Bloc « Études littéraires »

Les cours de ce bloc d'« Études littéraires » offrent un complément essentiel à la formation de base des étudiants et sont regroupés en trois séries: Théorie littéraire, Œuvres et corpus et Langue française. 

Série Théorie littéraire


FREN 335 — Théories littéraires
Prof. Gillian Lane-Mercier
Hiver / Jeudi / 14h30 à 17h30

Description détaillée

Préalables

Ce cours est réservé aux étudiants du Département. Les étudiants qui s'inscrivent à ce cours doivent cependant avoir une connaissance de base de l'histoire littéraire et connaître les grands principes de la dissertation littéraire.

Contenu

Ce cours a pour but de proposer une introduction aux deux grands courants de la théorie et de la critique littéraires depuis les années 50 : le structuralisme et le poststructuralisme.  Non seulement il vise à familiariser les étudiants avec un certain nombre de concepts, problématiques et approches qui ont marqué les études littéraires depuis environ cinquante ans, mais il cherche à vérifier l’hypothèse selon laquelle ces concepts, problématiques et approches font désormais partie intégrante des débats littéraires et culturels contemporains. Le primat sera accordé aux mouvances qui ont pris leur essor en France ou qui, amorcées ailleurs, ont exercé – et exercent encore - une forte influence sur la critique littéraire française actuelle.

Étant donné la nature introductive du cours, l’optique sera résolument historique. D’une part, il s’agira de replacer ces courants dans leur contexte idéologique et culturel de départ, en vue d’esquisser (i) l’émergence du structuralisme; (ii) le passage du structuralisme au poststructuralisme et (iii) les liens qu’ils entretiennent avec des disciplines connexes (dont la linguistique, le marxisme, la philosophie, l’histoire sociale). D’autre part, il s’agira de mettre en évidence les visées, les enjeux, les points forts et les limites de ces deux courants.

Formule pédagogique

La professeure fera alterner cours magistraux et cours davantage interactifs consacrés tantôt à la discussion, tantôt à une période de questions, tantôt au travail en groupe. Au total, il y aura environ 26 heures de cours magistraux et 13 heures réservées à la discussion et au travail en groupe.

Lectures obligatoires

Un manuel de 26 textes photocopiés sera à la disposition des étudiants dès le premier cours.

Évaluation

Participation aux discussions 10%
Assiduité au cours 5%
Travail écrit individuel 30%
Travail écrit d'équipe 20% pour chaque membre de l'équipe
Examen final 35%

FREN 337— Textes, imaginaires, sociétés
Prof. Michel Biron
Automne / Lundi et Mercredi / 10h00 à 11h30

Description détaillée

Préalables

Aucun préalable.

Contenu

Ce cours présente une approche critique et l’applique à plusieurs textes littéraires d’époques et de genres divers. On y étudiera en l’occurrence comment la sociologie de la littérature et la sociocritique se sont élaborées par opposition à la théorie du reflet, puis on analysera les rapports entre texte et société à partir de quatre romans ou récits des 19e et 20e siècles. 

Formule pédagogique

Cours magistral.

Lectures obligatoires

Madame Bovary de Gustave Flaubert
Paludes d’André Gide (Gallimard, Folio, coll. « Foliothèque », 2001)
La Salle de bain de Jean-Philippe Toussaint
Le nez qui voque de Réjean Ducharme (Gallimard, Folio)

N.B. Ces quatre romans sont disponibles à la librairie Port de tête, 262 av. Mont-Royal est

Recueil de textes (« Course pack »), en vente à la librairie de McGill dès la rentrée.

Évaluation

Tests écrits (2) : 2 x 15% 

30%

Un travail de recherche (de 10-12 pages à double interligne) ,
(analyse sociocritique d’un incipit romanesque au choix; le sujet doit être soumis au plus tard le 9 novembre)

40%

Un examen « formal » 
(portant sur l’ensemble de la matière vue en classe)

30%

Il n’y aura pas de possibilité d’effectuer des travaux supplémentaires pour améliorer sa note; les étudiants ayant obtenu la note F ou J pourront se présenter à un examen de reprise d’une valeur de 100%.
Il y aura une pénalité de 5% pour chaque jour de retard.


Série Œuvres et courants


FREN 250 — Littérature française avant 1800
Prof. Normand Doiron
Automne / Mardi et Jeudi / 13h00 à 14h30

Description détaillée

Préalables

Aucun préalable.

Contenu

Survol des grandes périodes, des grandes écoles, des grands auteurs de la littérature française d'Ancien Régime (du Moyen-Âge au XVIIIe siècle) : le roman de chevalerie, le grotesque rabelaisien, l'humanisme de Guillaume Budé, pétrarquisme et platonisme chez Ronsard, Corneille et la fin de société féodale, Molière et la préciosité, La Rochefoucauld et les moralistes du Grand Siècle, Racine et la nouvelle tragédie, Voltaire et l'ironie, Diderot et le sensualisme, Rousseau et l'autobiographie.

Le cours commence par une introduction à l'étude des textes anciens : édition critique, choix du texte de base, établissement des variantes. Il comporte une initiation à l'ancien français. L'accent sera mis sur la rhétorique, qui représente l'outil avec lequel on étudie la littérature dans l'Ancien Régime.

Formule pédagogique

Cours magistral.

Lectures obligatoires

Cahier de cours, disponible en début de semestre au Bookshop.

Évaluation

Premier examen écrit (en classe) 40%
Examen final 60%

 


FREN 251 — Littérature française depuis 1800
Prof. Alain Farah
Hiver / Lundi et Mercredi / 10h00 à 11h30

Description détaillée

Préalables

Aucun.

Contenu

Ce cours propose un panorama de la littérature française allant du début du XIXe siècle à nos jours. Composé de romans, de pièces de théâtre, de poèmes et d’essais, ce parcours de lecture posera la question, inévitable, de la politique de la littérature. Il s’agira ainsi de comprendre la « situation » des œuvres et des auteurs au regard des paradigmes esthétiques et idéologiques de leur époque. L’objectif de ce cours consiste à développer des connaissances sur l’histoire de la littérature française tout en portant un regard critique sur la pratique sociale de cette discipline. Bien que l’exposé magistral demeure la formule pédagogique la plus adaptée à l’enseignement devant de grands groupes, le professeur encourage les étudiants à réagir avec concision au contenu du cours.  

Formule pédagogique

Cours magistral.

Lectures obligatoires

François-René de Chateaubriand, René, Folio. [1802]
Honoré de Balzac, Sarrasine, Magnard. [1830]
Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Folio. [1869]
André Breton, Nadja, Folio. [1928]
Samuel Beckett, Fin de partie, Minuit. [1957]
Marguerite Duras, L’Amant, Minuit. [1983]
Marie Darrieusecq, Truismes, Folio. [1996]

Évaluation

Présence en classe 

10%

Trois tests-surprises en classe 

30%

Un examen de connaissances 

25%

Un travail final 

35%

FREN 252 — Littérature québécoise
Prof. Jane Everett
Automne / Lundi et Mercredi / 11h30 à 13h00

Description détaillée

Préalables

Aucun préalable. À NOTER TOUTEFOIS QUE LES TESTS ET L’EXAMEN FINAL DOIVENT ÊTRE RÉDIGÉS EN FRANÇAIS, SANS DICTIONNAIRE.

Contenu

Introduction à la littérature québécoise des origines à nos jours. Aperçu des grandes périodes et des courants principaux. Présentation de quelques auteurs majeurs et analyse de cinq œuvres représentatives.

Formule pédagogique

Cours magistraux.

Lectures obligatoires

(1) LACOMBE, Patrice. La terre paternelle, Montréal, Bibliothèque québécoise, coll. « Bibliothèque québécoise », 1999 [1846].
(2) HÉBERT, Anne. Le torrent, Montréal, Bibliothèque québécoise,  coll. « Bibliothèque québécoise », 2009 [1950].
(3) BLAIS, Marie-Claire. Une saison dans la vie d’Emmanuel, Montréal, Boréal, coll. « Boréal compact », 1991 [1965].
(4) BOUCHER, Denise. Les fées ont soif, Montréal, Typo, coll. « Théâtre », 2008 [1978].
(5) MOUAWAD, Wajdi. Littoral, Montréal, Leméac, coll. « Nomades », 2015 [1999].
(6) 
FREN 252 – Littérature québécoise, Recueil de textes (« Course Pack »), disponible à la Librairie de McGill

Évaluation

Tests (2 x 25 %)

50%

Examen final (« formal »)     

50%

FREN 355 — Littérature du 20e siècle 1
Myriam Vien
Automne / Mardi et Jeudi / 13h00 à 14h30

Description détaillée

Préalables

Aucun

Contenu

Ce cours propose une traversée dans le roman français du XXe siècle par l’étude de textes majeurs relevant d’une thématique commune : la laideur. En effet, entre les pages que Sartre consacre au « visqueux », la saleté et les immondices qui jonchent l’univers beckettien ou les outrances subversives du Surréalisme, plusieurs œuvres romanesques de l’époque semblent répondre au vœu du Bardamu de Voyage au bout de la nuit : « pourquoi n’y aurait-il pas autant d’art possible dans la laideur que dans la beauté ? » (p. 78)

Nous interpréterons cette laideur à la lumière de l’esprit de transgression qui anime le roman français au moment où le genre, après avoir vécu l’apogée du projet littéraire réaliste, est plus que jamais travaillé par des interrogations sur sa forme, sa langue, son sens, sa pertinence. Exhiber en toute licence le répugnant, le monstrueux ou le simplement moche devient ainsi autant un moyen pour le roman d’examiner les fractures qui déchire le monde moderne que de pousser ses propres recherches stylistiques et formelles.

À travers la fortune du roman populaire (décrié comme une dérive de la littérature dans la culture de masse et la promotion du vice et des aventures scabreuses) jusqu’au réalisme sans concession des œuvres contemporaines, et en passant par les propositions radicales des avant-gardes formalistes, le XXe siècle assiste au triomphe d’une « littérature [qui] s’arrange de tout, s’accommode de tout, fouille parmi les ordures, lèche les plaies du malheur. » (Michel Houellebecq) Il s’agira donc de dégager, tant sur le plan de la forme que des thèmes abordés, les enjeux que pose la présence de la laideur dans le roman, en voyant comment ceux-ci procèdent à son renouvellement et à sa diversification.

Formule pédagogique

  Cours magistraux, lectures commentées d’extraits, études comparées de textes.

Lectures obligatoires

  • Le Fantôme de l’opéra (1910) de Gaston Leroux
  • Voyage au bout de la nuit (1932) de Louis-Ferdinand Céline
  • Molloy (1951) de Samuel Becket
  •  Extension du domaine de la lutte (1994) de Michel Houellebecq

Évaluation

1 test de mi-session en classe 

20%

1 travail de session 

40%

1 examen récapitulatif final 

40%

 


FREN 360 — Littérature du 19e siècle 1
Agnès Domanski
Hiver/ Lundi et Mercredi / 16h00 à 17h30

Description détaillée

Préalables

Aucun

Contenu

Depuis Le Conte du Graal au moins, l’entrée de l’individu dans la vie, les aventures d’un jeune homme (plus rarement d’une jeune femme) cherchant à faire ses preuves et à trouver sa « place », ont été un sujet de prédilection pour les romanciers. Dans le cadre de ce cours, nous étudierons les enjeux et les mutations du roman de formation français au 19e siècle en lien avec les grands courants littéraires de ce siècle ainsi que dans une perspective de poétique romanesque. De par sa caractéristique fondamentale – celle d’être en formation, d’avoir toute sa vie devant soi – le jeune fournit aux écrivains un terreau particulièrement fertile pour l’examen des questions marquantes de leur époque et des raisons d’être et des moyens de la littérature à la période où le roman s’impose comme épopée bourgeoise : comme genre essentiel de la modernité.

Formule pédagogique

Cours magistral, lectures commentées

Lectures obligatoires

Benjamin Constant, Adolphe (1816)
Stendhal, Le Rouge et le Noir
Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale (1869)
Guy de Maupassant, Boule de suif
Joris-Karl Huysmans, À Rebours

Évaluation

Participation

10%

Examen de mi-session

20%

Travail écrit (8-10 pages)

40%
Examen récapitulatif 30%

FREN 364 — Littérature du 18e siècle 1
Prof. Frédéric Charbonneau
Automne / Mardi et Jeudi / 14h30 à 16h00

Description détaillée

Préalables

Aucun

Contenu

Introduction à la littérature du XVIIIe siècle français dans ses rapports avec le mouvement « philosophique ». Nous nous intéresserons particulièrement à la Régence (1715-1723) qui suit la mort de Louis XIV, envisagée tour à tour sous l’angle des idées (libertinage dans l’entourage du Régent, influence de l’Angleterre, nouvelle importance des sciences, renouvellement des institutions politiques et économiques), de la sensibilité (gaieté), de l’esthétique (rococo), des formes (romans mémoires, théâtre de foire), des thèmes (le voyou, la ville), etc. Notre corpus vise à donner de la production de l'époque une perception variée, qui sache prendre en compte les œuvres secondaires aussi bien que les classiques. Tout en nous attachant pour l'essentiel à l'analyse de romans, nous souhaitons montrer l'existence d'un continuum entre ces œuvres et celles qui, historiques ou critiques, ne relèvent pas de la fiction.

Formule pédagogique

Cours magistral, appuyé sur des explications de texte. Le professeur se charge d'établir les points de repère historiques, formels et thématiques.

Lectures obligatoires

1721, Montesquieu, Lettres persanes.
1722, Marivaux, Surprise de l’amour.
1731, Prévost, Manon Lescaut.
1733, Voltaire, Lettres anglaises.

Évaluation

Examen de mi-session 

25%

Examen final « formal » 

40%

Travail écrit 

25%

FREN 366 — Littérature de la Renaissance 1
Prof. Diane Desrosiers
Hiver / Lundi et Mercredi / 11h30 à 13h00

Description détaillée

Préalables

Aucun préalable

Contenu

Panorama de la littérature française du XVIe siècle à travers l’étude de quelques textes représentatifs des principaux courants et genres littéraires de la Renaissance. Nous nous proposons d’examiner, dans ses grandes lignes, le contexte politique, culturel et religieux de la première moitié du XVIe siècle. Puis, nous préciserons le contenu d’un certain nombre de concepts fréquemment utilisés : « Renaissance », « humanisme », « évangélisme », « Réforme ». Nous aborderons enfin les écrits de deux femmes écrivains et de deux auteurs masculins, représentant d’une part la poésie ludique et satirique (Clément Marot) ainsi que la poésie amoureuse (Louise Labé) et, d’autre part, la prose narrative : la « nouvelle » (Marguerite de Navarre) et le « roman » (François Rabelais).

Formule pédagogique

Les cours prendront la forme d’exposés magistraux, ce qui n’exclut pas évidemment la participation des étudiants.

Lectures obligatoires

MAROT, Clément. « L’Enfer », dans L’Adolescence clémentine, Frank Lestringant (éd.), Paris, Gallimard, 1987, coll. «Poésie», p. 245-258.
MARGUERITE DE NAVARRE. Le « Prologue », les nouvelles de la « Première journée » ainsi que les nouvelles 11, 32 et 67, dans l’Heptaméron, Simone de Reyff (éd.), Paris, Flammarion, 1982, coll. « GF », no 355, pp. 39-131, 295-300, 458-461.
LABÉ, Louise. « Débat de Folie et d’Amour », dans Œuvres complètes, François Rigolot (éd.), Paris, Flammarion, 1986, coll. « GF », no 413, pp. 40-103.
RABELAIS, François. Pantagruel, édition bilingue, Marie-Madeleine Fragonard (éd.), Paris, Pocket, 1998, coll. « Classiques », no 6204.

Évaluation

Dossiers de lecture 

40%

Analyses textuelles 

50%

Présence, participation et exercices en classe 

10%

FREN 372 — Littérature québécoise 1
Prof. Michel Biron
Hiver / Mardi et Jeudi / 10h00 à 11h30

Description détaillée

Préalables

Aucuns

Contenu

Ce cours portera sur les œuvres, les revues et les événements littéraires qui ont marqué l’année 1965 au Québec et permettra ainsi de plonger au cœur du discours de la Révolution tranquille. Cette coupe synchronique dans l’histoire sera l’occasion de confronter des textes appartenant à divers genres, de les situer dans un horizon d’attente commun et de mieux baliser la vie littéraire telle qu’elle apparaissait durant cette époque considérée aujourd’hui comme l’âge d’or de la littérature québécoise.     

Formule pédagogique

Le cours allie l’enseignement magistral et la participation étudiante sous forme de discussions et d’exposés oraux. 

Lectures obligatoires

Hubert Aquin, Prochain épisode
Jacques Ferron, La Nuit
Claire Martin, Dans un gant de fer
Roland Giguère, L’Âge de la parole
Jacques Brault, Mémoire
Marie-Claire Blais, Une saison dans la vie d’Emmanuel

Recueil de textes (course pack

Évaluation

Un court travail écrit 

15%

Un exposé oral 

15%

Un long travail écrit 

60%

Participation

10%

FREN 380 — Littératures francophones 1
Prof. Mbaye Diouf
Automne / Mardi et Jeudi / 8h30 à 10h00

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints 

Aucun

Contenu

Le cours de Littératures francophones 1-Les lieux textuels étudie les nouvelles représentations et les nouvelles sémantisations de l’espace dans les romans francophones. Longtemps marqué par les contingences coloniales et néocoloniales, l’espace figuré procède d’une nouvelle qualification textuelle qui en redessine les contours, découvre les contradictions locales et énonce sa relation parfois ambiguë au monde. En s’appuyant sur les théories de la géocritique, le cours de Littératures francophones 1 montrera comment les écrivains francophones d’Afrique, des Antilles et du Maghreb attribuent d’autres sens à des lieux généralement connus et redéfinissent les rapports de l’« Ici » au « Soi » et à l’« Ailleurs » grâce à des langages littéraires singuliers et créatifs. À travers les œuvres d’auteurs comme Fatou Diome, Assia Djebar, Ananda Devi et d’autres, les étudiant.e.s analyseront les différentes écritures des lieux dans la fiction francophone pour mieux se familiariser avec d’autres modèles narratifs, poétiques et discursifs en langue française encore peu ou mal connus.   

Formule pédagogique

Introductions générales et supports cartographiques, lectures dirigées d’extraits, études comparées de textes, présentations orales encadrées des étudiant.e.s, projections et commentaires de documents audiovisuels.  

Lectures obligatoires

Assia Djebar, L’amour, la fantasia, Paris, Livre de poche, 2001 [1985].
Ananda Devi, Ève de ses décombres, Paris, Gallimard, 2006.
Fatou Diome, Le Ventre de l’Atlantique, Paris, Anne Carrière, 2003.

Évaluation

Présence et participation active au cours (-2 pts par absence non justifiée) 

10%

3 travaux en classe sur chaque roman 

30%

Présentation orale en groupe (avec remise du texte rédigé) 

25%

Examen final formal portant sur l’ensemble des œuvres et du cours 

35%

 


FREN 455 — Littérature médiévale 1
Audray Fontaine
Automne / Mardi et Jeudi / 11h30 à 13h00

Description détaillée

Préalables

Aucun

Contenu

La littérature médiévale française regorge de personnages qui ont marqué l’imaginaire collectif : qu’il s’agisse de Roland, héros épique qui meurt en martyr au nom de sa « Duce France »; Philomena, jeune femme qui, après avoir été violée et s’être fait trancher la langue par son beau-frère, trame une vengeance aux relents de cannibalisme; ou encore Silence, la travestie qui se déguise successivement en valet, en jongleur et en chevalier afin de déjouer les lois qui la dépossèdent des terres familiales. Ce sont d’ailleurs ces mêmes personnages qui peuplent les œuvres au programme de ce cours d’introduction à la littérature médiévale.

Au fil des séances, il sera possible d’explorer et de se familiariser avec certains textes qui incarnent les différents genres littéraires en circulation entre les xie et xve siècles, mais aussi avec des œuvres qui s’inscrivent un peu en marge des attentes que se sont forgées les lecteurs d’aujourd’hui. Grâce à des cours magistraux, des discussions, des analyses de texte et des travaux de recherche, l’étudiant apprendra à définir ce que sont la chanson de geste, le roman, le récit bref et les différentes formes poétiques au Moyen Âge.

Une série de questions guidera la réflexion que nous entendons mener tout au long du semestre. Pourquoi peut-on dire, à la suite du médiéviste Michel Zink (1990), que l’auteur médiéval se « souvient » des œuvres de l’Antiquité dans La Chanson de Roland ou encore dans Philomena? Peut-on parler de conscience générique chez les médiévaux? Existe-t-il des indices qui nous permettent de déterminer comment Chrétien de Troyes appréhendait la composition d’un roman? En quoi la métaphore textile – qui d’un point de vue étymologique renvoie à la fois au tissu qui recouvre un corps et au texte même – incarne-t-elle la poétique d’Heldris de Cornouaille dans son Roman de Silence? Comment Guillaume de Machaut, Charles d’Orléans, Jean Froissart ou encore Villon développent-ils leur « art subtil » (Jacqueline Cerquiglini, 1985), au moment de la rédaction de leurs poèmes? Voilà autant de questions auxquelles nous tâcherons de fournir des réponses, afin de dégager des textes à l’étude leurs caractéristiques spécifiques et de jeter ainsi un peu de lumière sur la « textualité médiévale » que Nancy A. Jones a qualifiée de « complexe et contrastée » (1997).

Formule pédagogique

Cours magistraux, discussions

Lectures obligatoires

La Chanson de Roland, éd. et trad. Jean Dufournet, Paris, Flammarion, coll. « GF-Bilingue », 1993.
Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. et trad. Michel Rousse, Paris, Flammarion, coll. « GF-Bilingue», 1994.
Heldris de Cornouaille, Roman de Silence, trad. Florence Bouchet, dans Danielle Régnier-Bohler (dir.), Récits d’amour et de chevalerie, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2000.                                 
Philomena, éd. et trad. Emmanuèle Baumgartner, dans Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena, Paris, Gallimard, coll. «  folio classique », 2000.

***La Chanson de Roland,  Erec et Enide et Philomena seront disponibles à la librairie Le Port de tête (262, avenue Mont-Royal Est, métro Mont-Royal).

*** Le Roman de Silence sera disponible, avec une sélection d’extraits littéraires et critiques, dans un recueil de textes (« Course Pack ») à la librairie de l’université. 

Évaluation

Explication de texte

20 %

Dissertation sur table

30 %

Travail de recherche et d’analyse

40 %

Participation active

10 %

Série Langue française


FREN 231 — Linguistique française
Prof. Mbaye Diouf
Hiver / Mardi et Jeudi / 11h30 à 13h00

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints 

Aucun

Contenu

Le cours FREN 231 présente une introduction générale de la linguistique française en passant en revue les différents concepts et écoles qui l’animent et la définissent. Il se propose d’étudier les éléments constitutifs de la langue française et son organisation en système de communication oral et écrit. De la phonétique à la pragmatique, en passant par la syntaxe et la sémantique, il sera question d’amener les étudiantEs à mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement de la langue et du langage à travers une variété de travaux en classe et à la maison.        

Formule pédagogique

Introductions théoriques, travaux pratiques en classe, études comparées de textes, exercices à domicile.           

Lectures obligatoires

Pierre Léon et Parth Bhatt, Structure du français moderne, Toronto, Canadian Scholars Press, 3e édition revue, 2005. 

Évaluation

À déterminer


FREN 336 — Histoire de la langue française
Prof. Chantal Bouchard
Automne / Lundi et Mercredi / 13h00 à 14h30

Description détaillée

Préalables

Aucun

Contenu

1.  Formation de l’ancien français 
- émergence d’une langue : VIIIe – IXe siècles
- ancien français : phonétique, morphologie, syntaxe, lexique

2. Langue française et société 
- le français du XIIIe siècle au XVIe siècle
-les parlers français et la langue du roi

3. Le français au XVIe siècle 
- expansion et diffusion de la langue française
 
- français et langues savantes

- évolutions        

4. Le français aux XVIIe et XVIIIe siècles 
- l’institution et la norme 
- la Révolution et ses effets

5. Le français aux XIXe et XXe siècles
-normes et usages
-évolutions 
-variation sociale et régionale

6. L’essaimage de la langue française
- les colonisations des XVIIe et XVIIIe siècle 
- Afrique du Nord, Océanie, Afrique noire, Madagascar, Indochine
 
- l’Amérique française

Formule pédagogique

Cours magistaux

Lectures obligatoires

Mireille Huchon, Histoire de la langue française, Le livre de poche, 2002.

Bibliographie complémentaire

Jacques Chaurand (dir.), Nouvelle histoire de la langue française, éditions du Seuil, 1999.
Jacqueline Picoche, C. Marchello-Nizia, Histoire de la langue française, Nathan, 1989.
 Henriette Walter, Le français dans tous les sens, Le livre de poche, 1988.
Jean-Louis Tritter, Initiation à l’histoire de la langue française, Éditions Ellipses, 2003.
Chantal Bouchard, Méchante Langue; La légitimité linguistique du français parlé au Québec. Presses de l’Université de Montréal, 2012.

Évaluation

Test de mi-session, en classe, sans notes ni livres

30%

Examen «informal» en classe   

40%

Travail

15%

Présence

15%