À propos de science ouverte

Le premier institut de science ouverte au monde

L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal a choisi d’épouser le progrès et de devenir le premier institut de science ouverte au monde.

Le concept de science ouverte, une approche sans entrave à la recherche scientifique, acquiert droit de cité au sein du milieu universitaire. Ses principes sont simples : mettre à profit l’expertise de chercheurs et de cliniciens des grandes institutions du monde, et constituer un « couloir » ouvert où les données et matériels de recherche circulent librement dans toute la société, d’un chercheur ou d’une équipe de recherche à l’autre, d’une discipline à une autre, jusqu’aux entreprises novatrices, aux décideurs et aux citoyens.

La science ouverte accélère la recherche, améliore la qualité des résultats et réinvente la découverte elle-même. 

 La vidéo est disponible en anglais seulement. 

Une mission de dix ans

Au cours des dix prochaines années, nous comptons transformer des troubles du cerveau chroniques ou en phase terminale en maux traitables, voire guérissables. L’Institut de science ouverte Tanenbaum vise essentiellement à accélérer la découverte de nouvelles solutions thérapeutiques pour traiter des patients atteints d’une maladie neurologique.

L’objectif ultime est de réduire le fardeau humain et socioéconomique des maladies psychiatriques et neurologiques, et d’améliorer la santé mentale, la qualité de vie et la productivité de Canadiens et d’individus du monde entier.

 

Les principes 

La science ouverte à l’Institut neurologique de Montréal repose sur cinq principes directeurs : 

Principe 1 : La diffusion publique de données et ressources scientifiques

L’INM et ses chercheurs rendront accessibles l’ensemble des données numériques positives et négatives, des modèles utilisés, des sources de données, des réactifs, des algorithmes, des logiciels et d’autres ressources scientifiques au plus tard à la date de publication du premier article qui se fonde sur ces données ou ressources.

Principe 2 : Les partenariats de recherche externes

L’ensemble des données et ressources scientifiques générées à la faveur de partenariats de recherche – avec des acteurs des secteurs d’affaires, philanthropique ou public – sera accessible au même titre que l’énonce le Principe 1.

Principe 3 : Le référentiel NeurO CBIG (pour Neuro Science Open Clinical, Biological, Imaging, and Genetic Data)

Le référentiel NeurO CBIG maximisera la valeur à long terme des contributions faites par les participants à la recherche et des ressources scientifiques mises au point par les chercheurs de l’INM et leurs collaborateurs.  Dans la gestion de NeurO CBIG, l’INM reconnaît la primauté de protéger la dignité et la vie privée des patients-participants, et de respecter les droits et les obligations qui leur sont dus selon le processus de consentement informé.

Principe 4 : La propriété intellectuelle

Sous réserve de la confidentialité du patient et du consentement informé fourni, ni l’INM ni ses chercheurs en leur qualité d’employés ou de consultants d’une unité de l’INM de l’Université McGill n’obtiendront de protection conférée par brevet ou ne feront valoir des droits de protection des données à propos d’aucun de leurs travaux de recherche.

Principe 5 : L’autonomie

L’INM soutient l’autonomie de ses partenaires, y compris sans toutefois s’y limiter de ses chercheurs, membres du personnel, stagiaires et patients, tout en reconnaissant leur droit de décliner de participer à la recherche et aux activités connexes découlant d’un cadre de science ouverte. L’INM n’appuiera cependant pas des activités qui desserviraient les principes de science ouverte décrits précédemment.