Quick Links

évolution news

Comprendre un monde plein de merde

Les « empreintes fécales » caractéristiques des microbes pourraient raconter comment la Terre et la vie ont évolué ensemble en 3,5 milliards d’années, et les changements de la température, des taux d’oxygène et  de gaz à effet de serre sur la planète. Mais malgré plus de 60 ans de recherche, il demeurait difficile de « déchiffrer » la plus grande partie de l’information que donnent ces empreintes… Jusqu’à maintenant : une étude réalisée par l’Université McGill et l’Institut scientifique Weizmann d’Israël, dont les résultats ont récemment fait l’objet d’un article dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, révèle au grand jour les processus digestifs mystérieux des microbes.  Cette recherche permettra de mieux comprendre comment la vie et la planète ont évolué au fil du temps.

Publié le : 23 déc 2014

Les parasites et l’évolution de la culture des primates

Apprendre des autres et innover sont deux moyens évidents pour la civilisation d’évoluer. Mais malgré leurs avantages, ces comportements ont un coût. Une nouvelle étude réalisée par une équipe internationale de biologistes évolutionnistes montre qu’une conséquence négative de ces comportements – l’exposition accrue aux parasites – pourrait influer sur l’évolution culturelle des primates non humains.

Publié le : 03 déc 2014

L’origine des ailes des oiseaux

L’ancêtre de l’oiseau est un petit dinosaure carnivore de la famille des théropodes, appelé maniraptorien, qui vivait il y a environ 150 millions d’années. Aux quatre coins du monde, des découvertes récentes révèlent une grande ressemblance entre le maniraptorien et l’oiseau. Il avait des plumes, les os creux, un corps de petite taille et un taux métabolique élevé. 

Catégorie :
Publié le : 17 sep 2013

Des gisements confirment de premières formes de vie

Les résultats d’une analyse de gisements de minerais sulfurés provenant d’une des mines les plus riches au monde en métaux de base confirment qu’il y a 2,7 milliards d’années, les taux d’oxygène sur la Terre étaient extrêmement faibles. Toutefois, les données recueillies révèlent également que les microbes se nourrissaient alors de sulfates présents dans l’océan, modifiant ainsi la chimie de l’eau de mer au cours de cette période géologique.

Catégorie :
Publié le : 10 déc 2012