Experts : L'invasion de l'Ukraine par la Russie

Nouvelles

Publié: 2déc2022

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet : 

Conséquences sur le climat | Chaînes d'approvisement et investissementsDésinformation | Politique étrangère | Politique russe et ukrainienne | Sanctions économiques

Conséquences sur le climat 

Shaun Lovejoy, professeur titulaire, Département de physique 

« Pour éviter le réchauffement climatique, nous devons agir tous ensemble pour éliminer les combustibles fossiles, en commençant par les plus sales : le pétrole des sables bitumineux et le charbon. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie a divisé la communauté internationale, et les sanctions ont entraîné une ruée vers l'or des combustibles fossiles. Trudeau a proposé une augmentation massive de la production de pétrole issu des sables bitumineux et l'Allemagne a rouvert des centrales au charbon. Nos dirigeants risquent une catastrophe climatique pire que le réchauffement. » 

Shaun Lovejoy est professeur titulaire au Département de physique. Ses recherches portent sur les prévisions et la modélisation du climat. 

shaun.lovejoy [at] mcgill.ca (anglais) 

Chaînes d'approvisionnement et investissements

John Gradek, chargé d’enseignement, École d'éducation permanente 

« Alors que le conflit en Ukraine est entré dans son septième mois, les chaînes d'approvisionnement du monde entier ont été reconfigurées pour s'adapter à la fois à l'interruption de la capacité de l'Ukraine à continuer à jouer son rôle de fournisseur majeur de matières premières et de produits assemblés, et à l'impact des sanctions sur le commerce russe imposées par un nombre toujours plus grand de nations. Le conflit ne montre aucun signe de résolution et les efforts déployés au niveau mondial pour relancer les exportations de denrées alimentaires de l'Ukraine vers les pays qui en ont le plus besoin n'ont eu qu'un succès limité à ce jour. Cependant, qu'en est-il des chaînes d'approvisionnement dont le contenu ukrainien ou russe est peu ou pas visible? Les chaînes d'approvisionnement nord-américaines sont-elles à l'abri de cette perturbation est-européenne? Que peuvent faire, le cas échéant, les chaînes d'approvisionnement nord-américaines ou asiatiques pour atténuer le risque de perturbation alors que ce conflit se poursuit et s'intensifie, peut-être pendant des mois? Il existe des pratiques évolutives de gestion de la chaîne d'approvisionnement que les organisations devraient utiliser pour identifier les risques et renforcer la résilience et la solidité de leurs opérations ».

John Gradek est chargé de cours à l'École d'éducation permanente. Il donne des cours sur la gestion intégré de l'aviation, et des cours de chaîne d'approvisionnement. Il a notamment travaillé auparavant 20 ans chez Air Canada en gestion aéroportuaire et en marketing. 

john.gradek [at] mcgill.ca (français, anglais) 

Juan Camilo Serpa, professeur agrégé, Faculté de gestion Desautels

« Dans le cas de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, dans les régions où la menace de guerre est présente, mais où l'intensité est modérée à faible, nous ne verrons peut-être pas d'impact majeur immédiat. Les niveaux de stocks resteront relativement stables dans ces régions et - tant qu'elles ne sont pas directement attaquées - elles continueront à honorer leurs engagements de production même si le conflit se prolonge pendant des années. Cependant, nous assisterons à l'adoption d'une stratégie d'inventaire "allégée", produisant uniquement ce qu'il faut pour vendre, ne conservant pas de stocks excédentaires pour répondre aux hausses de prix ou fournir des livraisons d'urgence. D'autre part, nous pouvons nous attendre à ce que les fournisseurs ukrainiens continuent d'être fiables et trouvent le moyen de s'approvisionner comme d'habitude. La différence est que les entreprises internationales s'attendront à recevoir des livraisons plus petites et plus fréquentes de l'étranger, par opposition aux grandes livraisons peu fréquentes, et ne seront plus en mesure d'exiger des livraisons d'urgence de dernière minute, ou des marchandises supplémentaires (en plus de ce qui a été convenu contractuellement) ».

Juan Camilo Serpa est professeur agrégé en gestion des opérations à la Faculté de gestion Desautels. Au cours de la dernière décennie, il a étudié l'effet de la guerre sur les opérations commerciales et a suivi plus de 38 000 établissements de production dans des régions touchées par la guerre pour comprendre comment leurs stratégies d'inventaire changent lorsque la violence s'intensifie.

juan.serpa [at] mcgill.ca (anglais, espagnol)

Désinformation

Aaron Erlich, professeur adjoint, Département de science politique

« Les Ukrainiens ont fait preuve d'une résilience remarquable face à la désinformation pro-Kremlin ».

Aaron Erlrich est professeur adjoint au Département de science politique. Ses recherches portent sur la participation politique dans les nouvelles démocraties, la fraude électorale et la corruption politique, la démocratisation et l'ancienne Union soviétique.

aaron.erlich [at] mcgill.ca (anglais)

Politique étrangère

Daniel Béland, professeur James McGill, Département de science politique et directeur, Institut d’études canadiennes de McGill

« Près de quatre pour cent de la population canadienne est d'origine ukrainienne, ce qui en fait le pays de l'OTAN avec la plus grande diaspora ukrainienne. En partie à cause de cela, il y a une pression politique intérieure continue sur le gouvernement Trudeau pour qu'il soutienne l'Ukraine face à l'agression du régime de Poutine ».

Daniel Béland est directeur de l’Institut d’études canadiennes de McGill et professeur James McGill au sein du Département de science politique. Il se spécialise dans la politique canadienne et comparée ainsi que dans l’étude des politiques publiques, dont les politiques sociales.

daniel.beland [at] mcgill.ca (anglais, français)

Jason Opal, professeur titulaire, Département d'histoire et d'études classiques

« Depuis le début du mois de septembre, les forces ukrainiennes ont changé la dynamique de la guerre en perçant le front nord-est du conflit. Elles y sont parvenues en trompant les Russes, en annonçant une attaque majeure au sud, puis en portant les grands coups beaucoup plus au nord. Les experts militaires s'accordent à dire que le succès des Ukrainiens reflète à la fois leur compétence en matière de combat (largement aidée par les systèmes d'armes de l'OTAN) et l'incompétence étonnante de leurs adversaires. Toutefois, l'Ukraine n'a repris qu'une petite partie de ce que la Russie a conquis dans l'est et le sud-est du pays, et il n'est pas certain qu'elle puisse aller beaucoup plus loin sans s'exposer à un encerclement. Quoi qu'il en soit, Poutine n'a montré aucun signe qu'il prévoyait d'arrêter cette guerre, dont les résultats toucheront une grande partie de l'Europe cet hiver sous la forme de prix de l'énergie extrêmement élevés et/ou de faibles approvisionnements en énergie. Cela mettra à l'épreuve l'alliance occidentale contre la Russie, qui cherche activement à se rapprocher de l'Arabie saoudite et de la Chine. Aux États-Unis, un consensus discret et surprenant a émergé autour du soutien continu à l'Ukraine. Cela pourrait changer légèrement si les Républicains prennent le contrôle du Congrès en novembre, et changerait certainement rapidement si Donald Trump, un acolyte de Poutine, devait reprendre le pouvoir en 2024 ».

Jason Opal est professeur titulaire au Département d'histoire et d'études classiques, où il enseigne la Constitution américaine, les origines et la propagation de l'esclavage dans les premiers temps de l'Amérique, et l'histoire des maladies infectieuses. Son travail tente d'intégrer l'histoire sociale, culturelle et intellectuelle et de faire la lumière sur des sujets aussi vastes que le nationalisme, le capitalisme, la démocratie et les relations étrangères entre les États-Unis et le Canada.

jason.opal [at] mcgill.ca (anglais, français)

Jennifer Welsh, professeur titulaire, Département de science politique et École de politiques publiques Max Bell et directrice, Centre d'études sur la paix et la sécurité internationale

« Les événements actuels en Ukraine posent des défis importants à l'ensemble du système de l'ONU, et en particulier au Conseil de sécurité, ainsi qu'aux cadres juridiques qui existent pour réglementer les conflits armés et faciliter l'aide humanitaire. L'invasion de la Russie remet également en question l'essence même de la diplomatie, qui repose sur l'hypothèse que les États peuvent être encouragés à modérer ou à modifier leur comportement. Dans le cas de la Russie, les événements, tant à l'étranger qu'à l'intérieur du pays, sont déterminés par les idées et les croyances d'un seul individu, dont les actions sont difficiles à prévoir. Les pays occidentaux, qui n'ont pas réussi à dissuader Poutine d'envahir son voisin, doivent maintenant fonder leurs espoirs sur deux choses : d'une part, la capacité des sanctions punitives à tester la loyauté des partisans de Poutine et à rendre son financement de la guerre de plus en plus difficile ; d'autre part, la capacité d'un petit groupe de pays qui n'ont pas condamné catégoriquement son invasion - comme la Chine - à avoir une certaine influence sur le comportement du dirigeant russe. En attendant, les États occidentaux doivent faire tout leur possible pour soutenir le combat de l'Ukraine sans franchir une ligne qui conduirait à une escalade dangereuse du conflit. C'est un exercice d'équilibre délicat qui exigera le meilleur de nos dirigeants politiques et de nos diplomates ».

Jennifer Welsh est professeure titulaire au Département de science politique et à l'École de politiques publiques Max Bell, où elle est également directrice du Centre d'études sur la paix et la sécurité internationale. Elle est titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 en sécurité et en gouvernance internationales et se spécialise dans l'éthique et le droit des conflits armés, l'intervention humanitaire et la « responsabilité de protéger ».

jennifer.welsh [at] mcgill.ca (anglais)

Politique russe et ukrainienne

Lyudmila Parts, professeure agrégée, Département de langues, littératures et cultures

« Pour l'instant, l'accent est mis sur l'aide au peuple ukrainien. Cependant, lorsque le moment sera venu de procéder à une analyse, les spécialistes des sciences humaines parleront des histoires de résistance et de patriotisme qui non seulement renforcent les fondements de l'identité nationale ukrainienne, mais revigorent le discours de la démocratie dans le monde entier. À une époque où il est devenu impossible d'utiliser le mot "vérité" sans guillemets, les histoires de la résistance ukrainienne - spontanées, inédites et authentiques - restaurent notre foi en l'humanité ».

Lyudmila Parts est professeure agrégée d'études russes et slaves au Département de langues, littératures et cultures. Ses recherches portent sur la culture post-soviétique, la théorie du genre et les représentations culturelles du nationalisme.

lyudmila.parts [at] mcgill.ca (anglais)

Maria Popova, professeure agrégée et titulaire de la Chaire Jean Monnet, Département de science politique

« La contre-offensive réussie de l'Ukraine dans le nord-est a libéré des dizaines de villes et de villages de l'occupation russe. La Russie a battu en retraite mais s'est retranchée dans ses objectifs. Poutine a ordonné une mobilisation partielle et des "référendums" fictifs dans les territoires occupés afin de convaincre la population locale que la Russie est là pour rester. L'ordre de mobilisation a déclenché des manifestations en Russie et une vague importante d'hommes russes qui fuient le pays pour éviter le service militaire. Alors que l'Ukraine poursuit son objectif militaire de libérer son territoire, le régime russe est confronté à une certaine instabilité sur son territoire ».

Maria Popova est professeure agrégée au Département de science politique, où elle est titulaire de la Chaire Jean Monnet. Elle est spécialiste de la politique intérieure ukrainienne et russe, et plus particulièrement de la démocratie, de l'État de droit, de la corruption, des politiques anticorruption et de la répression légale de la dissidence

maria.popova [at] mcgill.ca (anglais)

Sanctions économiques

Kristy Ironside, professeure adjointe, Département d'histoire et d'études classiques

« La Russie, et avant elle l'Union soviétique, a une longue histoire d'isolement économique. Après l'effondrement du communisme en 1991, la Russie a pris des mesures massives en faveur de l'intégration économique mondiale, qui ont toutes été bouleversées par sa guerre contre l'Ukraine. L'économie russe est aujourd'hui affectée par des sanctions qui ont un impact sur la valeur du rouble et entraînent une baisse drastique du niveau de vie des citoyens ordinaires ».

Kristy Ironside est professeure adjointe au Département d'histoire et d'études classiques. Elle est spécialiste de la Russie moderne et de l'Union soviétique, avec un intérêt particulier pour l'histoire politique, économique et sociale de la Russie et de l'URSS au XXe siècle.

kristy.ironside [at] mcgill.ca (anglais, français)

Juliet Johnson, professeure titulaire, Département de science politique

« Alors que la guerre de la Russie contre l'Ukraine s'éternise et que les coûts économiques pour l'Occident, la Russie et l'Ukraine continuent de s'accumuler, les alliés de l'Ukraine doivent faire mieux, à la fois en fournissant un soutien matériel continu à l'Ukraine et en expliquant à leurs citoyens pourquoi la poursuite d'une victoire ukrainienne vaut la peine de faire des sacrifices chez eux ».

Juliet Johnson est professeure titulaire au Département de science politique. Ses recherches portent sur les politiques économiques post-communistes et la politique de la mémoire. Elle est également vice-présidente/présidente élue de l'Association pour les études slaves, est-européennes et eurasiennes.

juliet.johnson [at] mcgill.ca (anglais)

Katrin Tinn, professeure adjointe, Faculté de gestion Desautels

« Il est peu probable que la Russie contourne les sanctions imposées par la communauté internationale via l'utilisation de crypto-monnaies. À ce stade, les crypto-monnaies ne sont pas suffisamment évolutives ni liquides pour être utilisées en remplacement des moyens de paiement traditionnels. En outre, les sociétés occidentales et les bourses de cryptoactifs peuvent imposer des restrictions supplémentaires. C'est néanmoins le bon moment pour accélérer la réflexion sur les nouvelles formes de paiements numériques, c'est-à-dire sur la meilleure façon de garantir la conformité avec les réglementations en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du crime, tout en offrant la confidentialité aux utilisateurs individuels ».

Katrin Tinn est professeure adjointe en finance à la Faculté de gestion Desautels, où elle se concentre sur la théorie appliquée en économie financière et en économie de l'information.

katrin.tinn [at] mcgill.ca (anglais)

Coordonnées

Contact: 
Frédérique Mazerolle
Organisation: 
Relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Office Phone: 
(514) 398-6693
Mobile Phone: 
(514) 617-8615

Secondary Contact Information

Contact: 
Claire Loewen
Organisation: 
Relations avec les médias, Université McGill
Secondary Email: 
claire.loewen [at] mcgill.ca
Office Phone: 
Mobile Phone: 
(438) 837-3735
Back to top