ.E.S TRANS. AIMONS LES FEMMES TRANS RACISÉES. COMMÉMORONS LE TRANS POWER.. CÉLÉBRONS L’HISTOIRE DE LA RÉSISTANCE TRANS.

INSTALLATIONS

UN / FREEZE est une installation 3-D que Kama La Mackerel a créée en novembre 2016 à travers une performance interactive d’une durée de 3 heures. UN / FREEZE explore la réaction incarnée et émotionnelle du «freezing» lors d'une micro-agression. En portant du grillage métallique autour de son corps , le mouvement restraint, l’artiste déplace très lentement son corps d’une posture inconfortable à une autre. L’artiste inculque ainsi la dureté, la douleur et l'inconfort du corps marginalisé dans des espaces institutionnels qui ne sont pas sécuritaires.

Le public été invité à participer à la performance en écrivant des témoignages d’une micro-agression vécue au sein d’une institution. Les participant-es ont par la suite enroulé leur témoignage et les ont laissés derrière dans le cadre de l’installation dont le poids augmente avec chaque témoignage. L'installation reste, au-delà de la performance, nous rappelant que les traumatismes des micro-agressions peut habiter les corps marginalisés pendant longtemps.

Bois d'Ébène est à la fois une installation 3-D et un vêtement, composé de fragments et de traces restantes de deux performances. En août 2012, Kama La Mackerel présente la performance “WHAT YOU LOOKING AT?” à La Centrale, Galerie Powerhouse (Montréal, QC). Dans cette prestation interactive de longue durée, elle figure le fleur-de-lys pour interroger la manière dont les corps racisées trans et non-binaires sont scrutés par des regards racistes, trans misogynes et nationalistes. En août 2016, elle présente “Bois d'Ébène” à La Fonderie Darling (Montréal, QC). Dans cette performance, l’artiste articule un engagement avec l’histoire esclavagiste du Québec en se lamentant, en gémissant pour conjurer les voix des ancêtres esclaves qui ont été détruit-e-s dans la construction de l’état nation. Dans le cadre des ces performances, l’artiste a utilisé des découpages en papier en fleur de lys et des découpes de tissus en carte du Québec. Bois d’Ébène est une armure féminine composée de débris et de traces de ces performances. Dans cette installation, Kama La Mackerel se sert de la déconstruction comme esthétique pour critiquer l’universalisme et la fausse singularité des discours nationalistes (Bois d'Ébène fait partie du projet peaux épaisses//armures féminines de l’artiste: http://femme-armour.tumblr.com/)