Quick Links

McGill félicite son deuxième diplômé lauréat d’un prix Nobel pour l’année 2009

Nouvelles

Publié: 6 Oct 2009

Le père de la photographie numérique, Willard Boyle, partage le prix de physique pour son rôle dans l'invention du capteur CCD

Le père de la photographie numérique, Willard Boyle, partage le prix de physique pour son rôle dans l'invention du capteur CCD

L'Université McGill a présenté ses félicitations à Willard Boyle, Ph. D., diplômé en physique en 1950 et maintes fois lauréat de prix, qui partage le prix Nobel de physique de 2009.

Monsieur Boyle, directeur exécutif à la retraite de la recherche à la Division des sciences des communications des Laboratoires Bell, à Murray Hill, au New Jersey, partage le prix avec son collaborateur des Laboratoires Bell, monsieur George E. Smith, ainsi qu'avec monsieur Charles K. Kao, du Laboratoire Standard Telecommunications de Harlow, en Angleterre, et de l'Université de Hong Kong, en Chine.

Messieurs Boyle et Smith sont colauréats du prix pour leur invention datant de 1969, le dispositif à couplage de charge (CCD), un circuit semi-conducteur capable de détecter la lumière et les images, la technologie à la base de la révolution de la photographie numérique d'aujourd'hui.

Monsieur Boyle est le deuxième diplômé mcgillois à recevoir un prix Nobel depuis les 24 dernières heures. Le 5 octobre, le prix Nobel de médecine a été décerné en partie à Jack Szostak, diplômé en biologie cellulaire depuis 1972, pour la découverte sur l'action protectrice des télomères et de l'enzyme de la télomérase sur les chromosomes.

« En tant que principale de McGill, je suis enchantée de la décision du comité Nobel, et de la part de toute la communauté de McGill, j'offre au Pr Boyle nos félicitations les plus chaleureuses pour ses importants accomplissements en tant que scientifique et chercheur », a déclaré la principale et vice-chancelière de l'Université, la professeure Heather Munroe-Blum. « Le prix remporté par le Pr Boyle souligne la très grande importance de transférer la recherche en laboratoire - dans ce cas une composante essentielle de l'appareil de photographie numérique moderne - à des applications commerciales qui peuvent être bénéfiques à tous. »

« Le fait que deux de nos diplômés se partagent des prix Nobel deux jours de suite est vraiment remarquable. Je sais que je m'exprime pour toute la communauté mcgilloise quand je déclare que nous sommes extrêmement fiers des Prs Boyle et Szostak et des avancées auxquelles ils ont contribué en tant que pionniers. »

Monsieur Boyle, chercheur et lauréat de plusieurs prix, est né le 19 août 1924 à Amherst, en Nouvelle-Écosse. Il a servi au sein de la branche de la défense aérienne de la flotte de la Marine royale du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale et, par la suite, a été admis à l'Université McGill où il a reçu un baccalauréat ès sciences (1947), une maîtrise ès science (1948) et un doctorat (1950).

En 1953, monsieur Boyle s'est joint aux Laboratoires Bell, où il a inventé, en 1962, le premier laser à rubis à émission continue, avec Don Nelson. Il a été nommé directeur des études de l'espace et de l'exploration de la filiale Bellcomm des Laboratoires Bell en 1962, pour fournir du soutien au programme spatial Apollo et contribuer à sélectionner les emplacements d'atterrissage lunaire. Il a fait un retour au sein des Laboratoires Bell en 1964, pour travailler au développement des circuits intégrés.

En 1969, mis au défi par leur patron de découvrir « du nouveau » dans le domaine des semi-conducteurs solides, messieurs Doyle et Smith ont conçu, en un seul après-midi, le dispositif à couplage de charge sur un tableau noir. Leurs collègues ont d'abord douté de la notion radicale de poches de charges électriques se déplaçant dans une matrice en silicium, mais en quelques mois, l'idée a fait valoir son mérite et a entraîné une révolution dans le domaine des circuits intégrés dont les répercussions se font encore ressentir aujourd'hui.

Monsieur Boyle, qui vit présentement à Halifax, a déjà reçu de nombreux prix pour cela et pour d'autres découvertes révolutionnaires, y compris la Médaille Ballantyne de l'Institut Franklin (1973) et la Médaille du progrès de la Société de photographie des États-Unis, et a notamment été intronisé au Panthéon canadien des sciences et du génie en 2005.

Messieurs Boyle et Szostak viennent joindre les rangs de quatre diplômés mcgillois lauréats d'un prix Nobel :

 

  • Rudolph Marcus, baccalauréat ès sciences 1943, Ph. D. 1946, a remporté le prix Nobel de chimie en 1992 pour sa théorie sur le transfert d'électrons.
  • David Hubel, baccalauréat ès sciences 1947, MDCM 1951, a partagé le prix Nobel de médecine en 1981 pour ses travaux révolutionnaires sur la perception visuelle.
  • Le physicien des particules américain Val Fitch, B. Ing.1948, a partagé le prix Nobel de physique en 1980 pour une expérience menée en 1964 qui réfutait la théorie bien implantée selon laquelle l'interaction des particules devait être indifférente à la direction du temps.
  • L'endocrinologue Andrew Victor Schally, baccalauréat ès sciences 1955, Ph. D. 1959, D. Sc. 1979, a partagé le prix Nobel de médecine en 1977 pour ses recherches sur les hormones.

 

Coordonnées

Contact: Mark Shainblum
Organisation: Service des relations avec les médias
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-2189
Site de source: /newsroom
Classification: