Quick Links

Deux minutes sur la qualité et la gouvernance

La professeure Heather Munroe-Blum
Allocution prononcée au Sommet sur l'enseignement supérieur (le 25 février, 2013)

Tous les étudiants doivent avoir accès à une éducation de qualité. Accessibilité et qualité, voilà un bon projet de société.

La qualité des universités doit reposer sur les meilleures pratiques, en lien avec leur mission respective, et un financement efficace.

On s’attend des universités québécoises qu’elles maintiennent, une qualité comparable avec celles des universités publiques d’ailleurs. Cela ne sera pas possible encore très longtemps, avec un financement moindre que celui des universités concurrentes.

En ce qui a trait aux affaires académiques, les questions de qualité sont sous la supervision de l’assemblée académique de chaque institution

Et en matière de gestion, et de planification stratégique, cela relève de leur conseil d’administration

Soyons réalistes, en ce moment, nous ne faisons pas ce qu’il faut en ce qui a trait à la qualité. Nous devons mieux la financer, mieux la mesurer, nous au québec devons aussi nous fixer des objectifs.

Mettons l’accent sur les résultats plutôt que sur les processus. La qualité des programmes, et le taux de diplomation versus tête de pipe.

Il nous faut une solide imputabilité et c’est possible comme le démontre l’OCDE en s’engageant à respecter un contrat de performance qui serait conclu entre le gouvernement et chacune des institutions.

Ce contrat doit être lié à une vision d’envergure pour le québec et ses universités. Il doit être le reflet de ce que chaque université est en mesure d’accomplir pour le québec. L’OCDE a démontré que de nombreux règlements ne sont pas efficaces pour obtenir un système d’excellence.

Nous proposons d’offrir des mesures incitatives liées au rendement. Ce serait la meilleure façon de s’assurer d’une utilisation transparente de l’argent des québécois.

Sur la question de la gouvernance, nous appuyons la création d'un organisme indépendant pour conseiller le gouvernement et les universités en ce qui concerne les orientations pour l'avenir. Les mots clés :

  1. Un organisme aviseur
  2. Le plein respect de la mission propre à chaque université.
  3. Le plein respect de l'autonomie des universités et leurs conseils d'administration.

Comme l’a répété hier notre ministre, les universités sont bien gérées.

Nous refuserons toute action qui remettrait en question le mandat, la responsabilité ou la composition des conseils d’administration.

Les universités rendent compte avec transparence de chaque aspect de leurs activités et de leur gestion au gouvernement du québec.

Nous sommes d’accord avec le gouvernement quand il veut revoir les exigences en matière de rapports pour être plus simple, plus efficace et plus stratégique.

En terminant, rappelons-nous que les jeunes du québec ne sont pas différents des jeunes ailleurs dans le monde.

Ils sont ouverts sur le monde, ils sont plus mobiles que jamais. Il faut que leur diplôme soit de qualité pour leur permettre de réaliser leurs rêves. Nous voulons tous le meilleur pour les jeunes et pour la société québécoise.