Quick Links

Rôle de la culture d’entreprise dans la gestion des crises et de la réputation

En situation de crise, certaines entreprises sont frappées de plein fouet par une couverture médiatique négative, une dégringolade boursière et une tache à leur réputation, tandis que d’autres semblent avoir la sympathie du public et les ressources nécessaires pour traverser la tempête et redorer leur image et leur réputation. Pourquoi ?

Qu’il s’agisse d’un phénomène à la Wikileaks, de marées noires, de vidéo viral ou de rappel d’un produit, l’entreprise de tout type se doit de réagir rapidement et efficacement aux crises, aux rumeurs et aux doutes. Ce défi prend toute son ampleur dans un contexte d’instabilité, de fusions et d’acquisitions, de restructurations fréquentes et de coupes sombres dans les budgets de fonctionnement des entreprises.

Cette série de quatre webinaires traite de cas récents particulièrement dévastateurs et des nouvelles pratiques de gestion des risques récurrents et de résolution des crises. Animés par des spécialistes en communication d’entreprise, ces webinaires présentent un tableau clair de la façon dont les crises affectent tous les types d’entreprises. On voit aussi comment la culture d’entreprise, le style de gestion et les pratiques de gestion peuvent couler ou sauver une entreprise.

Tous les webinaires sont en anglais.


Webinaire 1

16 février 2011 : 12 h 30 – 13 h 30.
Corporate cultural strategies for preventing and surviving crises

12h30 - 13h30.
(Stratégies de culture d’entreprise pour prévenir et surmonter les crises)

Quel type de culture d’entreprise permet d’éviter ou de prévenir les crises? Rhonda O’Gallagher, directrice générale des Communications chez Pfizer Canada inc., est bien placée pour nous parler des crises, de la restructuration et des autres éléments susceptibles de ternir l’image de l’entreprise. Elle nous entretiendra des effets de la culture de l’entreprise – sur les plans de l’éthique, du droit, du style de gestion et des moyens de communication – sur la prévention des crises a priori, puis sur la survie à l’issue d’une crise ou d’un réaménagement d’envergure, en mettant l’accent sur la rapidité du réajustement nécessaire.

Conférencière

Rhonda O’Gallagher,
Directrice générale des Communications
Pfizer Canada inc.

À titre de directrice générale des Communications chez Pfizer Canada, Mme O’Gallagher fait partie de la haute direction de l’entreprise et dirige le service des communications de l’entreprise qui compte une équipe de 14 professionnels, aux spécialités variées : relations avec les médias, relations publiques (produit et marque), gestion de crises, communications extérieures et stratégie de marque, communications internes et gestion du changement.

Mme O’Gallagher a travaillé pendant plus de 15 ans dans l’industrie pharmaceutique. Depuis 2001, elle a occupé divers postes de responsabilité au sein des communications chez Pfizer Canada. Elle possède une riche expérience des communications, particulièrement dans les domaines de l’entreprise et de la santé. En effet, elle a été directrice des communications chez Novartis Pharma Canada, directrice nationale des communications pour la Fondation canadienne du rein et responsable des communications à Air Canada.

Diplômée de l’École des affaires publiques et communautaires de l’Université Concordia, Mme O’Gallagher a consacré une partie de son temps à diverses causes en tant que bénévole. Elle a ainsi été conseillère en communications pour Vivre sans violence (projet LOVE), la Fondation canadienne du rein et le Bal de la Jonquille de la Société canadienne du cancer.

 


Webinaire 2

9 mars 2011 : 12 h 30 – 13 h 30

Faster than a speeding bullet: crises and new media
(Crises et nouveaux médias : à la vitesse de l’éclair)

À l’ère des médias numériques, les réputations se font et se défont à la vitesse de l’éclair (souvenons-nous du cas Pizza Domino). Organismes et entreprises doivent donc assurer une veille constante des dossiers et des commentaires susceptibles d’avoir un effet sur leur image de marque et leur réputation. Mais comment s’y retrouve-t-on dans le labyrinthe des voies de communication où le pertinent côtoie l’inutile ? Le PDG technophobe devra‑t‑il twitter à corps perdu ou confier cette tâche à son neveu de 18 ans ? Ce webinaire montre les pratiques utiles et durables utilisées par les entreprises pour rester à l’affût de tout ce qui se dit ou s’écrit dans le cyberespace.


Conférencier :

 

Paul Argenti
Professeur de communication d’entreprise à la Tuck School of Business, du Dartmouth College

M. Paul Argenti enseigne la gestion et la communication d’entreprise depuis 1977, à la Harvard Business School; de 1979 à 1981, il a enseigné ces matières à la Columbia Business School; et, depuis 1981,  il est professeur à la Dartmouth Tuck School of Business. Il a aussi enseigné comme professeur invité à l’Université internationale du Japon, à l’École d’économie d’Helsinki, à l’Université Erasmus des Pays-Bas, à la London Business School et à l’Université de gestion de Singapour. Actuellement, il est directeur de la Faculté du programme Leadership and Strategic Impact et des programmes à l’intention des cadres supérieurs de Novartis, à la Tuck School of Business.

Le plus récent livre de M. Argenti, Digital Strategies for Powerful Corporate Communication (co-écrit avec Courtney Barnes) a été édité par McGraw-Hill en 2009. Il a aussi écrit : Strategic Corporate Communication, publié en 2008 par McGraw-Hill, The Power of Corporate Communication (co-écrit avec Janis Forman de l’UCLA), édité aussi par McGraw-Hill, et The Fast Forward MBA Pocket Reference (2édition), publié par Wiley. Son manuel de cours, Corporate Communication, en est à sa 5édition chez McGraw-Hill/Irwin (2009). M. Argenti a écrit et publié de nombreux articles dans des revues universitaires et professionnelles comme : Harvard Business Review, California Management Review et Sloan Management Review.

M. Argenti a reçu la bourse Fulbright et, en 2007, le prix Pathfinder pour l’excellence de sa recherche au cours de sa longue carrière, octroyé par l’Institute of Public Relations. Il siège au conseil des fiduciaires de la Arthur W. Page Society. Il a aussi travaillé comme consultant et a mené des programmes de formation pour des centaines d’entreprises dont General Electric, ING, Sony, Novartis et Goldman Sachs. Vous pouvez suivre M. Argenti sur twitter à www.twitter.com/paulargenti.


Webinaire 3

30 mars 2011 – 12 h 30 – 13 h 30

What’s a reputation worth? Supporting and measuring stakeholder support
(Le prix de l’image d’entreprise : appui et évaluation du soutien des intervenants)

L’entreprise qui commet des erreurs d’exploitation ou découvre un cas de corruption peut-elle se tirer d’affaire plus facilement en améliorant ses communications ? L’entreprise Aliments Maple Leaf a placé la barre haute en matière de communications en situation de crise, elle qui, depuis 2008, est parvenue à regagner la faveur populaire après la crise qui l’a frappée. Qu’a fait Maple Leaf que BP et Toyota n’ont pas su faire ? De quelle façon la culture interne, la bienveillance et la réputation de l’entreprise l’ont-elles aidée à survivre à la crise, à remonter la pente et revenir à la normale et même à accroître son capital de réputation ? Que vaut au juste cette réputation sur le plan financier ? Ce webinaire fait le lien entre communication, réputation et prestations.

Conférencier

 

Terry Flynn,
Professeur adjoint et directeur du programme de maîtrise en communication, DeGroote School of Business, Université McMaster

Terry Flynn se définit comme « paracadémique », soit un spécialiste en relations publiques et en gestion des communications qui fait le lien entre l’université et le milieu professionnel. 

Depuis plus de 20 ans, Terry élabore sa pratique en relations publiques, à l’échelle internationale, en se spécialisant en communication en situations de risque ou de crise et en relations communautaires. Il a travaillé auprès des entreprises et organismes suivants : U.S. Navy Public Health Agency, Chemical Manufacturers' Association, American Gas Association, Edison Electric Institute, Ciba Specialty Chemicals, Florida Power Corporation, Toyota Motor Manufacturing Canada et pour la ville de Walkerton, en Ontario.

En août 2004, Terry a obtenu son doctorat en communications de masse et s’est spécialisé en communication en situation de crise et de risque, à la S.I. Newhouse School of Public Communications de l’Université de Syracuse où il avait aussi obtenu une maîtrise ès sciences en gestion de la communication, en 2001. Il est membre de nombreuses associations professionnelles dont la Société canadienne des relations publiques (il a été élu président en juin 2009) l’Association internationale des professionnels de la communication d’affaires (IABC en anglais), le Reputation Institute et l’Academy of management. En 1993, il a obtenu son titre d’ARP et, en 2008, il a été nommé Fellow de la Société canadienne de relations publiques.

M. Flynn fait actuellement partie du corps professoral de la DeGroote School of Business de l’Université McMaster où il dirige le premier et seul programme de maîtrise en gestion de la communication au Canada. En plus, il est professeur auxiliaire à l’Université de Syracuse, membre du corps enseignant du Directors College et membre de la Commission on Global Public Relations Research.


Webinaire 4

27 avril 2011 – 12 h 30 – 13 h 30

Managing reputation risk in an era of instant global communication
(Gestion de l’image de marque à l’heure de la mondialisation des communications)

La communication numérique instantanée force les entreprises à surveiller de près leur réputation et à réagir de plus en plus vite (il suffit de repenser aux cas United Airlines et Wikileaks). Ce dernier webinaire de la série portera sur les attentes de la direction à l’endroit des cadres dans divers secteurs de l’entreprise; il touchera aux bonnes pratiques qui permettent actuellement de faire un bon suivi, de réagir dans des délais plus serrés et de gérer au mieux l’image de l’entreprise.

Conférencier

François Taschereau,
Vice-président exécutif et directeur général
Weber Shandwick, Montréal

À titre de vice-président exécutif de Weber Shandwick Canada et directeur général du bureau de Montréal depuis octobre 2010, François Taschereau APR contribue à la croissance de Weber Shandwick au Canada et dirige le nouveau bureau à Montréal. Il relève du président de l’agence pour le Canada, Greg Power, qui s'est joint à l'entreprise en juillet 2010. M. Taschereau a travaillé avec succès au sein de l'équipe de direction de quelques-unes des plus importantes agences de relations publiques au Canada et dirigé la communication d'entreprise pour des sociétés fort respectées. De 1982 à 1995, il a œuvré sur la scène internationale pour le compte du ministère des Affaires étrangères du Canada, notamment à Ottawa, à Bogota, à Madrid et à New York. Depuis 1996, M. Taschereau est un chef de file respecté dans l’industrie des communications, à Montréal, en tant que consultant en relations publiques (National, Optimum et Edelman) et en tant que cadre supérieur (Bell Canada, CAE et Hydro-Québec). Engagé dans la collectivité, il siège bénévolement aux conseils d’administration de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, de la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’UQAM, de la Fondation pour le journalisme canadien, de la Compagnie Marie Chouinard et du Festival TransAmériques.


Tarifs par webinaire : (* Inclut une copie enregistrée du webinaire)

Tarif régulier : 69 $CAN*, plus taxes
S’inscrire

Tarif pour les partenaires de l’ÉÉP McGill (SCRP, AIPC, SQRP, CMA) : 49 $CAN*, plus taxes
S’inscrire

Tarif pour les anciens et le personnel de McGill : 49 $CAN*, plus taxes
S’inscrire

Tarif pour les étudiants de McGill : 10 $CAN*, plus taxes
S’inscrire

Date limite d’inscription : 16 h, la veille du webinaire.


Prix de la copie enregistrée pour les personnes n’ayant pas participé aux webinaires :
45 $CAN pour un webinaire, plus taxes
135 $CAN pour la série de webinaires, plus taxes
Pour acheter


Renseignements

pd [dot] conted [at] mcgill [dot] ca