Quick Links

L'amour des mots chez les nouveau-nés

Nouvelles

Publié: 17 Fév 2006

À quel moment les bébés développent-ils une préférence pour la parole, comparativement à d'autres sons? S'agit-il d'une préférence innée, développée durant la gestation ou durant les premiers jours suivant l'accouchement? La psychologue Athena Vouloumanos, professeure de l'Université McGill, a indiqué qu'elle a réussi à franchir la barrière du son utérine. Dans le cadre d'une étude menée en partie auprès de nouveau-nés, la Pre Vouloumanos a affirmé que la préférence de ces derniers pour le son de la voix est partiellement innée.

La préférence qu'affichent les bébés pour la parole est-elle innée, développée durant la gestation ou acquise durant les premiers jours suivant la naissance? La psychologue Athena Vouloumanos, professeure à l'Université McGill, a indiqué qu'elle a réussi à franchir la barrière du son utérine et à distinguer la parole d'autres sons, établissant ainsi que la préférence des nouveau-nés pour le son de la voix est partiellement innée.

« Nous savons qu'aux premiers jours de leur vie, les enfants préfèrent la parole aux autres sons. Mais la question demeure pourquoi. La réponse se trouve-t-elle en eux, sont-ils programmés à reconnaître un signal particulier lié à la parole, sans pour autant en avoir eux-mêmes fait l'expérience? Cela s'explique-t-il par une expérience prénatale, dans l'utérus? Je crois que nous avons démontré qu'il existe une composante expérience-indépendante à la préférence des nouveau-nés à la parole », a souligné Mme Vouloumanos, professeure adjointe au Département de psychologie de l'Université McGill, à Montréal, au Canada.

L'étude a été menée auprès de 20 nouveau-nés au Women's and Children's Hospital, en Colombie-Britannique. Les sujets à qui l'on faisait écouter la voix humaine ont réagi davantage, dans une proportion de 15 pour cent, en tétant leur suce, comparativement à lorsqu'on leur faisant écouter d'autres sons, non liés à la voix.

« Nous avons découvert que les enfants étaient davantage portés à téter leur suce lorsque cela les amenait à entendre une voix humaine, et que le contraire se produisait lorsque cette même action les amenait à entendre d'autres sons », a indiqué la Pre Vouloumanos. En compagnie de collègues, Mme Vouloumanos a élaboré une procédure expérimentale laborieuse en deux parties visant à distinguer la familiarité intra-utérine de la prédisposition innée. La procédure comprenait une série d'analogies complexes se rapprochant le plus possible de la parole, sans toutefois inclure de véritables mots. Cela a permis d'évaluer la capacité des nouveau-nés à distinguer la parole d'autres sons.

La Pre Vouloumanos a présenté ses plus récentes découvertes lors de l'assemblée annuelle de l'Association américaine pour le progrès de la science, qui a eu lieu le 17 février à St. Louis. La recherche paraîtra dans la publication Developmental Science.

Coordonnées

Contact: Athena Vouloumanos
Organisation: Département de pyschologie
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-3856
Site de source: /it
Classification: