Quick Links

Le premier coffee-party de Trudeau

Pierre-Elliott Trudeau est mort il y a cinq ans le 23 septembre 2005, mais sa mémoire persiste.

Mon réel premier regard de près de Trudeau fut en 1965, lorsqu’il était candidat, pour la première fois, dans la très anglophone circonscription de Mont Royal. J’étais un conseiller municipal et résident depuis toujours de la ville de Mont Royal, une banlieue de Montréal, et on nous avait demandé d’accueillir ce qui a sans doute été le premier Coffee-Party de Trudeau. Ma femme, Rosslyn, m’avait appelé au bureau pour me demander de rentrer à la maison, car elle se souciait du fait que les trente dames anglophones du quartier qu’elle avait invitées ne soient peut-être un peu trop froides à l’égard d’un candidat Canadien-français. Le comté était très anglais et il y avait eu une longue lignée de députés représentant le comté, dont la langue maternelle était l’anglais.

Trudeau, portant des sandales, une veste en cuir et une chemise ouverte, arriva pile à l’heure. Je le présentai et sans notes, il donna un très bref, logique et captivant résumé des enjeux et de ses idées politiques. Il voulu alors prendre des questions et une dame qui était aveugle lui demanda sévèrement : « Qu’allez vous faire pour les aveugles? ». Il fut capable de citer la loi sur les aveugles et alors de suggérer ce qui semblait être des solutions très rationnelles aux divers problèmes des aveugles. La dame suivante était professeur au collège Sir George Williams et elle demanda : « Et qu’allez vous faire pour les professeurs? ». Trudeau expliqua qu’il était professeur à l’Université de Montréal et qu’il partageait le même point de vue que les professeurs sur ce qui devait être fait pour l’instruction supérieure, ce qu’il expliqua en détail. Cependant que les questions s’étendaient, il utilisait son esprit, son éloquence et une connaissance très profonde sur tant de sujets si bien que la salle de réception commença à s’animer et les dames furent toutes sans exception enchantées. Lorsque la soirée fut terminée, il monta dans sa Mercedes décapotable stationnée devant la porte et s’il avait dit : « Qui aimerait passer un week-en à New York? », il y aurait eu une cohue entre toutes les dames présentes en train d’essayer de monter dans sa voiture, y compris la dame aveugle.

William Tetley QC, professeur à la Faculté de droit de l’Université McGill et conseiller pour Langlais Kronstrom Desjardins de Montréal et de Québec.

Courriel: william [dot] tetley [at] mcgill [dot] ca

Site web: http://www.mcgill.ca/maritimelaw/