Quick Links

McGill examine les effets de la crise économique sur la faim dans le monde

Nouvelles

Publié: 23 Juin 2009

Un rapport de l’ONU révèle une augmentation marquée de la population sous-alimentée par suite du ralentissement économique mondial

Un rapport de l’ONU révèle une augmentation marquée de la population sous-alimentée par suite du ralentissement économique mondial

La crise économique mondiale a eu des conséquences dévastatrices sur les personnes qui souffrent de la faim dans le monde. Au cours de la dernière année, environ 100 millions de personnes se sont ajoutées au quelque milliard d’habitants de la planète considérés comme étant sous-alimentés par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, selon le rapport de l’organisation publié le 19 juin 2009.

Ainsi, la deuxième conférence annuelle de l’Université McGill sur la sécurité alimentaire mondiale, qui aura lieu du 5 au 7 octobre 2009, ne pourrait tomber plus à point. La conférence de cette année, qui réunit de grands spécialistes internationaux de divers aspects de l’approvisionnement et de la production alimentaires, met l’accent sur les questions liées aux répercussions de la crise économique à l’égard de la disponibilité et des prix alimentaires et des mesures qui peuvent être prises pour alléger les problèmes nutritionnels qui sont particulièrement graves dans les pays en développement, bien qu’ils ne soient pas rares dans les pays développés.

« Nous savons que le ralentissement économique a particulièrement pénalisé les pays en développement », a affirmé M. Chandra Madramootoo, doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement du campus Macdonald de l’Université McGill, à Sainte‑Anne‑de‑Bellevue, et âme dirigeante de la conférence. « Bien que nous ayons observé une baisse des prix de matières premières dans l’hémisphère occidental, cette baisse n’a pas entraîné une réduction des prix des aliments ailleurs dans le monde. En outre, les répercussions ont été profondes sur le plan nutritionnel, puisque beaucoup de gens ont perdu leur emploi ou ont subi une baisse de revenu et ne peuvent plus se permettre de suivre un régime alimentaire équilibré ».

« Un mélange dangereux constitué par le ralentissement de l'économie mondiale et la flambée persistante des prix des denrées alimentaires dans de nombreux pays a fait sombrer dans la faim et la pauvreté chroniques quelque 100 millions de personnes de plus par rapport à l'an dernier », a déclaré vendredi M. Jacques Diouf, directeur général de la FAO, au moment de l’annonce du rapport de l’organisation. « La crise silencieuse de la faim -- qui touche un sixième de l'humanité -- représente une grave menace pour la paix et la sécurité mondiales. Nous devons de toute urgence dégager un large consensus sur l'éradication totale et rapide de la faim dans le monde et prendre les mesures nécessaires à cet effet ».

Selon la FAO, dans de nombreuses régions du monde en développement, les prix alimentaires moyens ont augmenté de jusqu’à 24 pour cent par rapport à 2006.

Le programme préliminaire de la conférence comporte notamment les sujets suivants : la sécurité alimentaire dans un environnement économique difficile, les conséquences de la récession mondiale, l’accès au crédit agricole, les investissements nécessaires au développement agricole et la réaction des organismes internationaux aux défis liés à la sécurité alimentaire. En outre, les participants à la conférence examineront les effets du changement climatique, les marchés et le commerce ainsi que les biocombustibles.

La conférence rassemblera des représentants de pays en développement et d’économies émergentes, notamment de l’Éthiopie, du Guatemala, du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine, du Guyana, d’Haïti, de l’Indonésie, du Kenya, du Mexique et du Vietnam. Ces derniers parleront de l’expérience de leurs pays respectifs et des conséquences de la crise financière sur les disponibilités alimentaires.

Les participants côtoieront également des représentants de divers organismes internationaux voués aux questions liées à l’alimentation, y compris la Banque mondiale, les Nations Unies, l’Agence canadienne de développement international, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, le Centre de recherche environnementale Smithsonian ainsi que d’éminents universitaires de McGill et d’autres universités.

La conférence, qui est accessible au public, se tiendra du 5 au 7 octobre 2009, au pavillon des nouvelles résidences universitaires de McGill, situé au 3625, avenue du Parc, à Montréal (Québec), au Canada.

Sur le Web

Pour de plus amples renseignements au sujet de la conférence, veuillez consulter le site suivant : http://www.mcgill.ca/globalfoodsecurity/

Pour de plus amples renseignements au sujet du rapport de la FAO, veuillez consulter le site suivant : http://www.fao.org/news/story/fr/item/20568/icode/

 

Coordonnées

Contact: Douglas Sweet
Organisation: Service des relations avec les médias
Courriel:
Téléphone au bureau: (514) 398 6752
Site de source: /newsroom
Classification: