Intelligence artificielle: Contexte parfait pour Montréal

Nouvelles

« Cette fois, ce qui est différent des autres phases d’excitation, c’est l’apprentissage profond. On ne parle plus d’espoirs, on parle d’algorithmes qui fonctionnent présentement et qui ont permis d’améliorer de façon significative plusieurs fonctions réalisées par des ordinateurs, comme la reconnaissance d’objets dans des images ou la reconnaissance de la parole. Et là, on s’en va vers la traduction. » 
Denis Thérien, professeur au département d’informatique de l’Université McGill et vice-président aux partenariats à l’Institut canadien de recherche avancée (ICRA). 

Lire la suite: La Presse