La légalisation du mariage entre personnes de même sexe associée à une réduction des préjugés homophobes aux États-Unis

Nouvelles

La diminution des préjugés a été plus radicale dans les États où une loi a été adoptée localement
Publié: 15avr2019

Aux États-Unis, une nouvelle étude sur l’évolution des mentalités au sujet du mariage entre personnes de même sexe laisse entendre que la législation des États a eu des répercussions significatives sur la réduction des préjugés homophobes dans de nombreux endroits du pays.

 

Publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ces résultats démontrent qu’une politique publique peut forger les normes sociales et modifier les mentalités individuelles, explique Eric Hehman, auteur principal de l’étude et professeur au Département de psychologie de l’Université McGill.

 

En 2004, le Massachusetts a été le premier État des États-Unis à légaliser le mariage entre personnes de même sexe. Au cours des années suivantes, 34 autres États ainsi que Washington, D.C. lui ont emboîté le pas, avant que le jugement de la Cour suprême, en juin 2015, autorise finalement le mariage de personnes de même sexe dans l’ensemble du pays. Dès lors, selon les sondages, le soutien au mariage de personnes de même sexe n’a fait que se renforcer.

 

Eric Hehman, qui se spécialise dans la façon dont les gens, individuellement, se perçoivent mutuellement et sur l’influence que les stéréotypes et les préjugés peuvent avoir sur leur comportement, a voulu mesurer les conséquences de la législation des États sur les préjugés homophobes.

 

« L’idée selon laquelle les normes modèlent les attitudes existe depuis de nombreuses années en psychologie sociale », explique Eric Hehman. « Nous avons voulu vérifier si les lois et politiques pouvaient également faire force de normes, et ainsi éventuellement modifier des préjugés très répandus. »

 

Depuis la légalisation du mariage entre personnes de même sexe dans différents États sur une période de 11 ans, l’équipe d’Eric Hehman a réussi à cartographier des tendances en matière de préjugés homophobes.

 

Grâce à la géolocalisation des réponses au projet Implicite, un site Web lancé en 2002 qui mesure les préjugés des répondants, Eugene Ofosu, un étudiant de cycle supérieur qui travaille avec le Pr Hehman, a analysé par région l’évolution des préjugés homophobes de plus d’un million de répondants sur une période de 12 ans. Les chercheurs ont effectué une comparaison de ces tendances avant et après la légalisation du mariage entre personnes de même sexe dans chaque État.

 

Même si la tendance en matière de préjugés, tant implicites qu’explicites, contre la communauté gaie était soit stable, soit en régression avant la légalisation du mariage entre personnes de même sexe, les chercheurs ont constaté qu’une législation favorable à cette population marginalisée entraînait une baisse des préjugés homophobes à peu près deux fois plus rapide qu’avant.

En revanche, dans les 15 États qui n’avaient pas légalisé le mariage entre personnes de même sexe, Eric Hehman a constaté un « retour de balancier ». En effet, dans ces États, les préjugés homophobes ont augmenté juste après la décision de la Cour suprême de légaliser le mariage de personnes de même sexe dans l’ensemble du pays.

Selon le Pr Hehman, l’une des explications possibles est que malgré l’évolution des mentalités vers une plus grande acceptation du mariage de personnes de même sexe, on n’avait pas encore atteint une masse critique de soutien dans ces États pour que la majorité des citoyens acceptent le jugement fédéral.

L’étude laisse aussi entendre que les mentalités et la législation pourraient se renforcer mutuellement : ainsi, l’évolution des mentalités en faveur du mariage de personnes de même sexe pourrait avoir servi d’impulsion pour la légalisation de ce dernier, tant à l’échelle des États qu’à l’échelle fédérale.

« En d’autres termes, les gouvernements représentatifs peuvent contribuer au changement des mentalités des citoyens ou même intensifier ce dernier quand ils font adopter des lois », indique Eric Hehman. « Nous disposons d’éléments démontrant que les lois sont à l’origine de ce changement en matière de préjugés, mais il est possible que cet effet puisse aller dans les deux sens. »

L’article « Same-Sex Marriage Legalization Associated with Reduced Implicit and Explicit Anti-Gay Bias », Eugene K. Ofosu et coll., sera publié dans PNAS le 15 avril 2019.

Coordonnées

Contact: 
Justin Dupuis
Organisation: 
Relations avec les médias
Courriel: 
justin.dupuis [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514-398-6751
Mobile Phone: