Quick Links

Mai – Mois de la sensibilisation à la sclérose en plaques

Nouvelles

Publié: 30 Avr 2014

Les nouveautés au Neuro

Recherche : une étude sur les lymphocytes B pourrait donner lieu à des options de traitement pour la SP

Plus tôt cette année, la Société canadienne de la sclérose en plaques et la Fondation pour la recherche scientifique sur la SP attribuaient une subvention de 3,6 millions à une équipe multi-institutionnelle dirigée par le Dr Amit Bar-Or de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – le Neuro – de l’Université McGill et du Centre universitaire de santé McGill.  L’équipe compte des spécialistes de la SP de l’Université de Montréal et de l’Université de Toronto qui étudieront le rôle de lymphocytes B, un type de globules blancs du système immunitaire, dans la sclérose en plaques. Ils espèrent comprendre la fonction des lymphocytes B et mettre au point d’importantes nouvelles thérapies pour la SP. « Notre équipe a découvert que des lymphocytes B humains existent sous différentes formes », a indiqué le Dr Bar-Or, neurologue et réputé spécialiste de la SP. « Certains lymphocytes B favorisent l’inflammation, tandis que d’autres la limitent. La subvention nous permettra d’examiner de nouveaux aspects liés à la SP et possiblement de développer de nouveaux traitements, notamment pour la SP progressive, pour laquelle il n’existe pas de traitement. »

La recherche sur la SP a surtout porté sur les lymphocytes T, des globules blancs qui attaquent par erreur la myéline, une enveloppe protectrice des nerfs. Sans myéline, les nerfs sont exposés aux lésions. Des traitements ont été développés pour limiter ou bloquer les attaques des lymphocytes T.

Selon de récentes études, les lymphocytes B pourraient jouer un rôle important dans le développement de la SP. Des essais cliniques faisant appel à des lymphocytes B ont engendré des résultats encourageants chez des patients atteints de SP rémittente ou cyclique.

Soins aux patients : Le parcours de jeunes atteints de SP, des soins pédiatriques aux soins pour adultes

L’équipe responsable de la transition des soins pour la SP au CUSM s’assure qu’elle se fasse en douceur pour les jeunes patients.  Regardez la vidéo et découvrez comment l’Hôpital de Montréal pour enfants et le Neuro collaborent pour offrir les meilleurs soins qui soient aux jeunes atteints de SP, lors de la transition des soins pédiatriques aux soins pour adultes.

VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=YREzLb3CJho

L’histoire de Juliana Nguyen-Perreault :

À l’âge de 16 ans, durant le congé de mars, j’ai ressenti des picotements du côté droit de mon corps. J’avais beaucoup dormi cette semaine-là et j’ai donc pensé que c’était dû à ma position pour dormir. Mais la sensation s’est prolongée pendant deux ou trois jours. Ma mère m’a amenée à l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME), où je suis restée une semaine pour passer de nombreux examens. Les médecins n’ont pas été en mesure de diagnostiquer la sclérose en plaques puisqu’il s’agissait du premier épisode. Mais aucun doute ne subsistait après la rechute qui est survenue quelques mois plus tard. À l’âge de 17 ans, la Dre Marie-Emmanuelle Dilenge, directrice de la Clinique des maladies démyélinisantes, m’a annoncé que j’avais la sclérose en plaques. 

Sur le coup, je ne comprenais pas la nature de cette maladie, mais le personnel infirmier m’a fourni beaucoup d’information et a toujours répondu à toutes mes questions. Le personnel de l’HME s’est aussi montré très flexible par rapport à mon traitement — qui a commencé dès la confirmation du diagnostic — pour que je n’aie pas trop d’absences à l’école. Trois ans plus tard, j’ai dû quitter le cocon protecteur de l’HME pour être traitée au Neuro. J’avais peur et j’étais nerveuse. Mais mon infirmière de l’HME, Heather Davies, infirmière clinicienne spécialisée en neurologie, m’a accompagnée tout au long du processus. Elle est venue avec moi au Neuro pour y rencontrer l’équipe et m’aider à intégrer le système de santé pour adultes. 

Aujourd’hui, je me sens à l’aise au Neuro. J’ai obtenu mon baccalauréat en éducation et j’ai enseigné en France durant sept mois – une expérience extraordinaire. Qui plus est, mon équipe du Neuro m’a trouvé deux médecins traitants en France. Ça peut sembler banal, mais la première chose qui m’a traversé l’esprit lorsque j’ai obtenu mon diplôme est que je ne serais pas ici sans mes précieuses équipes de soins, qui m’ont toujours soutenue et qui ont toujours tenu compte de mon horaire.

Elles ont tout fait pour m’aider à réaliser mes rêves et à voir que la SP ne pouvait m’empêcher d’agir.

Soins cliniques de la SP

La clinique de SP du Neuro est la plus ancienne au Canada. On y traite chaque année quelque deux mille patients. Son équipe multidisciplinaire de neurologues, de personnel infirmier spécialisé, de physiothérapeutes, d’ergothérapeutes et de travailleurs sociaux s’appuie sur une approche pluridisciplinaire pour aider les patients atteints de mobilité réduite, ainsi que leurs proches à composer avec les besoins de ceux qui leur sont chers.  Les patients peuvent prendre part à d’importants essais cliniques de nouveaux médicaments que réalise l’Unité de recherche clinique du Neuro.

La recherche sur la SP au Neuro

Plus de 50 membres du personnel du Neuro mènent des études en laboratoire et cliniques liées à la SP. Ils s’aident de la technologie scientifique la plus pointue au monde, comme des appareils d’imagerie cérébrale et des outils de biologie cellulaire, pour étudier la maladie de tous les angles et à tous les stades. Les spécialistes des sciences fondamentales et les médecins cliniciens du Neuro collaborent étroitement pour matérialiser la recherche en thérapies cliniques :

Le Dr Yves Lapierre, neurologue, est le directeur de la clinique de SP. Il mène des essais cliniques sur des médicaments pour la SP et conçoit des programmes de prescription de médicaments de manière à prévenir les rechutes.

Le Dr Amit Bar-Or, neurologue et immunologiste, étudie les propriétés des cellules immunitaires, les cellules souches et leurs interactions avec les cellules nerveuses. Il est le directeur scientifique de l’Unité de recherche clinique et dirige le programme de thérapeutique expérimentale du Neuro qui concrétise les observations de la science fondamentale en développement de nouvelles thérapies pour la SP. Le DBar-Or préside le Réseau canadien de cliniques de SP, un consortium de cliniques canadiennes pour les patients, le personnel clinique, médecins et chercheurs.

Le Dr Jack Antel, neurologue, examine les cellules nerveuses et immunitaires humaines pour comprendre le rôle de leurs interactions dans la SP. Il étudie le rôle de cellules gliales dans le système nerveux, ainsi que les variables qui contribuent à la remyélinisation.

Alyson Fournier, Ph. D., neuroscientifique, étudie la nature de la lésion des cellules nerveuses.  Elle cherche le moyen de réparer les cellules nerveuses endommagées par la SP. 

Le Dr Douglas Arnold, neurologue et expert en IRM, utilise des techniques d’imagerie de pointe pour mieux comprendre les effets de la SP sur le cerveau et les effets des nouveaux traitements sur la maladie.

Tim Kennedy, Ph. D., neuroscientifique, étudie la formation de la myéline durant le développement des cellules nerveuses et le maintien de son intégrité dans le cerveau à maturité.  Ses travaux visent à promouvoir les mécanismes qui favorisent la remyélinisation.

Sclérose en plaques

• Le Canada a un des taux les plus élevés de SP au monde – environ 1100 nouveaux cas chaque année. Des 50 000 Canadiens atteints de SP, plus d’un sur cinq vit au Québec.

• La SP est l’une des maladies neurologiques les plus répandues chez les jeunes Canadiens. Des enfants de deux ans peuvent en être atteints, mais la maladie se manifeste en général dans la fleur de l’âge, entre 15 et 40 ans.

• Les femmes risquent deux fois plus que les hommes de contracter la SP.

• La SP attaque des zones du cerveau et de la moelle épinière. Les symptômes usuels sont une fatigue extrême, des problèmes d’ordre visuel et sensoriel, la perte de l’équilibre et, à terme, la perte du contrôle musculaire menant à la paralysie.

• La SP peut être décelée au premier stade par des examens d’IRM qui révèlent des cicatrices dans le système nerveux, typiques de la maladie.

• La cause de la SP reste inconnue. Des données scientifiques indiquent qu’un élément majeur est une maladie auto-immune affectant la myéline, une substance qui gaine les axones, ces minces brins propageant les signaux entre les cellules nerveuses du cerveau.

 

La SP a plusieurs formes :

1. La SP cyclique dès sa survenue : cette forme la plus répandue est marquée par de vives poussées des symptômes que suivent des périodes de rémission de durée variable, n’empêchant nullement la progression de la maladie avec le temps.

2. La SP progressive primaire : cette forme la plus rare est caractérisée par l’aggravation constante des symptômes dès leur apparition et une absence de rémission.

3. La SP progressive secondaire : cette forme se manifeste chez une personne atteinte de SP cyclique. À terme, les symptômes continuent de progresser sans rémission.

• Certains médicaments peuvent aider temporairement à contrôler les symptômes ou à prolonger les périodes de rémission.

Le Neuro

L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – le Neuro – est un centre médical universitaire unique qui se consacre aux neurosciences. Fondé en 1934 par l’éminent neurochirurgien Wilder Penfield, le Neuro a acquis une renommée internationale pour son intégration de la recherche, de ses soins exceptionnels aux patients et de sa formation spécialisée, essentiels à l’avancement de la science et de la médecine. À la fois institut de recherche et d’enseignement de l’Université McGill, le Neuro constitue l’assise de la mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill.  Les chercheurs du Neuro sont des chefs de file reconnus mondialement pour leur expertise en neurosciences cellulaire et moléculaire, en imagerie du cerveau, en neurosciences cognitives, ainsi que dans l’étude et le traitement de l’épilepsie, de la sclérose en plaques et de troubles neuromusculaires. Pour tout renseignement, veuillez consulter leneuro.com.

Coordonnées

Contact: Anita Kar
Organisation: The Neuro
Courriel:
Catégorie:
Site de source: /channels-contribute
Classification: