Exhibition | A Gay Revolution? The 50th Anniversary of the Partial Decriminalization of Queer Sex in Canada

Event

McLennan Library Building Main floor lobby, 3459 rue McTavish, Montreal, QC, H3A 0C9, CA

 

La version française suit

This exhibition marks the 50th anniversary of the passage of Omnibus Bill C-150—often seen as a major milestone for gay rights in Canada. Before 1969, sex between men was illegal. Being homosexual/gay/queer was not a crime. Acting on illicit sexual desires could result in imprisonment under the terms of English-derived Victorian legislation targeting “unnatural offences” (sodomy or buggery) and “gross indecency.” There was no legal prohibition on sex between women. 

In Great Britain, the Wolfenden Report of 1957 recommended that sex between two men over the age of 21 in private be decriminalized. A decade later, the British Parliament acted on this recommendation in the Sexual Offences Act 1967. In Canada, homophile organizations such as the Association for Social Knowledge in Vancouver, activists working through the liberal churches, and some elements of the media and the legal profession, drew heavily on Wolfenden to make a claim for a legal private space for homosexuals.

The 1969 Act partially decriminalized gay male sex on Wolfendenian lines. This was progress of a sort, but it wasn’t gay liberation. The language of the debates in the parliaments on both sides of the Atlantic had been steeped in notions of sickness, perversion, and moral corruption. The stigma against homosexuality remained. Arrests for homosexual offences increased after decriminalization as the authorities rigorously policed the now more sharply defined public space. And it was still quite legal to discriminate against men and women because of their sexual orientation.

Gay liberation was to come from gays and lesbians themselves. It dates its immediate origin to 28 June 1969—the Stonewall Riots in New York City. Within weeks, gays and lesbians in New York had formed the Gay Liberation Front, which spawned imitators elsewhere, such as the Front de libération homosexuelle in Montreal. The battle for rights since the 1970s has been long and hard — especially with the enormity of the AIDS pandemic in the 1980s and 90s. Grass-roots organization, the militancy of gay rights’ activists, the resistance to police oppression (the push-back against the police raids of the Truxx bar in 1977 and of Sex Garage in 1990 in Montreal, for example), the annual Pride parades, the individual acts of bravery in coming out and standing proud: all have contributed to progress. So has the amorality of capitalism: the realization by business that there was money to be made from the “pink dollar”—the cultivation of queer consumers.

Progress in gay civil rights, epitomized by the full legalization of gay marriage across Canada in 2005, is undeniable. But, as the final part of this exhibition emphasizes, there is still much work to be done to ensure full rights and acceptance for all members of the queer community.

Curated by Brian Lewis, Christopher Lyons & Michael David Miller


EXHIBITION PARTNERS

  • Archives gaies du Québec, founded in 1983, has a mandate to acquire, conserve and preserve any handwritten, printed, visual or audio material which testify to the history of the LGBTQ+ communities of Québec. Interested in exploring the gay archives? Contact them here: agq [at] videotron.ca.
  • Archives lesbiennes du Québec (Traces) has a mandate to acquire, conserve and preserve materials created by or about the Québec lesbian community. Interested in exploring the lesbian archives? Contact them here: archiveslq [at] yahoo.ca.
  • Bibliothèque à livres ouverts du Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal is a library that specialises in LGBTQ+ collections. Founded in 1991, this library contains over 12,000 documents and is the largest francophone LGBTQ+ library in Canada and one of the most important in the Francophonie.
  • ROAAr, McGill University Library, Composed of Rare Books and Special Collections, the Osler Library of the History of Medicine, the Visual Arts Collection and the McGill University Archives. ROAAr is the unit of the library that oversees most special and unique holdings.

The Queer Conservation Continues!

Collection development and conservation policies often reflect the values to which a society adheres at a given time. In the 1960s, 1970s and 1980s, the collection of documents about the queer community was simply not on the agenda for many libraries and archives. It was up to the queer community itself to collect and preserve its history.

In Québec, there are three important dates in the creation of major queer memory institutions: 1983 for the Archives gaies du Québec, 1986 for the Archives lesbiennes du Québec (Traces) and 1991 for the Bibliothèque à livres ouverts (BALO) of the Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal.

As can be seen in this exhibition, there are silences or absences of voices, particularly trans voices and the voices of people of colour. To avoid this in 50 years’ time when we celebrate the 100th anniversary of the C-150 omnibus bill, let us be aware of the importance of consulting and depositing newspapers, posters, postcards, buttons, magazines, photographs, etc. in our memory institutions for generations to come—either at the Archives gaies du Québec, the Archives lesbiennes du Québec (Traces), the Bibliothèque à livres ouverts or at another institution created for and by the community. What is important is to look at each object not as a simple “matchbox”, but as an object with an important historical value that tells us a story about that time period. Let this queer revolution (and queer conservation) continue!


Exposition : Une révolution gay ? Le 50e anniversaire de la décriminalisation partielle des relations homosexuelles au Canada

Cette exposition marque le 50e anniversaire de l’adoption du projet de loi omnibus C-150, souvent considéré comme un tournant important pour les droits des gai-e-s au Canada. Avant 1969, les relations sexuelles entre hommes étaient illégales. Le fait d’être homosexuel-le, gai-e ou queer n’était pas un crime. Le fait d’agir sur des désirs sexuels illicites pourrait entraîner une peine d’emprisonnement en vertu des dispositions de la législation victorienne d’origine anglaise visant les « infractions contre nature » (sodomie) et la « grossière indécence ». Il n’y a pas d’interdiction légale des rapports sexuels entre femmes.

En Grande-Bretagne, le rapport Wolfenden de 1957 recommandait la décriminalisation des relations sexuelles entre deux hommes de plus de 21 ans en privé. Dix ans plus tard, le Parlement britannique a donné suite à cette recommandation dans le Sexual Offences Act de 1967. Au Canada, des organisations homophiles comme l’Association for Social Knowledge de Vancouver, des militant-e-s travaillant par l’intermédiaire des églises libérales et certains éléments des médias et de la profession juridique se sont fortement inspiré-e-s de Wolfenden pour réclamer un espace privé légal pour les homosexuel-le-s.

La loi de 1969 a partiellement décriminalisé le sexe entre hommes sur des lignes Wolfendeniennes. C’était une sorte de progrès, mais ce n’était pas une libération gaie. Le langage des débats dans les parlements des deux côtés de l’Atlantique était imprégné de notions de maladie, de perversion et de corruption morale. La stigmatisation à l’égard de l’homosexualité demeure. Les arrestations pour délits homosexuels ont augmenté après la dépénalisation en raison d’une hausse de surveillance de l’espace public par des autorités. Il était encore tout à fait légal de discriminer les hommes et les femmes en raison de leur orientation sexuelle. La libération homosexuelle devait venir des gais et des lesbiennes eux et ellesmêmes. Elle remonte à son origine immédiate au 28 juin 1969 - les émeutes de Stonewall à New York. En quelques semaines, les gais et les lesbiennes de New York avaient formé le Gay Liberation Front, qui a inspiré la fondation d’organisations similaires, comme le Front de libération homosexuelle à Montréal.


La lutte pour les droits depuis les années 1970 a été longue et difficile, surtout avec l’énormité de la pandémie du sida dans les années 1980 et 1990. L’organisation populaire, le militantisme des militant-e-s des droits des gai-e-s, la résistance à l’oppression policière (la répression des descentes policières du Bar Truxx en 1977 et du Sex Garage en 1990 à Montréal, par exemple), les défilés annuels de la fierté, les actes individuels de courage pour se manifester et être fiers et fières : tous ont contribué au progrès. Il en va de même de l’amoralité du capitalisme : la prise de conscience par les entreprises qu’il y avait de l’argent à faire avec le « dollar rose » - la culture des consommat-eur-rice-s queer.


Les progrès en matière de droits civils des gai-e-s, illustré par la pleine légalisation du mariage gai au Canada en 2005, sont indéniables. Mais, comme le souligne la dernière partie de cette exposition, il y a encore beaucoup de travail à faire pour assurer les droits et l’acceptation de tou-te-s les membres de la communauté queer. 

Commissaires : Brian Lewis, Christopher Lyons et Michael David Miller


PARTENAIRES DE L'EXPOSITION

  • ROAAr, Bibliothèque de l’Université McGill : Cette division de la bibliothèque est composée des Collections rares et spécialisés, Osler, Arts et Archives. ROAAr est l’unité qui s’occupe de presque tous les fonds spéciaux de la bibliothèque.
  • Bibliothèque à livres ouverts, Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal : Fondée en 1991, cette bibliothèque contient plus de 12 000 documents et se réclame la plus grande bibliothèque francophone à thématique LGBTQ+ au Canada et une des plus importantes de la francophonie.
  • Archives gaies du Québec : Créées en 1983, les Archives gaies du Québec ont le mandat d’acquérir et de conserver tout document écrit, imprimé, visuel et audio qui porte sur l’histoire LGBTQ+ du Québec. Intéressé-e-s à explorer les archives? Contactez-les ici : agq [at] videotron.ca.
  • Archives lesbiennes du Québec (Traces) : Créées en 1986, les Archives lesbiennes du Québec (Traces) ont pour mandat de collectionner le mémoire écrit, imprimé, visuel et audio de la communauté lesbienne québécoises. Intéressé-e-s à explorer les archives lesbiennes? Contactez-les ici: archiveslq [at] yahoo.ca.

La conservation queer continue!

Les politiques de développement de collection et de conservation sont souvent un reflet des valeurs auxquelles une société s’adhère à un moment donné. Dans les années 60, 70 et 80, la collecte de documents sur la communauté queer pour de nombreuses bibliothèques et archives n'était tout simplement pas à l'ordre du jour. C'était à la communauté queer elle-même de collectionner et de préserver son histoire.

Au Québec, il y a trois grandes dates de fondation d’établissements de mémoire qui touchent la communauté de la diversité sexuelle et de genre, 1983 pour les Archives gaies du Québec, 1986 pour les Archives lesbiennes du Québec (Traces) et 1991 pour la Bibliothèque à livres ouverts (BALO) du Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal.

Comme on peut constater dans cette exposition, il y a des silences ou des absences de voix, en particulier des voix trans et des voix des personnes de couleur. Pour que ce ne soit pas le cas dans 50 ans, lorsque nous fêtons le 100e anniversaire du projet de loi omnibus C-150, soyons conscient-e-s de l'importance de consulter et de déposer des journaux, affiches, cartes postales, macarons, magazines, photographies, etc. dans nos institutions de mémoire pour les générations à venir. Que ce soit aux Archvies gaies du Québec, aux Archives lesbiennes du Québec (Traces), à la Bibliothèque à livres ouverts ou à une institution créée pour et par la communauté. Ce qui est important c’est de considérer les objets non pas comme une simple « boîte d'allumettes », mais comme un objet ayant une valeur historique importante qui nous raconte une histoire sur cette période. Que cette révolution queer (et la conservation queer) continue !

Back to top