Quick Links

Patients en rhumatologie devraient éviter le cannabis

Nouvelles

Publié: 4 Mar 2014

Les patients atteints d’une maladie rhumatismale ont besoin de soulager leurs symptômes. Certains optent pour un traitement à base de feuilles et de fleurs de cannabis. Cependant, aucunes preuves médicales ne corroborent l’efficacité et la sécurité de la marijuana médicale pour traiter les symptômes de troubles rhumatismaux comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus ou la fibromyalgie. Dans un article publié dans Arthritis Care & Research – une revue de l’American College of Rheumatology (ACR) –, des chercheurs du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) étudient les risques associés à l’utilisation du cannabis à des fins médicinales et conseillent aux dispensateurs de soins de décourager leurs patients en rhumatologie de se soigner à l’aide de ce produit.

Si le cannabis suscite l’intérêt en médecine, c’est que le corps humain possède un vaste système cannabinoïde composé de molécules et de récepteurs qui agissent sur de nombreuses fonctions, y compris la modulation de la douleur. Le cannabis médical est souvent utilisé dans le traitement autonome de la douleur aiguë causée par l’arthrite et les douleurs musculosquelettiques. En juin 2013, le Commissariat à l’information du Canada estimait que 65 % des Canadiens autorisés à posséder de la marijuana à des fins médicinales le faisaient pour soulager « les douleurs aiguës causées par l’arthrite ».

« Devant la population qui réclame à grands cris le trait ement au cannabis, les gouvernements du monde entier envisagent de légaliser ce produit pour des fins médicinales », explique l’auteure principale de l’article, la Dre Mary-Ann Fitzcharles, qui est rhumatologue et chercheuse à l’Institut de recherche du CUSM et également professeure de médecine à l’Université McGill. « Les médecins qui ont des patients utilisant de la marijuana pour se soigner doivent comprendre les répercussions de ce produit sur la santé. Notre article vise à fournir aux professionnels de la santé les preuves médicales relatives à l’utilisation de la marijuana médicinale chez les patients atteints de maladies rhumatismales. »

L’article porte sur la dose de cannabis, de même que sur l’administration, l’efficacité et les risques de ce produit pour soulager la douleur que ressentent les patients atteints d’une maladie rhumatismale. Les variations des concentrations de tétrahydrocannabinol (THC) — la substance contenue dans le Cannabis sativa qui soulage la douleur et modifie la fonction cérébrale (effet psychoactif) — peuvent atteindre 33 % selon la plante, et les taux d’absorption oscillent entre 2 % et 56 %. Il est donc impossible d’en établir une dose fiable. Bien qu’on puisse ingérer le cannabis, la plupart des usagers préfèrent l’inhaler pour en ressentir les effets plus rapidement. Cependant, le milieu médical ne recommande pas de « fumer des joints », en raison des effets indésirables des hydrocarbures, du goudron et du monoxyde de carbone sur le système respiratoire.

Par ailleurs, aucune étude officielle à court et à long terme ne traite de l’efficacité du cannabis chez les patients atteints d’une maladie rhumatismale. En effet, les études qui démontrent l’efficacité des cannabinoïdes pour soulager la douleur d’origine cancéreuse ou neuropathique ne peuvent pas être appliquées aux maladies rhumatismales, parce que les types de douleur reposent sur des mécanismes différents.

Les auteurs de l’article soulignent que l’utilisation de marijuana médicale s’associe à des risques, telle une dégradation des fonctions cognitive et psychomotrice. De plus, l’utilisation à long terme du cannabis peut entraîner une maladie mentale, la dépendance, la toxicomanie et des troubles de la mémoire.

« Compte tenu du manque de données d’efficacité, des dommages potentiels que peut causer le produit et de l’existence d’autres thérapies pour gérer la douleur, nous ne pouvons recommander l’utilisation des feuilles et des fleurs de cannabis pour soulager la douleur causée par l’arthrite, conclut la Dre Fitzcharles. Les médecins devraient déconseiller à leurs patients en rhumatologie de recourir à la marijuana médicale pour se soigner. »

À propos de l’étude

Hyperlien à la publication : http://doi.wiley.com/10.1002/acr.22267

L’article intitulé The Dilemma of Medical Marijuana Use by Rheumatology Patients, publié en ligne le 3 mars 2014 dans la revue Arthritis Care and Research (DOI: 10.1002/acr.22267), a été corédigé par Mary-Ann Fitzcharles (division de rhumatologie et Unité de gestion de la douleur Alan Edwards, CUSM, Montréal, Canada), Peter A Ste-Marie et Yoram Shir (Unité de gestion de la douleur Alan Edwards, CUSM, Montréal, Canada), ainsi que Daniel J. Clauw (Chronic Pain and Fatigue Research Center, University of Michigan Medical Center, États-Unis d’Amérique).

 

Coordonnées

Contact: Julie Robert
Organisation: McGill University Health Centre
Courriel:
Téléphone au bureau: 514 934-1934 ext. 71381

Secondary Contact Information

Contact: Cynthia Lee
Organisation: McGill University
Téléphone au bureau: 514-398-6754
Catégorie:
Site de source: /newsroom
Classification: