Quick Links

Autisme : risque accru chez les bébés très prématurés

Nouvelles

Publié: 4 Avr 2008

Des résultats préliminaires laissent croire que 25 % des nouveau-nés dont le poids à la naissance est extrêmement bas démontrent des signes de l'autisme

Des résultats préliminaires laissent croire que 25 % des nouveau-nés dont le poids à la naissance est extrêmement bas démontrent des signes de l'autisme

Les nouveau-nés très prématurés dont le poids à la naissance est peu élevé sont plus susceptibles de démontrer des signes préliminaires de l'autisme, selon une étude menée par des chercheurs de l'Université McGill avec des confrères de l'hôpital pour enfants de Boston, du Brigham and Women's Hospital et de l'école de médecine de Harvard. L'étude a été publiée dans le bulletin Pediatrics le 3 avril, première Journée mondiale de l'autisme, et a été largement diffusée partout dans le monde, en même temps que l'événement.

« On sait que les nouveau-nés extrêmement prématurés affichent une prévalence élevée aux difficultés d'apprentissage, d'attention et de comportement », a déclaré la Dre Catherine Limperopoulos, auteure principale de l'étude qui a été menée dans les deux hôpitaux de Boston. « Nos découvertes suggèrent que des tests de dépistage précoces des symptômes de l'autisme pourraient être justifiés au sein de cette population. Advenant que les tests de dépistage de ces enfants soient positifs, il faudrait effectuer un test de diagnostic de suivi pour le spectre des troubles de l'autisme. »

L'autisme est un désordre du développement du cerveau qui réduit l'interaction et la communication sociales, et qui entraîne un comportement restreint et répétitif, le tout débutant avant que l'enfant n'ait atteint l'âge de trois ans. Il s'agit du désordre du comportement qui connaît la croissance la plus rapide dans le monde, affectant un enfant sur 150.

L'étude longitudinale a porté sur 91 nouveau-nés prématurés qui pesaient moins de 1500 grammes à la naissance. Les nouveau-nés ont fait l'objet d'études conventionnelles d'imagerie par résonance magnétique avant d'obtenir leur congé de l'unité de soins intensifs néonatals. Des données démographiques, prénatales et perinatales pertinentes, ainsi que des données sur l'évolution à court terme ont été recueillies et des évaluations de suivi ont été effectuées sur la totalité des bébés une fois atteint l'âge de 22 mois. Les résultats de l'étude ont démontré que les tests de dépistage de l'autisme de 25 % des enfants évalués étaient positifs.

Les facteurs de risque associés à une plus grande incidence de résultats positifs à des tests d'autisme comprenaient l'infection de la mère et des saignements importants pendant l'accouchement, la gravité de la maladie du bébé après la naissance, le poids peu élevé à la naissance et l'âge gestationnel, l'infection prénatale et des résultats anormaux aux tests d'imagerie de résonance magnétique. Les garçons ont généré un nombre plus élevé de tests positifs de dépistage de l'autisme que les filles, ce qui corrobore des études antérieures soulignant une association significative entre les désordres du spectre de l'autisme et le sexe masculin.

Bien que les découvertes soient significatives, les chercheurs insistent sur le fait que leurs résultats sont préliminaires, basés sur un échantillon relativement petit et qu'ils dépendent d'un test de dépistage qui identifie les nouveau-nés qui devraient subir des tests diagnostics définitifs de l'autisme, mais qui ne diagnostique pas directement l'autisme.

« Cette recherche a été effectuée au sein d'une population sélectionnée à risque élevé de nouveau-nés très prématurés et en aucun cas nous ne voudrions insinuer que tous les bébés prématurés risquent d'être atteints d'autisme », a déclaré la Dre Limperopoulos, des Départements de neurologie, de neurochirurgie et de pédiatrie, et de l'École de physiothérapie et d'ergothérapie de McGill. « Il n'est pas encore clair si ces résultats initiaux sont transitoires ou s'ils persisteront chez ces enfants à mesure qu'ils vieilliront. »

Site de source: /newsroom
Classification: