Quick Links

Message du vice-principal (Santé et affaires médicales) et doyen de la Faculté de médecine

Il y a cent quatre-vingts ans, la Faculté de médecine de l’Université McGill octroyait son tout premier diplôme de médecine à William Leslie Logie, qui, par la suite, devenait ainsi le premier diplômé de McGill et le premier diplômé de médecine au Canada. Bien que notre mission qui consiste à former, à faire des découvertes et à servir la société soit toujours la même de nos jours, le monde dans lequel nous l’accomplissons a beaucoup changé.

En fait, nous vivons une ère très prometteuse pour les sciences et les soins de santé. Notre compréhension des origines de la maladie et notre habileté à modifier leur cours sont sans précédent. L’augmentation des nouvelles connaissances en cette ère de «données volumineuses» ne fera que s’accélérer. Et, des legs de généreux bienfaiteurs et défenseurs de nos intérêts, à commencer par James McGill lui-même, ont permis à notre Faculté de prendre de l’expansion, allant d’un seul établissement fait de briques à de nombreux sites et écoles.

Toutefois, les possibilités signifient parfois des défis. Les besoins de la société ont évolué. Au Québec, tout comme à plusieurs endroits dans le monde, nous vivons plus longtemps en raison des grandes percées faites en recherche, en soins et en styles de vie. Ce qui a créé une augmentation des affections chroniques. Les aînés de demain seront peut-être plus actifs et autonomes, mais plusieurs vivront avec des troubles médicaux que nous serons tenus d’améliorer. Les maladies auxquelles nous faisons face, ici et ailleurs dans le monde, sont plus complexes que jamais.

C’est pour ces raisons que la Faculté de médecine de l’Université continue de se transformer, que nous continuons d’améliorer notre façon de faire, toujours dans le but d’atteindre l’excellence. La promotion de 2017 représente la première cohorte d’étudiants en médecine qui vivra l’expérience de la nouvelle version de notre programme de formation en médecine (MDCM) – Le patient au cœur des sciences de la santé – qui les exposera à une nouvelle façon de traiter le patient, fermement ancrée en sciences fondamentales. Les soins de première ligne, la médecine fondée sur des preuves, l’apprentissage continu et l’inter professionnalisme constituent les éléments de base de ce nouveau programme d’études.

L’éducation médicale postdoctorale, tout comme celle de l’ensemble de nos Écoles, vit des changements. L’an dernier, l’École des sciences infirmières Ingram a reçu d’élogieuses marques de reconnaissance pour son programme générique (entrée directe) de maîtrise en sciences infirmières, le premier du genre au Canada. L’École de physiothérapie et d’ergothérapie voit son nombre d’inscriptions augmenter de manière significative, et l’École des sciences de la communication humaine célèbre son 50e anniversaire de fondation cet automne. Pendant ce temps, l’équipe de la Formation médicale continue de la Faculté poursuit sur sa lancée en bonifiant ses services aux professionnels en exercice.

Nous sommes ainsi en mesure de contribuer davantage à la santé de la société, non seulement par l’entremise du travail de la Faculté, mais aussi en étroite collaboration avec nos principaux hôpitaux d’enseignement – ceux faisant partie du Centre universitaire de santé McGill, l’Hôpital général juif, le Centre hospitalier de St. Mary et l’Institut universitaire en santé mentale Douglas – et nos nombreux partenaires du secteur de la santé au sein du RUIS McGill qui coordonne l’accès aux soins de santé, à l’éducation et à la recherche d’une population occupant 63 % du territoire du Québec. Les érudits du réseau McGill sont reconnus comme des chefs de file dans leurs domaines. Ils sont présents partout dans le monde et mettent en application les normes exceptionnelles que nous enseignons depuis les tout débuts.

J’ai un profond attachement à l’Université McGill et à cette Faculté de médecine. C’est ici que ma formation médicale a débuté et, à la suite d’un bref séjour à l’extérieur de la Province, la ville et l’Université m’ont ramené à la maison. J’ai le grand privilège de servir comme doyen de la Faculté de médecine de McGill qui regroupe une florissante collectivité d’étudiants, de médecins résidents, de professionnels de la santé, de scientifiques et de membres du personnel qui, comme moi, s’investissent pour que les gens soient en meilleure santé et que les humains souffrent moins. 

David H. Eidelman, MDCM

Vice-principal (Santé et affaires médicales)
Doyen de la Faculté de médecine