L’émission d’aérosols en Asie orientale est liée à la consommation dans les pays développés

Nouvelles

Le commerce international déplace l’impact climatique des régions consommatrices vers les régions productrices
Publié: 6sep2016

L’influence de la pollution de l’air sur le climat en Asie orientale découle en bonne partie de la consommation dans les pays développés d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord. C’est ce qui ressort de travaux de recherche codirigés par le professeur Yi Huang, expert en sciences atmosphériques à l’Université McGill.

Dans un article publié en ligne cette semaine dans Nature Geoscience, le Pr Huang et ses collègues de Chine, des États-Unis et du Royaume-Uni indiquent que le commerce international déplace l’impact climatique des aérosols – particules solides ou liquides en suspension dans l’air – des pays consommateurs nets vers les pays producteurs nets.

Par comparaison aux gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, les aérosols attribuables à la production industrielle ou à la combustion fossile demeurent généralement dans l’atmosphère pendant des périodes relativement courtes, soit quelques jours ou quelques semaines. C’est donc habituellement dans la région où ils sont émis que leur influence sur le climat est la plus grande.

Lien peu reconnu

« Notre étude a révélé un lien fort, quoique peu reconnu, entre la consommation, le commerce et les conséquences environnementales et climatiques », indique le Pr Huang. « Certes, la pollution mondiale provient surtout des pays en développement. Mais c’est la demande étrangère qui est à l’origine d’une grande partie de la production de biens et de la pollution qui en découle. »

Les aérosols dans l’atmosphère renvoient ou absorbent les rayons solaires et contribuent ainsi aux changements climatiques, phénomène connu sous le nom de « forçage radiatif ». Certains aérosols, comme les aérosols de sulfate, peuvent avoir un effet de refroidissement, alors que d’autres, comme le carbone noir, ont un effet de réchauffement. Des études antérieures ont montré le rôle du commerce international dans la redistribution des aérosols, mais l’effet de cette redistribution sur le climat n’avait pas été quantifié.

Le Pr Huang et ses collègues ont estimé les émissions d’aérosols liées à la production et à la consommation de biens et de services dans 11 régions du monde. Ils ont ensuite comparé le forçage radiatif des aérosols liés à la production au forçage radiatif des aérosols liés à la consommation.

Tendances divergentes

Les chercheurs ont observé qu’en Asie orientale, grande région exportatrice nette de biens fortement associés à des émissions, le forçage radiatif attribuable à la production de biens était nettement plus important que le forçage radiatif lié à la consommation. Dans les pays importateurs nets d’Europe de l’Ouest, d’Amérique du Nord et d’Océanie, les chercheurs ont observé la tendance opposée : le forçage radiatif lié à la consommation de biens est beaucoup plus grand que celui qui est lié à la production de biens.

Malgré des politiques strictes en matière d’émissions dans les pays développés, les émissions de nombreux polluants sous forme d’aérosol ont augmenté au cours des dernières années à l’échelle mondiale. Par conséquent, « il faudra peut-être tenir compte des émissions incorporées au commerce », écrivent les chercheurs. Par exemple, les programmes de transfert technologique élaborés dans le cadre du protocole de Kyoto pourraient être élargis pour inclure la pollution sous forme d’aérosol en plus des gaz à effet de serre. De plus, avancent les chercheurs, les décideurs des pays en développement pourraient évaluer dans quelle mesure les coûts du resserrement de la réglementation locale en matière d’environnement pourraient être transférés aux consommateurs des régions importatrices nettes.

« On pourrait logiquement se demander quelle est la meilleure façon de distribuer la production des biens afin de réduire au minimum la pollution et le forçage climatique dans le monde », ajoute le Pr Huang. « Voilà une grande question sans réponse pour l’instant, mais qui pourrait être examinée à partir du cadre et des idées présentés dans cette étude. »

------------

La présente étude a été financée par la Fondation nationale des sciences naturelles de la Chine, le programme 973, le Fonds mondial pour la nature, la NASA (National Aeronautics and Space Administration), le Programme national de R et D de Chine, le Conseil de recherche économique et social du Royaume-Uni et le Conseil de recherche en environnement.

L’article « Global climate forcing of aerosols embodied in international trade », par Jintai Lin et coll., a été publié en ligne le 5 septembre 2016 dans la revue Nature Geoscience.
http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo2798.html
http://dx.doi.org/10.1038/ngeo2798

 

Coordonnées

Contact: 
Yi Huang
Organisation: 
Department of Atmospheric & Oceanic Sciences
Courriel: 
yi.huang [at] mcgill.ca

Secondary Contact Information

Contact: 
Chris Chipello
Organisation: 
Relations avec les médias
Secondary Email: 
christopher.chipello [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514-398-4201
Mobile Phone: 
514-717-4201
Back to top