Appel à communications pour le colloque « 1971-2021 : 50 ans de corpus montréalais »

Nouvelles

Publié: 6aoû2020

Le CRIEM est fier de participer au colloque international 1971-2021 : 50 ans de corpus montréalais à titre de partenaire. Cet événement organisé par Hélène Blondeau (U. de Floride), Marty Laforest (UQTR) et Wim Remysen (CRIEM / U. de Sherbrooke) souligne le 50e anniversaire du corpus de langue française Montréal 1971, qui a marqué la sociolinguistique moderne. Parmi les invité·e·s d'honneur figurent les sociolinguistes Henrietta Cedergren, Gillian Sankoff, Pierrette Thibault et Diane Vincent, ainsi que le mathématicien et linguiste David Sankoff.

 

Qu'est-ce que le corpus Montréal 1971?

Il s'agit d’un corpus de français parlé montréalais réalisé à l’Université de Montréal par Gillian Sankoff, Henrietta Cedergren et David Sankoff. Ce travail qui a lancé la sociolinguistique québécoise et canadienne avait pour objectifs d'obtenir des données sur la nature, l'étendue et la fonction de la diversité linguistique à l'intérieur du français parlé à Montréal; d'éclaircir la situation d'une population aliénée linguistiquement; et de contribuer à une meilleure compréhension du français québécois. Un aspect remarquable de ce corpus est son utilisation de nouvelles méthodes d'analyse quantitatives (modèles de régression) et questions de recherche qui ont inspiré d'autres études sur la variation du français au Québec, notamment grâce à la contribution mathématique et informatique de David Sankoff. Constituant un échantillon représentatif des 15 ans et plus à la fois francophones et Montréalais·es d'origine, le corpus prend une approche variationniste. Son introduction d'une nouvelle variable sociale basée sur le rapport à la langue standard (« participation au marché linguistique ») constitue une importante contribution théorique à la sociolinguistique. En 1984, Pierrette Thibault et Diane Vincent ont effectué une nouvelle collecte de données auprès de la moitié des participants du corpus de 1971 puis, en 1995, Diane Vincent, Marty Laforest, et Guylaine Martel ont réussi à retracer 14 participant·e·s des premières études. Ces derniers travaux ont permis d'effectuer des d'études comparative du changement linguistique dans une perspective longitudinale.

En plus de souligner l'anniversaire du corpus, ce colloque a pour but de rendre hommage aux sociolinguistes québécois·es de la première heure et de réunir les chercheur·euse·s interpellé·e·s par la diversité du français et le recours à des corpus de langue orale.

Le comité organisateur de l'événement est à la recherche de propositions de communications qui se rapportent à l'un ou l'autre des trois axes thématiques suivants :

  1. La recherche sur le français de Montréal et des grands centres urbains de la francophonie. Cet axe vise à mettre en évidence les recherches réalisées sur le français montréalais, incluant les questions de plurilinguisme, ainsi que la perception et les représentations auxquelles donnent lieu le français et ses différentes variétés. 
  2. Le développement de corpus sociolinguistiques à l'ère des humanités numériques, qui soulève une série de nouvelles préoccupations. Parmi ces dernières, on compte le recours à des méthodes de traitement automatique des données; la conservation et la pérennisation des corpus patrimoniaux et les enjeux éthiques qui en découlent; et finalement la gestion des données de masse et leur exploitation à des fins sociolinguistiques.
  3. L'étude des récits de vie. Les corpus contiennent souvent des récits autobiographiques qui mettent de l'avant l'individu, sa trajectoire, ses opinions et ses goûts. Les comparaisons longitudinales engendrées par les corpus de 1984 et 1995 permettent d'autant plus de suivre les trajectoires des locuteur·trice·s au cours de leur vie à travers leur discours et leurs pratiques langagières. Un corpus linguistique est un lieu de mémoire pour la ville.

Dates importantes

  • 1er février 2021 : soumission des propositions 
  • 1er mars 2021 : notification aux auteur·e·s 
  • 1er avril 2021 : confirmation de participation  
  • 16-18 septembre 2021  : tenue du colloque
Back to top