Une tribu de bédouins révèle ses secrets à GA-JOE de McGill

News

La démarche du projet de découverte de gènes RaDiCAL ouvre la porte à une meilleure compréhension de la diversité et de la santé humaines.

Le syndrome de Van Den Ende-Gupta est un désordre génétique extrêmement rare caractérisé par des traits distinctifs de la figure et de la tête, tels des paupières inhabituelles, un nez étroit et crochu, une voûte nasale plate, des malformations des mâchoires et une lèvre inférieure retournée. Dans le cadre du projet RaDiCAL (consortium de maladies rares avec locus autosomiques) de l'Université McGill, des collaborateurs du Qatar ont mené une étude sur le terrain auprès de trois patients issus de familles bédouines apparentées et ont envoyé des échantillons au Canada pour qu'ils fassent l'objet d'une analyse génomique à l'aide de l'appareil de haute technologie GA-JOE. L'étude était dirigée par les professeurs Jacek Majewski et Loydie A. Jerome-Majewska, tous deux du Département de génétique humaine de l'Université McGill et de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Le couple de chercheurs, qui sont également mari et femme, a découvert que des mutations au sein du gène SCARF 2 sont responsables de la condition, et publie aujourd'hui ses découvertes en ligne dans l'American Journal of Human Genetics.

« Pourquoi est-ce intéressant? Une de mes fonctions, à McGill, consiste à implanter de nouvelles technologies de génomique au sein de la recherche en génétique humaine », a expliqué monsieur Majewski. « Essentiellement, grâce à une nouvelle technique appelée capture et séquençage de l'exome, nous pouvons maintenant séquencer rapidement la totalité des portions de codage du génome humain. Cette démarche nous permet d'identifier les mutations responsables de désordres génétiques rares. Bien qu'ils soient trop rares pour susciter un vif intérêt, ces désordres recèlent des promesses pour l'identification des gènes et des trajectoires jouant un rôle dans la génération de la diversité humaine. En outre, il sera essentiel de connaître les mutations pour effectuer d'autres essais génétiques et découvrir une éventuelle intervention thérapeutique. »

Le gène SCARF2 pourrait, par exemple, jouer un rôle dans le syndrome de DiGeorge, un désordre beaucoup plus courant touchant une naissance vivante sur trois mille. Le syndrome de DiGeorge cause des difformités, notamment des malformations congénitales du cœur. Les chercheurs préviennent toutefois que le fait d'établir des liens à ce stade ne sert à rien de plus qu'à susciter la spéculation.

En préparation pour les progrès rapides que connaîtra la technologie, l'Université McGill identifie le maximum de gènes responsables de désordres rares. « Au cours des deux dernières années, nous avons désigné des collaborateurs partout dans le monde, et nous avons réunis des patients sur lesquels nous procéderons à des prélèvements et dont nous recueillerons des échantillons d'ADN qui serviront à notre chasse à la mutation », a déclaré monsieur Majewski.

« Il s'agit de l'une des premières réussites de ce projet, qui demeure à cheval sur d'anciennes et de nouvelles technologies. Dans ce cas particulier, bien que nous ayons découvert la mutation de manière traditionnelle, nous avons pu confirmer immédiatement notre découverte grâce au séquençage de l'exome. »

« À mon avis, le présent manuscript est un premier exemple de l'énorme puissance des nouvelles démarches de séquençage de l'exome et du génome et de l'engagement des chercheurs mcgillois dans ce domaine », a conclu le professeur Majewski. « Il s'agit d'un signe avant-coureur que d'autres découvertes nous attendent. »

###

Cette étude a reçu du financement des Instituts de recherche en santé du Canada, de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et d'un prix des Chaires de recherche du Canada décerné au professeur Majewski. La recherche sur le terrain a été effectuée par le Qatar Medical Genetic Center. Dirigé par le docteur Tawfeg Ben-Omran, le personnel de ce centre est composé d'experts généticiens et dysmorphologistes cliniques, ayant perfectionné leurs connaissances dans des champs d'expertise spécifiques, et qui constituent les fondements d'excellents soins orientés vers la famille. Le séquençage a été réalisé en étroite collaboration avec le personnel des installations de Génome Québec.

Contact Information

Contact: 
William Raillant-Clark
Organization: 
Bureau des relations avec les médias
Courriel: 
william.raillant-clark [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514-398-2189