Experts : Sommet du G7

Nouvelles

Le Sommet du G7 de 2018 se déroulera les 8 et 9 juin prochain dans la région de Charlevoix, au Québec. Voici les experts de l’Université McGill qui pourront analyser diverses questions s’y rapportant :

Guerre commerciale et G7

Krzysztof Pelc, Département de sciences politiques

Professeur Pelc axe ses travaux sur l’économie politique internationale, et plus particulièrement sur les règles internationales. Il s’intéresse notamment aux règles de l’Organisation mondiale du commerce.

« Le Canada est ce que les économistes appellent une "petite économie ouverte", ce qui signifie que l’influence qu’il peut exercer sur la scène économique mondiale est assez limitée. Mais ce à quoi nous assistons actuellement relève beaucoup de la guerre d’idées. Si le Canada parvenait à faire adopter des dispositions ambitieuses et exécutoires dans des accords avec quelques partenaires commerciaux clés (tels que le Japon, dans le cadre du Partenariat transpacifique, et peut-être la Chine), cela pourrait très bien forcer la main aux États-Unis et les amener à changer de comportement. »

Coordonnées : kj.pelc [at] mcgill.ca (français, anglais)

Sommet du G7 en général, droits de la personne et Vénézuela

Jose Mauricio Gaona, boursier O’Brien, Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique, Faculté de droit, Université McGill

Il est juriste international, auteur et chercheur spécialisé dans les domaines du droit international, du droit constitutionnel et des droits de l'homme. Il a travaillé par le passé aux États-Unis, en France, en Italie et en Amérique latine (UCLA, McGill, Assas-Sorbonne , UNIDROIT Rome, BNF Paris, Externado Bogota). Il a été invité comme conférencier aux universités Yale et McGill et invité comme conférencier aux universités de Cambridge, d'Oxford, d'Ottawa et de l'Université nationale de Singapour.

Il a parlé dans les médias de l'interdiction de voyager aux États-Unis, des droits de l'homme au G7 et de la dictature croissante au Venezuela.

Coordonnées : jm.gaona [at] mail.mcgill.ca (français, anglais, espagnol, italien)

Manifestations et Sommet du G7

Barry Eidlin, Département de sociologie

Le professeur Eidlin s’intéresse à l’étude des classes sociales, de la politique, des inégalités et du changement social. Ses travaux explorent plus précisément l’évolution du rapport entre la mobilisation sociale, les processus politiques et l’idéologie dans les démocraties capitalistes avancées.

« Le programme du Sommet du G7 s’articule autour des thèmes en apparence progressistes de l’égalité, de l’autonomisation et de la sécurité pour tous. Ces thèmes inclusifs tranchent cependant avec la réalité de l’événement lui-même, pendant lequel la région de Charlevoix sera essentiellement transformée en zone militarisée. Non seulement le sommet se tient dans un lieu isolé comportant très peu de voies d’accès, mais tout ce qu’on a concédé aux manifestants, c’est une "zone de liberté d’expression" désignée, située à près de deux kilomètres du site de la rencontre et séparée de ce dernier par de multiples périmètres de sécurité. Des groupes de défense des droits civiques s’interrogent sur la mesure dans laquelle cela porte atteinte aux droits des individus de demander des comptes à leurs dirigeants. On voit mal comment le G7 peut prendre des engagements sincères à l’égard d’un programme qu’il veut progressiste et inclusif quand le débat exclut de grands pans de la population. »

Coordonnées barry.eidlin [at] mcgill.ca (français, anglais)

Inclusion numérique

Renée Sieber, Département de géographie, Université McGill

Ses recherches principales portent sur comment les ordinateurs peuvent contribuer au bien commun. Elle a récemment donné une conférence au sommet de recherche du G7 sur l'intelligence artificielle et l'inclusion numérique.

« Je m’intéresse à l’inclusion numérique à l’ère de l’intelligence artificielle. Plus précisément à ce que les gens doivent apprendre et aux infrastructures que les États doivent fournir pour que le public ait voix au chapitre en matière de gouvernance. Quand on parle d’inclusion numérique au Canada, on parle le plus souvent de large bande et d’accès en région éloignée (comment offrir les services dans telle ou telle région). Je vois l’inclusion numérique comme un moyen d’atteindre un but précis, de plus en plus crucial à mesure que nous nous rapprochons de la gouvernance par l’intelligence artificielle. »

Coordonnées : renee.sieber [at] mcgill.ca (français, anglais)

Égalité entre les sexes et autonomisation des femmes

Patricia Faison Hewlin, Faculté de gestion Desautels, Université McGill
"Les efforts afin de préparer les femmes pour les emplois de demain devront être axés sur l'émancipation économique des femmes par l'emploi et l'entrepreneuriat."
Les recherche de professeure Hewlin mettent l'accent sur le rôle de l'authenticité et du respect des valeurs chez les leaders et les entrepreneurs au Canada, aux États-Unis et en Asie. Elle possède également de l'expérience en tant que vice-présidente chez Citigroup où elle a reçu de nombreux prix pour son excellence en gestion et en relations communautaires.
Coordonnées : patricia.hewlin [at] mcgill.ca (anglais)

Crise des Rohingya

Erik Kuhonta, Département de sciences politiques. Membre de l’Institut d’étude du développement international, Erik Kuhonta a pour domaines d’intérêt la politique comparée, la politique de l’Asie du Sud-Est, la démocratie et la démocratisation.

Coordonnées : erik.kuhonta [at] mcgill.ca (anglais)