Quick Links

On this page

Repenser la situation de handicap

Vers un Modèle Social du Handicap

La vidéo qui suit offre une comparaison saisissante entre les notions de ‘déficience’ et de ‘handicap’, à la lumière du modèle social du handicap.

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

Picture of stramps, stairs with ramps integrated in them

Nous sommes tous fréquemment confrontés à la notion que le handicap est une carence ou un déficit, une condition requérant des soins ou un traitement, ou tout au moins une assistance prosthétique.  S’il est vrai que les interventions de type médical ou thérapeutique peuvent parfois faire partie du cheminement vers le succès d’un projet de vie, il ne faut pas néanmoins oublier qu’en effectuant des modifications à l’environnement qui nous entoure, aux attitudes, aux systèmes et aux pratiques, il est fort possible que nous puissions placer la personne en question dans une situation où la perception de handicap devient pour elle inexistante, ou toute au moins secondaire.

Si nous nous assurons de concevoir les environnements que nous occupons de façon à ce qu’ils soient accessibles, dès le départ, aux personnes touchés par des déficits, il nous est possible d’éliminer les situations de handicap.   Les chercheurs et théoriciens du domaine du handicap qualifient cette approche de ‘modèle social du handicap’.  Selon cette interprétation, la situation de handicap est liée à l’environnement; cette approche encourage une transformation proactive de l’espace social, transformation dont l’objectif premier devient l’inclusion.

Comparaison entre le modèle médical et le modèle social

Modèle Médical du HandicapModèle Social du Handicap
Le handicap est une déficience ou une anormalité. Le handicap est la manifestation d’une simple différence.
Le handicap est négatif. Le handicap est, en soi, neutre. 
Le handicap est une qualité inhérente de l’individu.

La situation de handicap émerge de l’interaction entre l’individu et la société qui l’entoure.

Le remède au handicap est la guérison, le traitement ou la normalisation de l’individu. Le remède à la situation de handicap est un changement dans l’interaction entre l’individu et la société.
L’intervenant est le professionnel qui gère la relation de l’individu à la société. L’intervenant peut-être l’individu lui-même, un porte-parole ou toute personne en mesure d’effectuer des changements dans l’interaction entre l’individu et la société.
Référence : Carol J. Gill, Chicago Institute of Disability Research

Aller de L’avant

Brick wall with arrow going over, under and then breakign through it.

Cette interprétation est applicable non seulement aux troubles physiques, visibles ou traditionnels et aux environnements physiques qui demandent une adaptation, mais aussi aux troubles et conditions invisibles et aux environnements dans lesquels ils peuvent se manifester, comme par exemple un campus universitaire.    Cette réalisation nous permet de ne plus simplement cibler des situations individuelles d’accès ou de nous limiter à des défis identifiés; nous pouvons maintenant concevoir bon nombre de situations hypothétiques pouvant créer des barrières pour un vaste éventail d’individus, au sein des classes, en résidence universitaire ou au sein des services aux étudiants.  Inversement, il nous est dorénavant possible d’identifier des solutions et moyens de réduire ces barrières, avant même que les étudiants ne rencontrent de défis.  Voici quelques exemples de ce genre de réflexion :

  • Les situations de handicap liées au format papier peuvent toucher les personnes ayant des troubles d’apprentissage, des troubles de la vue ou même des difficultés sur le plan de la dextérité manuelle.  Ces situations de handicap peuvent être éliminées lorsqu’une version numérisée ou accessible en ligne leur est disponible; un vaste éventail de logiciels et de produits technologiques permettent ensuite aux étudiants de maintenir leur autonomie tout en bénéficiant d’un plein accès à l’apprentissage.  Bien des étudiants ayant des défis au niveau de la mobilité préfèreront également transporter leur matériel pédagogique et leur lecture sous la forme d’une clé USB.   
  • Les troubles de l’attention, de nombreux diagnostics en santé mentale, la douleur chronique, ainsi que les effets secondaires de nombreux médicaments peuvent créer des barrières à l’apprentissage au sein d’une salle de classe.  Si toutefois l’enseignement y est différentié, et la prise de note prise en charge par le groupe, la majeure partie de ces situations de handicap peuvent être éliminées de façon proactive.  Le simple fait d’enregistrer le cours, là où l’équipement est disponible peut faciliter l’accès pour tous.  En offrant un accès différentié à l’information (sites web, en personne, par courriel ou au téléphone) un enseignant a la capacité d’offrir aux étudiants le choix du moyen de communication qui maximalise leur capacité d’accès.
  • Les contraintes de temps peuvent créer des barrières à l’apprentissage.  Les étudiants faisant l’expérience du TDAH, de troubles d’apprentissage, de troubles de santé mentale ou des troubles du spectre de l’autisme, peuvent bénéficier grandement d’un degré de flexibilité lorsque vient le temps de démontrer leurs compétences.  À compétence égale, il peut en effet leur falloir plus de temps pour démontrer leur capacité à la satisfaction de leur enseignant.  Le fait d’éliminer les contraintes temporelles, lorsque la gestion du temps n’est pas en elle-même évaluée, permet de créer un environnement inclusif d’apprentissage.