Directives sanitaires à l’intention des employés

Les employés de l’Université McGill trouveront ci-après la marche à suivre dans les cas suivants : présence de symptômes ou diagnostic de COVID-19, risque élevé de complications ou inquiétudes liées au milieu de travail.

Toutes les personnes étudiant ou travaillant à l’Université McGill sont tenues de lire et de suivre les directives sanitaires. Les employés qui sont aussi étudiants doivent consulter également les Directives sanitaires à l’intention des étudiants de l’Université McGill.

Si vous présentez des symptômes de la COVID-19 ou que vous avez reçu un résultat de dépistage positif

Répondez au questionnaire sur le Processus de déclaration de la COVID-19 de McGill pour connaître la marche à suivre.

Si vous avez reçu un diagnostic

Si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19, vous devez remplir le formulaire Confirmation de maladie et le faire parvenir par courriel à disability.hr [at] mcgill.ca. L’unité Gestion de l’invalidité des RH communiquera avec vous pour prendre les dispositions nécessaires. Vous pouvez mettre vos collègues au courant de votre diagnostic, mais rien ne vous y oblige, à moins qu’un professionnel de la santé vous demande nommément de le faire.

Exception : Vous n’avez pas à remplir le formulaire Confirmation de maladie pour signaler votre absence dans les cas suivants :

  • vous n’êtes pas venu sur le campus au cours des 48 heures* précédant l’apparition des symptômes (ou la date du test de dépistage, si vous êtes asymptomatique); ET
  • vous pouvez continuer de travailler de la maison.

* En septembre 2020, la Santé publique de Montréal a modifié ses consignes. Elle préconise désormais la recherche de personnes qui ont été en contact avec une personne infectée dans les 48 heures – contre sept jours auparavant – précédant l’apparition de ses symptômes ou la date à laquelle elle a passé le test de dépistage, si elle est asymptomatique.

Retour sur le campus

Si vous avez eu des symptômes ou obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID‑19, votre période d’isolement obligatoire se termine lorsque vous satisfaites aux trois conditions suivantes :

  1. au moins 10 jours se sont écoulés depuis :
    • l’apparition des symptômes, si vous en avez eu, OU
    • la date du test de dépistage, si vous avez reçu un résultat positif, mais n’avez pas eu de symptômes;
  2. vous êtes exempt de symptômes depuis au moins 24 heures;
  3. vous êtes exempt de fièvre depuis au moins 48 heures.

Important : Si vous avez des symptômes ou faites de la fièvre le quatorzième jour, vous devez demeurer en isolement jusqu’à ce que vous ayez été exempt de symptômes pendant au moins 24 heures et de fièvre pendant au moins 48 heures.

Si ces consignes diffèrent de celles de votre médecin, vous devrez bien sûr suivre à la lettre les recommandations de ce dernier.

Employés immunodéprimés ou à haut risque

La COVID-19 risque davantage d’entraîner des complications chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, ou chez celles qui sont atteintes de certaines maladies chroniques ou âgées de 70 ans ou plus.

Nous demandons aux employés visés de travailler de la maison s’ils peuvent s’acquitter de la totalité de leurs fonctions à distance, conformément aux recommandations du gouvernement.

Si l’Université juge que :

  1. le télétravail n’est pas possible; ou
  2. que vous devez accomplir des fonctions et des activités indispensables sur le campus;

votre cas doit faire l’objet d’une évaluation et les renseignements sur votre état de santé doivent être transmis à disability.hr [at] mcgill.ca.

S’il est établi que :

  1. la maladie ne vous expose pas à un risque de complications, l’Université vous demandera de retourner travailler sur le campus.
  2. la maladie vous expose à un risque de complications en cas de COVID-19, les mesures ci-après peuvent être prises :
    • L’Université se doit de mettre en place les mesures recommandées par la Direction de la santé publique (DSP) sur le lieu de travail, et vous devez les respecter. Si vous avez des motifs raisonnables de croire que votre milieu de travail met votre santé en danger, vous pouvez exercer votre droit de refus de travailler, conformément à l’article 12 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) (consultez la section sur le refus de travailler).
    • L’Université peut décider de vous attribuer d’autres tâches. Ce changement doit se faire en collaboration avec les Ressources humaines ou les Relations de travail et relations avec les employés.
    • Vous avez le droit de rester au travail, à condition que vous ayez été bien informé des risques liés à votre travail et que l’Université ait pris toutes les mesures nécessaires pour prévenir la propagation de la COVID-19 au travail.
    • Si l’Université estime ne pas être en mesure de prendre les dispositions nécessaires pour garantir votre sécurité sur le lieu de travail, vous serez invité à prendre des jours de congé annuel, des heures supplémentaires en réserve, des jours de congé mobile ou des jours de congé autorisé sans salaire, conformément aux politiques de l’Université.

Refus de travailler pour des raisons de santé et de sécurité

Nous continuons d’offrir un milieu de travail sûr. Nous avons mis en place des mesures ayant pour but de limiter la propagation du virus. Nous demandons donc à tous nos employés qui se présentent au travail d’appliquer les recommandations sanitaires

L’employé ayant des motifs raisonnables de croire que son milieu de travail l’expose à un danger pour sa santé peut engager une procédure de refus de travail en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. La Loi prévoit qu’un travailleur a le droit de refuser d’exécuter un travail s’il a des motifs raisonnables de croire que l’exécution de ce travail l’expose à un danger pour sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique ou peut avoir l’effet d’exposer une autre personne à un semblable danger.

Nous vous invitons à parler de votre situation et de vos préoccupations avec votre supérieur avant ou au moment d’engager une procédure de refus de travail afin de voir si des mesures de sécurité supplémentaires pourraient être mises en place pour accroître la sécurité du milieu de travail.

Le supérieur immédiat doit consigner la procédure de refus de travail par écrit. Un refus de travail ne s’appuyant pas sur des motifs raisonnables peut être considéré comme une absence injustifiée. Les superviseurs et les gestionnaires appelés à gérer une telle situation doivent consulter les Ressources humaines.

Back to top