Barbara Papadopoulou

Professeur titulaire

Centre du Recherche du CHUL

Université Laval
Centre de recherche en infectiologie du CHUL
2705 boul. Laurier, RC-709
Sainte-Foy (Quebec) CANADA G1V 4G2

Tél.: 418-525-4444, poste 47608
Fax:418-654-2715

barbara.papadopoulou [at] crchul.ulaval.ca (Courriel)

Recherche

 

Étude de la fonction et de la régulation de gènes exprimés spécifiquement au stade intracellulaire du parasite protozoaire Leishmania:

Le parasite protozoaire Leishmania est endémique dans plus que 88 pays et infecte plus que 12 millions de personnes à travers le monde avec environ 2 millions de nouveaux cas par année. Le cycle de vie de Leishmania implique deux formes développementales, la forme promastigote dans l'intestin de l’insecte vecteur et la forme amastigote à l'intérieur des macrophages de l'hôte vertébré. La différenciation du parasite de promastigote en amastigote à l’intérieur de macrophages est associée à des nombreuses transformations morphologiques, physiologiques et biochimiques qui en dépendent de la régulation différencielle d’une série de gènes qui sont essentiels à sa survie intracellulaire.

Nos travaux de recherche portent sur l’étude des mécanismes moléculaires qui régulent la stabilité ou le niveau de traduction des ARNm exprimés différenciellement au cours du cycle de vie complexe du parasite protozoaire Leishmania et l'importance de ce contrôle post-transcriptionnel dans la survie intracellulaire de ce parasite. Dans un premier volet, on étudie l’effet de divers stress cellulaires rencontrés lors de la différentiation du parasite de sa forme promastigote en amastigote dans les macrophages de l'hôte vertébré sur la régulation traductionnelle globale. Les évènements de signalisation clés (surtout la phosphorylation) en réponse au stress sont identifiés, entre autres, par des approches protéomiques. Dans un deuxième temps, on est intéressé à étudier la régulation post-transcriptionnelle des ARNm exprimés spécifiquement au stade intracellulaire de ce parasite. Ce type de régulation implique presque exlusivement des éléments dans les régions 3' non traduites (3’UTR) de transcrits. Dans le laboratoire, nous avons récemment identifié des nouveaux mécanismes de régulation post-transcriptionnelle pour un large nombre de transcrits differenciellement exprimés dans le macrophage qui impliquent des éléments cis conservés dans la région 3’UTR. Nos études portent sur la caractérisation de ces séquences cis en 3’UTR et des facteurs protéiques impliqués dans la régulation stade-spécifique chez Leishmania, sur l’identification de gènes/protéines différenciellement exprimés par des méthodes de la génomique et de protéomique ainsi que sur leur fonction potentielle dans la survie intracellulaire du parasite. Les gènes exprimés préférenciellement au stade intracellulaire du parasite pourraient jouer un rôle extrêmement important dans la pathogenèse de ceci et pourraient constituer des cibles thérapeutiques très intéressantes.

Développement de nouveaux vecteurs vaccinaux contre les infections à Leishmania et à VIH-1:

Le but du projet est de développer des nouveaux types de vecteurs recombinants vivants basés sur des technologies de genie génétique pour générer des vaccins efficaces contre des pathogènes intracellulaires importants, tels que le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et le parasite protozoaire Leishmania.

  

Publications - Barbara Papadopoulou