McGill Alert / Alerte de McGill

Updated: Fri, 07/12/2024 - 12:16

McGill Alert. The downtown campus will remain partially closed through the evening of Monday, July 15. See the Campus Safety site for details.

Alerte de McGill. Le campus du centre-ville restera partiellement fermé jusqu’au lundi 15 juillet, en soirée. Complément d’information : Direction de la protection et de la prévention

Nouvelles

Faibles niveaux de pollution atmosphérique : plus mortels qu’on le croit

Une étude laisse entendre que les particules fines causeraient 1,5 million de décès prématurés de plus chaque année
Publié: 8 November 2022

Selon les estimations les plus récentes (2016) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 4,2 millions de personnes meurent prématurément chaque année à cause d’une exposition prolongée à la pollution de l’air extérieur par les particules fines (souvent appelées PM2,5). Toutefois, une étude récente à laquelle a participé une équipe de recherche de l’Université McGill semble indiquer que le nombre annuel mondial de décès attribuables aux PM2,5 présentes à l’extérieur serait beaucoup plus élevé qu’on le croyait. En effet, l’équipe a constaté que le risque de mortalité était élevé même lorsque le taux de PM2,5 à l’extérieur était très faible; de tels taux n’avaient pas été considérés comme potentiellement mortels auparavant. Ces toxines microscopiques causent toutes sortes de maladies cardiovasculaires et respiratoires et de cancers.

« Nous avons constaté que les PM2,5 présentes à l’extérieur seraient responsables de 1,5 million de décès de plus chaque année dans le monde en raison des effets de très faibles concentrations dont on ne tenait pas compte auparavant », explique Scott Weichenthal, professeur agrégé au Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de l’Université McGill et auteur principal de l’article publié récemment dans Science Advances.

Des données canadiennes font progresser les connaissances sur les effets de la pollution

L’équipe de recherche en est arrivée à cette conclusion en réunissant des données recueillies pendant 25 ans sur la santé et le taux de mortalité de sept millions de Canadiens et de Canadiennes, et de l’information sur les concentrations de PM2.5 présentes à l’extérieur au pays. Les taux de PM2,5 sont bas au Canada, ce qui en fait l’endroit idéal pour étudier les effets des faibles concentrations de particules sur la santé. Les connaissances acquises au Canada ont ensuite servi à mettre à jour le bas de l’échelle utilisée pour évaluer le risque de mortalité en fonction des taux de PM2,5 présentes à l’extérieur. Le résultat : une meilleure compréhension des répercussions de la pollution atmosphérique sur la santé à l’échelle mondiale.

L’OMS a récemment établi de nouvelles lignes directrices ambitieuses en ce qui concerne le niveau moyen annuel de pollution de l’air extérieur par les particules fines. Elle a ainsi réduit de moitié ses précédentes recommandations, faisant passer les concentrations de dix à cinq microgrammes par mètre cube. Ainsi, la norme actuelle de l’Environmental Protection Agency des États-Unis, soit douze microgrammes par mètre cube, est désormais deux fois supérieure à celle recommandée par l’OMS.

« L’une des choses à retenir est que le respect des nouvelles normes recommandées par l’OMS serait beaucoup plus bénéfique pour la santé mondiale qu’on le supposait, ajoute le Pr Weichenthal. Nous devons cesser de nous concentrer seulement sur la masse des particules et commencer à examiner de plus près la composition des particules, parce certaines d’entre elles sont probablement plus nocives que d’autres. Une meilleure compréhension de la composition pourrait nous permettre de concevoir beaucoup plus efficacement des interventions réglementaires qui amélioreraient la santé de la population. »

L’étude

L’article « How low can you go? Air pollution affects mortality at very low levels », par Scott Weichenthal et coll., a été publié dans Science Advances.

DOI : 10.1126/sciadv.abo3381

L’Université McGill

Fondée en 1821, l’Université McGill accueille des étudiants, des professeurs et des employés d’exception de partout au Canada et du monde entier. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités du Canada et du monde. Établissement d’enseignement supérieur de renommée mondiale, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans trois campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs

Abonnez-vous aux communiqués

Salle de presse de McGill

Compte Twitter de McGill

 

Back to top