Du nouveau pergélisol autour des lacs arctiques

Nouvelles

Mais ce phénomène se poursuivra-t-il?
À l’instar de nombre cours d’eau, le lac Twelvemile disparaît peu à peu. Depuis 30 ans, le changement climatique et le dégel du pergélisol ont entraîné le recul du niveau d’eau des lacs, lequel est désormais de cinq mètres, soit l’équivalent de 15 pieds. Il s’agit d’un changement majeur qui s’est opéré en très peu de temps.

Depuis vingt ans, au fur et à mesure de la progression de la décrue des eaux, des bandes d’arbustes nains ont poussé sur les rivages nouvellement dégarnis. Martin Briggs, du Service géologique des États-Unis, et le professeur Jeffrey McKenzie, du Département des sciences terrestres et planétaires de l’Université McGill, ont découvert que l’ombre projetée par les arbustes refroidit et assèche le sol, ouvrant ainsi la voie au nouveau pergélisol.

Dans un premier temps, les chercheurs étaient très emballés par cette découverte. Mais après avoir analysé l’épaisseur du nouveau pergélisol et évalué les répercussions du changement climatique – en tenant également compte de la hausse de température prévue de trois degrés Celsius en Arctique –, ils ont conclu que le nouveau pergélisol serait détruit avant la fin du présent siècle actuel.

Pour lire l’article « New permafrost is forming around shrinking Arctic lakes, but will it last? », de Martin Briggs et coll. dans Geophysical Research Letters, cliquez sur ce lien : http://onlinelibrary.wiley.com/enhanced/doi/10.1002/2014GL059251/.

Coordonnées

Contact: 
Katherine Gombay
Organisation: 
Media Relations Office
Courriel: 
katherine [dot] gombay [at] mcgill [dot] ca
Téléphone au bureau: 
514-398-2189