Quick Links

Note

La version française de ce site ne comporte que quelques pages. Pour le site intégral, cliquez sur le bouton « English », en haut à droite.

Diminution de l’incidence des agressions sexuelles chez les enfants au Canada

Réel déclin ou profonde illusion?

Principal Investigator: Delphine Collin-Vézina
Co-Investigators: Nico Trocmé & C. Walsh
Collaborators: N. Ives & H. MacMillan
Funding Source: SSHRC
Period: 2009–2012

Le nombre de dossiers investigués pour agression sexuelle (AS), par les services de la protection de la jeunesse au Canada, a chuté de 30% entre 1998 et 2003 (Trocmé et al., 2000; 2005). D'un côté, on pourrait percevoir dans ces chiffres une diminution réelle des victimes d'AS, et ainsi en attribuer le mérite aux programmes de prévention et d'intervention en matière de violence sexuelle implantés au pays dans les dernières années. De l'autre côté, il ne faudrait pas oublier que ces chiffres ne représentent que le nombre de victimes connues des autorités, et que des changements dans la gestion des dossiers d'AS par les services de la protection de la jeunesse pourraient aussi expliquer la réduction des taux d'incidence. Plusieurs pistes d’interprétation du déclin des investigations pour AS au Canada sont explorées dans la présente étude, basées sur les travaux de Finkelhor et Jones (2004) aux Etats-Unis, notamment :

 

  1. l'application de mesures plus sévères pour retenir le signalement d'une AS,
  2. l'implication moins fréquente des services de la protection de la jeunesse lorsque l'abuseur n'est pas un membre de la famille, et
  3. la réticence croissante des parents à signaler leur propre enfant aux autorités.

 

Pour plus d'information sur ce projet, veuillez contacter Delphine Collin-Vézina.