Quick Links

Techno-Science - Mesurer l'appréciation de la musique

Nouvelles

Publié: 16 Mar 2011

La dernière étude de Daniel Levitin a vu le jour à la suite d'une prestation musicale qui l'a déçu: auteur, chercheur et professeur de renom au Département de psychologie de l'Université McGill de Montréal, M. Levitin écoutait l'une de ses pièces musicales préférées, un concerto pour piano de Mozart, lorsqu'il a réalisé qu'il avait du mal à se concentrer.

La dernière étude de Daniel Levitin a vu le jour à la suite d'une prestation musicale qui l'a déçu: auteur, chercheur et professeur de renom au Département de psychologie de l'Université McGill de Montréal, M. Levitinécoutait l'une de ses pièces musicales préférées, un concerto pour piano de Mozart, lorsqu'il a réalisé qu'il avait du mal à se concentrer.

"J'aime pourtant cette œuvre, s'est-il dit, et l'interprète joue chacune des notes. Mais une question survenait néanmoins avec insistance: pourquoi certains enregistrements ou certaines interprétations nous émeuvent-ils aux larmes, alors que d'autres suscitent un profond ennui ?"

Selon M. Anjali Bhatara, l'un des auteurs de l'étude, une partie de la réponse tient à la nature même de l'instrument, dans ce cas-ci, le piano.

"Toutes les subtilités et les nuances expressives de l'interprétation - en d'autres termes les particularités qui nous font éprouver joie, tristesse ou espoir - dépendent simplement de trois facteurs: la durée que le pianiste donne aux notes, l'intensité sonore (ou les nuances) et le jeu des pédales. Ce sont des éléments d'information que nous pouvons mesurer et manipuler."

 

Site de source: /newsroom
Classification: