Quick Links

Une nouvelle étude du CUSM établit que les crises cardiaques reliées au Vioxx peuvent se produire dans les deux premières semaines d'usage du médicament

Nouvelles

Publié: 2 Mai 2006

Le quart des patients qui subissent une crise cardiaque sous Vioxx le font au cours des deux premières semaines de prise du médicament, selon ce qu'indique une nouvelle étude publiée par des chercheurs du CUSM.

Le quart des patients qui subissent une crise cardiaque sous Vioxx le font au cours des deux premières semaines de prise du médicament, selon ce qu'indique une nouvelle étude publiée par des chercheurs du CUSM. Cette recherche, qui paraît dès aujourd'hui dans l'édition en ligne du Journal de l'Association médicale canadienne (JAMC), établit que les risques cardiovasculaires reliés à l'usage du Vioxx peuvent se réaliser beaucoup plus tôt qu'on le croyait jusqu'ici.

" Notre étude antérieure sur les inhibiteurs de la COX-2, notamment le Vioxx et le Celebrex, évaluait s'il y avait une élévation du risque de crise cardiaque concomitante à l'usage de ces médicaments; la réponse était affirmative pour le Vioxx ", dit Linda Lévesque, étudiante au doctorat au département d'Épidémiologie et de Biostatistique de l'Université McGill, chercheuse au CUSM à Montréal et auteure principale de la nouvelle étude. " L'étude actuelle évaluait le comportement du risque cardiovasculaire chez des personnes âgées du Québec sur une période de trois ans, de manière à établir l'évolution dans le temps de ce risque. "

Linda Lévesque, en collaboration avec le Dr James Brophy, cardiologue-épidémiologiste, directeur de l'Unité d'évaluation des technologies au CUSM et professeur agrégé de Médecine à l'Université McGill, et Bin Zhang, étudiant au doctorat au département d'Épidémiologie et de Biostatistique, a trouvé que le risque de crise cardiaque causé par le Vioxx est beaucoup plus rapide que ce qui était reconnu jusqu'ici. " Chez le quart des sujets de notre étude qui ont subi un infarctus du myocarde aigu, la crise est survenue dans un délai de deux semaines de leur première ordonnance de Vioxx ", dit Linda Lévesque.

" Le risque cardiovasculaire supplémentaire imputable au Vioxx diminue en fonction de la durée d'usage, ce qui laisse entendre que la période cruciale de susceptibilité chez la plupart des sujets qui prennent du Vioxx se situerait plus tôt qu'on le croyait auparavant ", a noté Linda Lévesque. L'étude documente aussi le retour à la normale du risque cardiovasculaire un mois après l'arrêt du médicament.

Le Vioxx a été retiré du marché sur une base volontaire le 30 septembre 2004, au terme d'une étude qui indiquait que le médicament doublait le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral après 18 mois d'usage. L'étude du CUSM est la première qui aborde directement la question du délai de réalisation du risque cardiovasculaire associé aux inhibiteurs de la COX-2.

" Cette étude apporte de nouveaux renseignements importants sur la façon dont les inhibiteurs de l'enzyme COX-2 tels que Vioxx affectent le coeur ", affirme le Dr Peter Liu, directeur scientifique de l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire des IRSC. " Les médecins doivent peser soigneusement les risques et les avantages et aider les patients à reconnaître tout nouveau symptôme lorsqu'ils commencent à prendre ces médicaments. Nous sommes ravis que cette recherche menée au Centre universitaire de santé McGill puisse nous aider à améliorer la santé de la population canadienne ".

Linda Lévesque est actuellement professeure adjointe dans le Département de la Santé de Communautaire et Épidémiologie à l'Université Queen's. L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR du CUSM) est un centre de recherche hospitalo-universitaire de réputation mondiale dans les sciences biomédicales et les sciences de la santé. Établi à Montréal, au Québec, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l'Université McGill. L'Institut compte plus de 500 chercheurs, près de 1 000 étudiants diplômés et postdoctorants et plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique. L'Institut de recherche est à l'avant-garde des connaissances, de l'innovation et de la technologie. La recherche de l'Institut est étroitement liée aux programmes cliniques du CUSM, ce qui permet aux patients de bénéficier directement des connaissances scientifiques les plus avancées. Pour de plus amples renseignements, consulter le site web.

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est un centre hospitalier universitaire intégré, reconnu à l'échelle internationale pour l'excellence de ses programmes cliniques, de sa recherche et de son enseignement. Il est issu de la fusion de cinq hôpitaux d'enseignement affiliés à la Faculté de médecine de l'Université McGill : l'Hôpital de Montréal pour enfants, l'Hôpital général de Montréal, l'Hôpital Royal Victoria, l'Hôpital et l'Institut neurologiques de Montréal et l'Institut thoracique de Montréal. Misant sur le leadership médical acquis des hôpitaux fondateurs, le CUSM a pour objectif d'assurer aux patients des soins fondés sur les connaissances les plus avancées dans le domaine de la santé et de contribuer au progrès des connaissances.

Coordonnées

Contact: Ian Popple
Organisation: Relations publiques et Communications, CUSM
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-934-1934 ext. 36419
Site de source: /channels
Classification: