Quick Links

Remerciements de la principale

Alors que je m’apprête à quitter mes fonctions comme principale, lorsque j’emprunte le sentier face au Pavillon des arts, je ne peux m’empêcher de reculer dans le temps jusqu’au premier jour de mon mandat. Je pense à ce matin d’hiver, le 4 janvier 2003. Il fait encore nuit et le froid est mordant. Vers 7 h, je marche d’un pas vif et réalise soudainement que je ne suis pas la première sur le campus. Certains sont arrivés bien avant moi, et n’ont pas chômé. J’aperçois, devant la tombe de James McGill, une sculpture sur neige portant l’inscription « Welcome Heather, from the Sustainability students of McGill » (Bienvenue, Heather, de la part des étudiants en durabilité de McGill).

Pour moi qui arrivais à McGill comme une étrangère, cette sculpture ‒ et le message d’accueil chaleureux qui l’accompagnait ‒ m’a émue. Et son souvenir, qui ne m’a jamais quitté depuis, m’émeut encore.

Lorsque je m’entretiens avec des parents fiers et leurs enfants rayonnants qui viennent d’obtenir leur diplôme, je suis envahie d’un profond sentiment de fierté pour tout ce qu’ils ont accompli. J’ai présidé à plus de 150 cérémonies de collation des grades et je suis toujours aussi touchée de vivre ces moments marquants dans la vie d’un étudiant.

Ces jours-ci, lorsque je vois les jardiniers prendre un soin jaloux de la pelouse qui reverdit ou faire pousser des fleurs sur le campus qui m’est si cher, je suis émerveillée par leur sentiment de fierté et leur détermination à préserver le visage de McGill pendant ces temps difficiles. Il serait facile d’oublier les parterres fleuris le temps d’une saison et de les laisser à l’abandon. Mais nos employés dévoués ont choisi d’en prendre soin. 

J’ai œuvré au sein de six communautés universitaires au cours de ma carrière. Chacune avait ses forces, mais je n’ai jamais été témoin d’un engagement aussi profond envers une institution et sa mission d’excellence qu’ici, à McGill. Dans le discours que j’ai prononcé lors de mon entrée en fonctions, j’ai affirmé que McGill était privilégiée de pouvoir compter sur des gens de qualité comme ceux qui y travaillent et y étudient. J’en étais intimement convaincue dès le premier jour. Dix ans plus tard, je mesure encore mieux la profondeur de l’engagement des membres de la communauté mcgilloise envers le bien-être de leur université ‒ de notre université. Je vois cet engagement chez nos étudiants ‒ je pense notamment à ces sculpteurs sur neige, dont le geste m’a touchée si profondément, et à la façon dont ils ont mis sur pied un projet de durabilité qui a permis d’éveiller la conscience des McGillois. Je le vois chez les membres de notre prestigieux corps professoral. Et, enfin, je le vois chez nos employés dévoués. 

Toutes les réussites qu’a connues l’Université au cours des dix dernières années – et elles sont nombreuses ‒ sont le fruit d’un effort collectif. Nous avons transformé nos pratiques en matière d’enseignement et de recherche en nous tournant vers une approche interdisciplinaire, reposant sur des plateformes de recherche et des équipes de chercheurs provenant de divers horizons, et ce, non seulement dans des disciplines comme les sciences physiques, les sciences de la vie et le génie, mais également dans les sciences humaines et sociales. Nous avons renforcé l’influence que nous exerçons au pays, consolidé notre réputation à l’échelle internationale, amélioré le recrutement et la fidélisation de gens de talent, et réaffirmé le sens de notre mission.

McGill a beaucoup changé au cours des dix dernières années, et ce, grâce à vous.

McGill est forte grâce à vous.

La réussite de chaque dirigeant repose sur ceux qui l’entourent. Chacun a besoin de soutien. Vous avez fait preuve de générosité et d’altruisme en m’offrant votre aide pendant mon mandat à titre de principale, et je vous en remercie. Je suis persuadée que vous accueillerez Suzanne Fortier, la nouvelle principale, avec la même générosité et la même chaleur.

Tous les jours au cours de ces dix dernières années, c’est avec joie et fierté que j’ai servi McGill. Tous les jours, les bons comme les mauvais.   

Je vous remercie pour le dévouement et l’engagement qui vous animent et pour le plaisir que j’ai eu à remplir avec vous la noble mission de l’Université McGill. Ce fut un honneur de travailler à vos côtés.

Cordialement,

Heather Munroe-Blum
Le 4 juin 2013