Quick Links

Chercheurs en résidence


Strong-Wilson

Professeure Teresa Strong-Wilson

Faculté d'éducation (DISE)

Chambres à écho : explorer les implications des touchstones de Sebald sur le souvenir et l'oubli


La recherche proposée portera sur les échos du souvenir et de l'oubli dans les écrits de W. G. Sebald, mais spécialement sur ceux de l'oubli. L’œuvre de W. G. Sebald présente une réflexion soutenue sur le « problème » de la mémoire en tant que site et source du « trouble culturel » qui suivi la Deuxième Guerre Mondiale (Terdiman, 1995, p.vii). La recherche utilisera les écrits de Sebald comme un lieu à partir duquel théoriser le souvenir – et l'oubli – de soi : l’enseignant en tant que « soi », l’adulte en tant qu’« enfant-soi », le « soi » en tant qu’autre, et spécialement le « soi » raconté. Le « soi » raconté est compris comme étant intertextuel, incorporant échos et différence par le biais d'un paysage, d’une géographie phénoménologique qui débute dans l'enfance et dont les touchstones sont les manifestations spécifiques de tels échos. Yates (1984) relie l'art ancien de la mémoire à une « écriture interne »; un « loci » constituant des lieux réels ou imaginaires où les images et les mots sont rangés à certains endroits, incluant les chambres (p.6). Mes recherches ont établies que les touchstones sont un retour aux mêmes endroits, c'est à dire aux mêmes topos, comme à l'intérieur du « paysage d'apprentissage » d'un enseignant (Greene, 1978, p. 2); ces marqueurs sont ensuite utilisés pour juger de la valeur d'autres histoires et expériences (Strong-Wilson, 2006, 2008). Dans les écrits de W. G. Sebald, les échos prolifèrent mais les touchstones sont fuyantes. Les narrateurs-protagonistes de Sebald luttent avec le fardeau de la mémoire et de « passés contestés » (Hodgkin & Radstone, 2003) : échos d'histoires qui sembleraient être leurs mais auxquels ils aboutissent comme à des arrivées retardées et desquels ils tentent souvent (infructueusement) d'échapper par l'exil ou le voyage. La recherche utilisera des sites comme les touchstones de l'enfance afin d'explorer (1) les effets éducationnels de la persistance des échos; (2) le fait que « beaucoup de ce que l'on fait répond aux demandes du passé » (Terdiman, 2003, p. 187); (3) les demandes d'un passé qui, chez Sebald autant que chez Hampl (1999), nous ramènent « en arrière et en arrière » (p. 36). Ce n'est pas que le passé soit nécessairement « beau »; plutôt, il est d'un intérêt irrésistible parce qu'il « éclaire la vie vécue » (p. 36).

Références
Greene, M. (1978). Landscapes of learning. New York : Teachers College Press.
Hampl, P. (1999). I could tell you stories. New York : Norton.
Hodgkin, K., & Radstone, S. (2003). Introduction, dans K. Hodgkin & S. Radstone (Eds.), Contested pasts : The politics of memory (pp. 1-21). London : Routledge.
Strong-Wilson, T. (2006). Touchstones as sprezzatura : The significance of attachment to teacher literary formation. Changing English, 13 (1), 69-81.
Strong-Wilson, T. (2008). Bringing memory forward : Storied remembrance in social justice education with teachers. New York : Peter Lang.
Terdiman, R. (1993). Present past : Modernity and the memory crisis. Ithaca : Cornell University Press.
Terdiman, R. (2003). Given memory : On mnemonic coercion, reproduction, and invention. Dans S. Radstone, & K. Hodgkin (Eds.), Regimes of memory (pp. 186-201). London : Routledge.
Yates, F. (1984). The art of memory. London : Ark Paperbacks. (Première publication London : Routledge & Kegan Paul, 1966)


Page facultaire de la professeure Strong-Wilson
teresa [dot] strong-wilson [at] mcgill [dot] ca (Contact)

Cours PLAI enseignés par la professeure Strong-Wilson