Quick Links

Histoire de la Faculté de droit de McGill

De modestes débuts en 1848...

Un lion et bouclier décorent un des murs de pierre du Pavillon Chancellor-Day L'Université McGill donnait des cours informels de droit dès 1829. Ce n'est toutefois qu'en 1848 que la première faculté de droit au Canada a été officiellement fondée, suite à une pétition présentée par 23 jeunes hommes ayant préparé les examens du Barreau du Québec et voulant voir leurs efforts récompensés par l'octroi d'un diplôme officiel en droit.

Au moment de la Confédération, 19 ans plus tard, 110 diplômés de la Faculté de droit de McGill travaillaient aux quatre coins du pays. Deux d'entre eux, Sir John Joseph Caldwell Abbott et Sir Wilfrid Laurier, allaient devenir Premier ministre, et un autre, Thomas d'Arcy McGee, allait laisser son nom dans l'histoire en tant que père de la Confédération.

En 1853, la Faculté comptait deux professeurs et deux chargés de cours sous l'intendance du Doyen Charles Dewey Day, bâtonnier du Barreau du Québec. Ce n'est qu'en 1890, lorsque Sir William MacDonald a légué 200 000$ à la Faculté, que cette dernière a pu engager les professeurs dont elle avait besoin et commencer à bâtir l'institution de haut niveau qu'elle est devenue au vingtième siècle.

Depuis ces modestes débuts, la Faculté de droit de McGill a acquis une renommée internationale pour son excellence dans l'enseignement et dans la recherche, grâce notamment à l'importance qu'elle accorde au droit comparé. Profitant de sa situation pour étudier les deux traditions principales de l'Occident, la common law anglo-américaine et le droit civil de l'Europe continentale, McGill est un chef de file de la communauté juridique depuis plus de 100 ans.

Cent cinquante ans de distinction universitaire

Au cours des derniers 150 ans, les diplômés de la Faculté de droit de McGill se sont fait connaître en tant que juges de plusieurs cours (dont huit de la Cour suprême du Canada), politiciens (dont quelques-uns à titre de premier ministre) et membres influents de la communauté universitaire ou commerciale. McGill se distingue des autres facultés de droit par la diversité et l'approfondissement des champs du droit étudiés dans son programme d'enseignement et dans les recherches menées par ses professeurs. Les professeurs de droit de McGill ont toujours joué un rôle de premier plan dans l'avancement du droit au niveau national et international et dans la défense des droits de la personne.

Cette tradition remonte au premier doyen, Charles Dewey Day, qui était un des trois commissaires responsables de la rédaction du Code civil du Bas-Canada en 1866, source première du droit québécois jusqu'au début des années 1990.

Au moment de la révision du Code dans les années 1960 et 1970, un autre professeur de droit de McGill, Paul-André Crépeau, a été nommé président de l'Office de révision du Code civil. Le siècle qui sépare Day de Crépeau a donné à la Faculté d'autres civilistes éminents, dont Lafleur, Walton, Marler, Wainwright, Baudouin et Migneault.

En 1946, le professeur Maxwell Cohen s'est joint à la Faculté. Son initiative a entraîné la création de l'Institut de droit aérien et spatial en 1951 et de l'Institut de droit comparé en 1966. Ces deux instituts ont joué un rôle extrêmement important dans le développement et l'enrichissement des programmes d'études supérieures en droit à McGill. En tant que professeur émérite, Cohen a agi à titre de juge ad hoc à la Cour internationale de Justice avant de prendre sa retraite.

Cohen a également conçu le Programme national qu'il a inauguré en 1968. Le nouveau programme de McGill, mis sur pied en 1999, demeure unique au monde parce qu'il permet aux étudiants de premier cycle de développer une compréhension critique du droit civil et de la common law en travaillant dans un environnement bilingue.

Parmi les autres membres de la Faculté très célèbres, mentionnons le grand constitutionnaliste et défenseur des libertés civiles F.R. Scott qui a plaidé le fameux cas Roncarelli devant la Cour suprême du Canada en 1959 pour ensuite devenir membre de la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme, John Peters Humphrey, le directeur fondateur de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies et auteur du premier jet de la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée en 1948, Roderick Macdonald, président fondateur de la Commission du droit au Canada, Dr. Margaret Somerville, directrice fondatrice du Centre de médecine, d'éthique et de droit de McGill et bioéthicienne de renommée internationale, Peter Leuprecht, représentant spécial des Nations Unies pour les droits la personne au Cambodge.

Bâtir l'avenir sur de solides acquis

Depuis plus de 150 ans, la Faculté de droit de McGill façonne les esprits juridiques en faisant preuve de la même aisance face à la rigueur intellectuelle de la formation universitaire que face à la réalité pratique de la profession juridique. Cette tradition d'excellence est la fierté des diplômés de McGill et nous comptons bâtir sur cette base solide au cours de notre troisième siècle d'enseignement.

Pour en apprendre davantage sur l'histoire de la première faculté de droit au Canada, vous pouvez lire A Noble Roster: One Hundred And Fifty Years Of Law At McGill de Ian Pilarczyk.