La fertilité et la foi

Nouvelles

Publié: 11juin2009

La technologie et la tradition s’unissent pour permettre à un plus grand nombre de couples d’accéder à des traitements de fertilité au CUSM

Avoir des enfants est un bonheur que la plupart des couples espèrent éprouver un jour. Cependant, pour certains d’entre eux, ce bonheur demeure insaisissable du fait de problèmes de fertilité. De dire le Dr Hananel Holzer, expert en matière de fertilité du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) : « Si nous avons les moyens technologiques qui nous permettent d’aider la plupart des couples à concevoir, pour rendre cette technologie accessible à toutes les cultures, nous devons la situer dans le contexte de leurs traditions et de leurs valeurs. Plusieurs groupes culturels ou religieux permettent aux couples d’avoir recours à la technologie de la fertilisation in vitro (FIV) pour autant que certaines conditions soient réunies et suivies. Il nous incombe de faire en sorte que tel soit le cas. »

À titre d’exemple, certains patients musulmans exigent que seules des médecins de sexe féminin interviennent dans la procédure de FIV. De dire le Dr Holzer, qui est professeur de médecine au département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université McGill : « On nous a aussi demandé de dire des prières au moment de la fertilisation, demande à laquelle nous sommes heureux d’acquiescer. »

La communauté juive orthodoxe a également des besoins particuliers. Le centre de reproduction McGill a travaillé en étroite collaboration avec le rabbin Weiss, chef du Conseil de la communauté juive de Montréal, afin d’élaborer le programme d’observation. Constituant une première en son genre au Canada, ce programme a été conçu spécifiquement pour permettre aux membres de la communauté juive d’accéder aux traitements les plus modernes en matière de fertilité, sans pour autant porter atteinte à l’intégrité de leurs normes religieuses et culturelles.

De dire le Dr Holzer : « Dans le judaïsme, le Halachah impose que certaines conditions soient réunies, à l’égard de nombreux aspects de la vie. Si plusieurs connaissent le concept des aliments caschers, tous ne sont pas conscients du fait que les lois juives tracent également des lignes directrices claires en matière de reproduction. Nous avons posé de nombreux gestes pour nous assurer de combler les besoins de cette communauté en particulier. Des observateurs spéciaux ont été dûment formés de sorte qu’ils puissent comprendre les lois religieuses, en ce qu’elles s’appliquent au domaine de la reproduction assistée. La communauté juive a également fait l’achat de bacs de congélation spéciaux pour les œufs ainsi que d’incubateurs destinés à l’entreposage des embryons. »

Le Dr Holzer jouit d’une vaste expérience de travail en étroite collaboration avec la communauté orthodoxe et ultra orthodoxe en Israël, où il était directeur adjoint du département de FIV à l’Hôpital Hadassah. De dire celui-ci : « Lorsque je suis arrivé à Montréal, il allait de soi qu’il convenait de mettre en place, ici, le même service, avec la collaboration du rabbin Weiss, qui est un érudit absolument exceptionnel. »

Directeur du Centre de reproduction McGill en plus d’être obstétricien et gynécologue en chef du CUSM, le Dr Seang Lin Tan vante l’initiative du Dr Holzer. De dire celui-ci : « Ce programme constitue un magnifique exemple de collaboration entre le CUSM et notre communauté, pour les meilleurs intérêts de nos patients. En respectant les lois religieuses et en nous adaptant aux sensibilités culturelles, nous avons permis à un plus grand nombre de personnes d’éprouver le bonheur de devenir parents. »

Cette nouvelle s’inscrit dans la foulée d’une récente décision du gouvernement du Québec qui décidait de financer les traitements de fertilité. En vertu de cette décision, il sera désormais plus facile d’avoir recours à l’approche des technologies de reproduction pour constituer une famille. Pour en apprendre plus sur le Centre de reproduction McGill, le programme d’observation et le plan tracé par le gouvernement en matière de financement des traitements de fertilité, nous vous invitons à consulter le site suivant : www.mcgillivf.com

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est un centre hospitalier universitaire intégré, reconnu à l'échelle internationale pour l'excellence de ses programmes cliniques, de sa recherche et de son enseignement. Les hôpitaux partenaires sont : l'Hôpital de Montréal pour enfants, l'Hôpital général de Montréal, l'Hôpital Royal Victoria, l'Hôpital et l'Institut neurologiques de Montréal, l'Institut thoracique de Montréal et l'Hôpital de Lachine. Le CUSM a pour objectif d'assurer aux patients des soins fondés sur les connaissances les plus avancées dans le domaine de la santé et de contribuer au progrès des connaissances. www.cusm.ca

 

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la personne suivante :

Ian Popple
Coordinateur des communications
Relations publiques et communications du CUSM

514-843-1560ian.popple [at] muhc.mcgill.ca" target="_blank">
ian.popple [at] muhc.mcgill.ca

Back to top