Claude Fortin

Claude Fortin s’est associée au CRIEM à l'été 2018. Portant sur la conception d’interactions en milieu urbain, sa recherche s’appuie sur un corpus de connaissances acquises en sciences et technologies, en sciences sociales, en sciences humaines et en beaux-arts. Claude est une ancienne de la promotion de 2015 du Making Culture Lab, un studio de recherche en pratiques du design au sein du Département de technologies et arts interactifs de l’Université Simon Fraser, soit son alma mater – et par extension, de l’ancien réseau intégré de centres d’excellence GRAND soutenant la recherche en médias numériques au Canada, en sa qualité de personnel hautement qualifiée (PHQ). En tant qu’ethnographe de design spécialisée dans les expériences usagers, les affordances sociales et l’espace hybride, ses intérêts de recherche recoupent les six axes de recherche-action du CRIEM.

 

Profil de recherche

Les travaux de recherche de Claude ont pour but d’évaluer le potentiel inexploité et l’impact possible des pratiques du numérique à l’échelle de la ville de Montréal, et par rayonnement, dans d’autres villes. En s’appuyant sur des méthodes collaboratives, Claude recueille des données pour, d’une part, rendre compte du design des interactions personne-machine (IPM) et des expériences observées sur le terrain, et d’autre part, optimiser ce design en appliquant des méthodes qualitatives visant à combler le fossé entre les besoins des usagers et l’expertise des autres praticiensclés.

À titre de chercheure émergente, elle développe au CRIEM des partenariats de recherche avec des parties prenantes établies à Montréal afin d’étudier l’innovation sociale numérique (ISN) dans de multiples déclinaisons locales à travers:

  • l’étude des interfaces d’affichage dynamique en milieu urbain utilisées spécifiquement dans la conception et l’implantation de monuments à composantes numériques dans la ville intelligente;
  • l’étude du potentiel et des enjeux rhétoriques de la visualisation de mégadonnées en espace public, notamment sur de telles interfaces interactives et intelligentes;
  • des activités de recherche-création portant sur l’appropriation d’outils interactifs dans l’espace public hybride, dont la visée est de faciliter l’accès et l’inclusion aux technologies de pointe.

 

En 2014, Claude a participé à des classes de maître avec George Marcus (UC, Irvine) et Paul Carter (RMIT) à l’Université de Melbourne, en Australie. Depuis ces formations spécialisées, elle privilégie l’utilisation de l’ethnographie multi-site au service du design des technologies telle que pratiquée par l’anthropologue Geneviève Bell (3A, Intel) et l’informaticien Paul Dourish (UC, Irvine) dans le domaine des IPM. Dans une telle approche, toutes les parties prenantes sont considérées comme des partenaires épistémiques à part entière dans la mesure où chacun peut contribuer à la production, à la formulation, à la mobilisation et à l’utilisation des connaissances.

Par conséquent, dans le cadre d’une étude de terrain, Claude agit avant tout à titre de courtier du savoir assurant le transfert des connaissances entre les parties prenantes par voie d’analyses, de rapports écrits, de présentations audio-visuelles et de participation à des activités encadrées. Par ailleurs, comme en témoigne certaines de ses publications, Claude utilise également les résultats de ses recherches pour, dans un autre temps, élaborer des concepts et des cadres théoriques s’adaptant aux rapides mutations technologiques.

Avant son arrivée au CRIEM, Claude a mené de front deux programmes de recherche sur les technologies urbaines au sein du Département de communication et d’histoire de l’art de l’Université McGill grâce à des bourses postdoctorales octroyées par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FQRSC) de 2015 à 2016, puis du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada de 2016 à 2018.

De 2011 à 2015, lors de son programme doctoral encadré par deux bourses du CRSH, Claude a mené une étude de terrain sur les dispositifs interactifs déployés dans le Quartier des spectacles en collaboration avec plusieurs organismes publics et privés à Montréal, et a présenté les conclusions de ses recherches dans de nombreuses conférences à travers le monde de 2012 à 2017. Les résultats de ces études sont analysés dans « Harvesting the interactive potential of digital displays in public space : The poetics of public interaction », soit sa thèse doctorale de 300 pages, de même que dans de nombreux articles publiés dans des périodiques scientifiques, des chapitres de livre et des actes de conférences. Soutenu en 2011, son mémoire de maîtrise est une étude de cas de 200 pages comparant la rhétorique de l’image dans la presse illustrée canadienne et américaine à la fin du XIXe siècle.

 

Claude a acquis ses compétences disciplinaires dans les programmes universitaires suivants :

2016 | Doctorat en design de technologies interactives du Département de technologies et arts interactifs au sein de la Faculté des communications, des arts et des technologies de l’Université Simon Fraser à Surrey (C.-B.).

 

2011 | Maîtrise ès arts en communication du Département de journalisme et de communication au sein de la Faculté des affaires publiques de l’Université Carleton à Ottawa (Ont.).

 

2009 | Baccalauréats en arts plastiques de l’École de cinéma Mel Hoppenheim et du Département des arts plastiques au sein de la Faculté des Beaux-Arts de l’Université Concordia à Montréal (Qc).

Spécialisation en production cinématographique

Majeure en photographie

Mineure en histoire de l’art

 

Une liste de publications est disponible sur le portail ResearchGate.