Quick Links

Chercheurs gradués Archie Malloch en apprentissage public

Mme Danijela Zutic

Candidate au doctorat, Département d'historie de l'art et de communication

Chercheuse Malloch 2012-2013

En harmonie avec le ciel et la terre : peintures de cryptes romanes italiennes


La crypte médiévale était un site où la mort et la vie coexistaient. Les programmes picturaux forts élaborés recouvrant les murs de la crypte renforçaient l’interdépendance (sémantique et empirique) entre la mort et la vie, telle que perçue dans l’espace liminal de la crypte. Ces images sont le sujet de ma dissertation. De façon plus spécifique, mes recherches doctorales explorent l’impact de la théologie et de la philosophie naturelle sur la guérison spirituelle dans le contexte des fresques de cryptes en Italie du douzième au treizième siècle. À cette époque, la péninsule italienne était marquée par de nombreuses intersections culturelles et politiques. C’est en ces endroits que les routes provenant du nord (France, Allemagne et Angleterre) et du sud (l’Empire Byzantin) convergeaient. Les arts et les sciences se combinèrent sous l’égide des premières universités, tandis que des tensions historiques, politiques et religieuses continuelles se jouaient entre la papauté et le Saint Empire Romain. En élucidant ce milieu distinct et ses publics variés, mon investigation poussée de la crypte et de ses cycles polychromiques promet de démontrer comment l’espace liminal de la crypte, rempli de fresques décoratives sophistiquées, était central à la formulation et à la dissémination de nouvelles compréhensions de la mort, du renouveau, ainsi que de la guérison physique et spirituelle.

Je m’intéresserai particulièrement à la Crypte d'Anagni, en Italie centrale, où une série de représentations scientifiques existe en tension avec le reste du cycle peint. La majorité des éléments du programme pictural à Anagni regroupe des scènes du Nouveau et de l’Ancien Testament. Contrairement aux murs principaux de l’église, habituellement réservés aux images du Christ ou de la Vierge, la crypte est décorée de représentations de vies de saints et de leurs actions miraculeuses. Ainsi le renfoncement principal de la crypte d’Anagni héberge une image de l’Apocalypse dans le haut, représente la vie et les miracles de Saint Magnus en dessous, ainsi qu'un autel qui aurait vraisemblablement accueilli les reliques du saint. Ces choix picturaux ainsi que l’arrangement spatial de la crypte en font un site de vénération, ainsi qu’un lieu de liturgie chrétienne.  De plus, le programme représente deux docteurs grecs, Galien et Hippocrate, entourés d’instruments médicaux, et représente aussi les quatre éléments accompagnés des âges de l’humanité. Ces images, qui rejoignent directement la science contemporaine et la philosophie de la nature, compliquent notre compréhension de l’espace de la crypte puisqu’elles résonnaient probablement seulement avec une audience limitée vis-à-vis de l’hôte du croyant. La singulière référence de ce programme aux conceptions médiévales de la science, de l’histoire naturelle et de la santé nécessite une reconsidération de l’audience de la crypte médiévale plus large.


M. Tomasz Grusiecki

Candidat au doctorat, Départment d'histoire de l'art et de communication

Chercheur Malloch 2011-2012

Négocier la valeur sociale du soi en termes visuels : La vie publique de la peinture en Pologne et en Lituanie pendant le règne de la dynastie Vasa (1587-1668)


Ma recherche porte sur l'émergence et la vie publique de la peinture (comprise comme une catégorie indépendante de classification humaine du savoir ) dans la Pologne principalement catholique de la période Vasa (1587-1668). Cette recherche est construite autour de trois idées principales. (1) L'appropriation d'une nouvelle construction conceptuelle de la collection de tableaux initia une nouvelle phase dans la vie culturelle de la Pologne et de la Lituanie de l'époque. Vers la fin du XVIe siècle, cela consistait en une nouveauté sociale accessible seulement à un groupe restreint. (2) À cause de cette nature exclusive du geste de collectionner les tableaux, il se développa une nouvelle possibilité pour la perpétuation ou la renégociation du statut social. En tant que quête extérieure et relativement peu coûteuse, la possession de tableaux révolutionna les manières par lesquelles l’on pouvait rehausser le statut social. (3) La collection de tableaux devait être un espace public, ou tout le moins semi-publique, afin de permettre à son propriétaire les possibilités discursives de l'accumulation de capital culturel, et ainsi aider à la sauvegarde d'une position sociale élevée.

Ce projet de doctorat a été conçu dans le cadre logique habermassien de production d'une histoire liée à notre époque actuelle, ayant ainsi la capacité d'éclairer sous un nouveau jour la vie contemporaine. Je crois que la recherche sur les implications sociales de la collection de tableaux à l'époque du début de la période moderne dans la République des Deux Nations est une nécessité dans le contexte de la réalité sociopolitique de la Pologne contemporaine, ainsi que pour les pays d'Europe de l'Est en général. Ce sujet me semble particulièrement bien adapté à une région qui n'a que récemment redécouvert ses propres divisions de classes après 44 ans de discours égalitaire sous le « socialisme réel », et qui fait face à un problème grandissant d'inégalités. Dans ces circonstances, j'estime qu'il est impératif de démontrer la nature politique et hautement conflictuelle de l'art, et de déconstruire sa fausse apparence de neutralité. La question de la dimension publique du nouveau concept de « peinture » est aussi crucial. Que la perpétuation ou la renégociation de distinctions sociales par la peinture ne soit possible que dans la sphère publique constitue sans surprise un problème supra-européen. Cette question pourrait en effet être posée à propos de n'importe quel pays dans la sphère de la civilisation « occidentale », en tenant compte bien sûr des spécificités contextuelles locales. En conséquence, cette recherche contribuera à la lecture anti-téléologique du développement de la sphère publique dans les régions de l'Europe Centrale postcommuniste.


Hans BernardM. Hans Bernhard

Candidat à la maîtrise en musique, École de musique Schulich

Chercheur Malloch 2010-2011

Le son du temps : comment les technologies d'enregistrement forment et définissent la conscience historique


On m'a dit que j'avais une bonne mémoire pour quelqu'un de vingt-trois ans, mais peu importe quel effort j'y met, je ne peux me rappeler de mon vingt-quatrième anniversaire. Devrais-je m'en inquiéter? Notre expérience humaine nous incite à répondre par la négative. Nous reconnaissons instinctivement que les concepts de mémoire et d'écho sont concrètement dépendants du temps : toujours suivant, jamais ne précédant. Je m'intéresse à savoir comment d'autres distinctions temporelles entre souvenirs sont nécessairement abstraites. Je travaille particulièrement sur le son – en utilisant la musique enregistrée comme une forme de mémoire – et sur ses relations avec la perception temporelle. Lorsque nous sommes confrontés à une chanson nouvelle, il est possible de tenter de la classer chronologiquement en tenant compte de l'impression de fidélité sonore, des instruments utilisés, du moyen de communication utilisé, et de nos connaissances historiques du genre musical. Ma recherche étudie plus précisément comment la manipulation du médium d'enregistrement et du traitement du signal peut créer la confusion dans notre perception du moment ou l'enregistrement a été fait, créant un sens temporel élastique à l'intérieur des limites temporelles de la mémoire.


Mme Sara Kowalski

Candidate au doctorat, Départment d'histoire de l'art et de communication

Chercheuse Malloch 2010-2011


Pour plus d'information sur le poste de chercheur gradué Archie Malloch, cliquez ici