Quelques degrés de parenté : discussions sur la traduction

Évènement

Prix: 
Gratuit

Les liens familiaux et le croisement des destins sont au cœur des romans de Nicolas Dickner et d’Eric Dupont, deux auteurs québécois adoubés par la critique et appréciés par des centaines de milliers de lecteurs tant au Canada qu’à l’étranger. Ce que peu de lecteurs savent, c’est qu’ils sont aussi parents. En effet, la tante du premier était la grand-mère du second. En outre, ce dernier fut très étonné de constater, il y a deux ans, en lisant le CV de María Sierra Córdoba Serrano, que sa nouvelle directrice était la traductrice de deux romans de son cousin. Ce genre de hasard ne se produit habituellement que dans leurs romans.

Ces coïncidences ont inspiré ces discussions croisées sur la traduction littéraire que nous vous proposons. Les deux auteurs tenteront d’expliquer leurs impressions devant la traduction de leurs livres. Comment réagit-on devant cette voix étrangement familière? Commenter le travail de leur traducteur est-il un luxe, un devoir ou un fardeau? Est-il vrai qu’il n’y a pas meilleur lecteur qu’un traducteur? Les deux traducteurs, quant à eux, parleront des splendeurs et misères de leur travail dans tous ses aspects. Pourquoi ont-ils choisi de traduire ces romans?

Quelles stratégies et procédures ont-ils mis en œuvre pour arriver à leur but? L'expérience de traduire ces romans a-t-elle changé leur perspective et leur approche de la traduction?

Finalement, la traduction peut-elle créer de nouveaux degrés de parenté?


Animatrice :

  • Audrey Coussy – Professeure adjointe en traductologie et traduction littéraire

Écrivains :

Traducteurs :

 

 

 

Back to top