Quick Links

Geneviève Saumier: Instaurer la confiance

Geneviève Saumier

« ...je veux qu’ils résistent à la tentation de croire que le droit doit et devrait résoudre tous les problèmes de la société. »

Geneviève Saumier enseigne un cours de première année sur la responsabilité civile et un cours d'année supérieure sur le droit de la consommation. Depuis son arrivée à McGill en 1996, elle enseigne aussi sur son principal domaine de recherche, c'est-à-dire le droit privé international.

Geneviève enseigne autant en anglais qu'en français et elle encourage tous ses étudiants à profiter de leur milieu bilingue en s'inscrivant à des cours dispensés dans leur langue seconde. 

Lisez un profil de recherche de Geneviève dans Focus online.

Que voulez-vous que les étudiants retiennent de votre cours?

Mes méthodes diffèrent selon le niveau de mes étudiants. Par exemple, dans le cours Responsabilité civile, je veux que mes étudiants de première année comprennent que la transition aux études à la Faculté de droit peut se faire en douceur. Par conséquent, à la première session, j’adopte un rythme un peu plus lent – il y a moins de lectures que ce qu’ils attendaient – et je les encourage à trouver des liens entre la vie quotidienne et les problèmes de droit afin de les aider à s’adapter à leur nouvelle expérience universitaire. En même temps, je veux qu’ils résistent à la tentation de croire que le droit doit et devrait résoudre tous les problèmes de la société, bien que cela puisse sembler contraire à l’intuition – surtout dans un cours de droit! J’aime bien donner des explications, cultiver le doute et discuter de la responsabilité en droit civil comme d’un recours parmi d’autres pour contrer les blessures et les souffrances.

D’un autre côté, je veux que les étudiants des années supérieures dans mon cours de Droit privé international prennent conscience de la dimension internationale des relations de sorte qu’en travaillant sur un problème juridique, ils se posent instinctivement la question : « Cet enjeu comporte-t-il des implications internationales ? » Cette méthode vise principalement à leur faire prendre conscience de leurs propres limites. Nous nous concentrons à développer un bon esprit d’analyse pour aborder avec plus de facilité des problèmes touchant plusieurs juridictions. En fin de compte, je veux donner aux étudiants la confiance qu’ils sauront où aller chercher des réponses, non seulement en faisant des recherches dans un domaine qu’ils connaissent moins, mais aussi, par exemple, en consultant un avocat à l’étranger.

Lorsque je donne le cours de Droit de la consommation, je veux amener mes étudiants à penser aux implications sociales de différents choix de consommation et aux dimensions politiques du droit. Nous étudions donc d’importants enjeux réglementaires comme l’équilibre entre le paternalisme et l’autonomisation des consommateurs. Je veux aussi qu’ils étudient le sujet en tenant compte de leur propre perspective de consommateur. Ainsi, grâce à la lecture sur la théorie et les politiques, en plus de travaux pratiques comme des projets de groupe ou des visites à la cour des petites créances, je veux que les étudiants se demandent si les consommateurs ont besoin d’être protégés davantage ou s’ils doivent plutôt changer leurs comportements, et ultimement, réfléchir aux conséquences pour notre société.

Follow us on: