Quick Links

Stephen Smith : Utiliser l’analogie

Stephen Smith

« Je dis souvent à mes étudiants qu’ils auraient dû apprendre les principes fondamentaux de ce que j’enseigne en droit des contrats à l’âge de sept ou huit ans… »

Stephen Smith étudie et enseigne le droit des obligations en common law et en droit civil, et la théorie du droit. Il est l’auteur de deux ouvrages sur le droit du contrat : Contract Theory (2004) et Atiyah’s Introduction to the Law of Contract, 6e édition (2005). Il a fait son doctorat à l’Université Oxford, où il a d’ailleurs enseigné pendant quelques années. Il est devenu professeur titulaire à McGill en 2004. En 2008, il a reçu une bourse de recherche Killam du Conseil des Arts du Canada.

Quelles expériences ont enrichi votre façon d’enseigner?

Je suis probablement connu, au plaisir ou au déplaisir de mes étudiants, pour souvent prendre mes enfants en exemple dans mes cours de philosophie du droit et sur les contrats. Je prends des exemples tirés de mon quotidien – et des analogies sportives – dans le cadre de mon cours de philosophie du droit, car j’estime, comme beaucoup de gens, que le droit est un système d’autorité, qui dicte la façon dont on doit se comporter. Il peut se tromper, mais fondamentalement, ce système établit des règles de comportement. Lorsque j’utilise des analogies sportives ou familiales, je demande aux étudiants : « Pourquoi les enfants doivent-ils obéir à leurs parents ou les athlètes faire ce que leur demande leur entraîneur? » Ils me répondent généralement que c’est parce que ces personnes sont avisées et sont des experts en quelque sorte. En effet, lorsqu’on étudie les lois qui encadrent la pollution ou la vitesse au volant, on constate que celles-ci s’appuient sur des recherches et de l’expertise.

Pour expliquer ce qui distingue les différents tribunaux dans le cours avancé sur les obligations de common law, je raconte aux étudiants qu’à la maison, je joue le rôle de la cour de justice – j’établis les règles, d’ailleurs, je ne suis pas très conciliant. Que se passe-t-il quand mes enfants n’aiment pas une de mes décisions? Ils demandent une audience auprès de la cour d’equity, c’est-à-dire ma femme! Elle fait parfois des exceptions. Si je dis : « Vous n’avez pas mangé vos légumes, pas de dessert, c’est la règle », mais qu’ils reviennent à la charge en répliquant : « Mais nous avons aidé à cuisiner le dessert! », ma femme pourrait ajouter « Bon, d’accord, faisons une exception ».

J’enseigne que nous avons besoin de règles et de certitude, mais aussi de souplesse. Tout système judiciaire doit trouver le moyen de combiner notre désir de certitude, de prévisibilité et de clarté, et notre désir de justice au cas par cas. Je dis souvent à mes étudiants qu’ils ont dû apprendre les principes fondamentaux de ce que j’enseigne en droit des contrats à l’âge de sept ou huit ans : tenir ses promesses, ne pas mentir et rendre ce qui ne nous appartient pas. Voilà grosso modo la raison d’être du droit. J’admets que les détails techniques rendent le tout plus difficile, mais les principes essentiels qui sous-tendent ce que nous étudions sont des principes moraux de base que les étudiants devraient déjà connaître.

Follow us on: