Quick Links

Les antibiotiques et la croissance chez les enfants

Nouvelles

Les enfants les plus jeunes des populations vulnérables en bénéficient davantage
Publié: 16 Avr 2014

Selon des chercheurs de l’Université McGill, les antibiotiques améliorent la croissance chez les enfants à risque de sous-alimentation dans les pays à faibles et moyens revenus. Leurs résultats obtenus par une analyse poussée des publications sur le sujet et qui viennent d’être  publiés dans le British Medical Journal, montrent que les enfants les plus jeunes des populations les plus vulnérables en bénéficient davantage et présentent des améliorations importantes relativement à la croissance attendue pour leur âge et leur sexe, particulièrement en ce qui a trait au poids.

Une malnutrition dans la petite enfance, qui se reflète par une croissance insuffisante, est la cause de près de la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans à l’échelle mondiale. Pour réduire la mortalité, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande l’administration d’antibiotiques aux enfants gravement sous-alimentés et à ceux infectés par le VIH ou qui y sont exposés.

Bien qu’une augmentation considérable de la taille et du poids chez les enfants de populations sous-alimentées dans des pays comme le Guatemala, le Malawi, la Zambie et le Brésil ait été associée à l’administration d’antibiotiques, certaines études ont néanmoins démontré que cette dernière n’entraînait que de légères répercussions. Une équipe de chercheurs notamment rattachés aux universités McGill et de la Colombie-Britannique s’est donné comme objectif de déterminer si l’administration d’antibiotiques entraîne des améliorations de la croissance chez les enfants pré-pubères qui vivent dans des pays à faibles et moyens revenus.

« Nous avons observé des changements sur les plans de la taille et du poids », précise Ethan Gough, doctorant à la Faculté de médecine (Département d’épidémiologie, biostatistique et santé au travail) de McGill. « Nous avons parcouru les comptes rendus de recherches où on administrait un antibiotique à des enfants dont l’âge oscillait entre un mois et 12 ans et avons analysé les résultats de 10 études cliniques auxquelles ont participé 4 316 enfants de sept pays à revenus faibles et moyens. En règle générale, ces enfants avaient une taille et un poids inférieurs à ceux d’enfants bien nourris du même âge. Ces études tiennent compte du spectre de retard de croissance et d’amaigrissement observés dans ces pays », explique E. Gough, premier auteur de l’article.

« Dans l’ensemble, nous avons découvert que l’antibiothérapie a un effet positif sur la taille et le poids, avec des augmentations observées de 0,04 cm/mois pour la taille et de 23,8 g/mois pour le poids », a déclaré Amee Manges, professeure à l’École des populations et de santé publique de l’Université de la Colombie-Britannique. « Après avoir tenu compte de la différence d’âge des participants, nous avons constaté que les effets sur la taille étaient davantage marqués chez les enfants les plus jeunes, alors que les effets sur la taille et le poids étaient supérieurs dans les études menées en Afrique. »

On a établi un lien entre une croissance insuffisante et les infections et microbes qui résident normalement dans l’intestin chez l’homme. Même si on ne connaît pas encore les mécanismes responsables des effets promoteurs de croissance des antibiotiques, ceux-ci peuvent aider à résoudre les infections sous-jacentes chez ces enfants, ou modifier les microbes qui vivent dans l’intestin. L’administration d’antibiotiques n’est toutefois pas sans risques.

« Dans l’ensemble, l’augmentation de la croissance confirme les bienfaits des antibiotiques auprès des populations à risque élevé », déclare E. Gough. « Toutefois, il faudra davantage de recherches pour mieux comprendre les raisons de cette augmentation afin de mettre au point des traitements plus sûrs. »

Coordonnées

Contact: Cynthia Lee
Organisation: Relations avec les médias
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-6754
Catégorie:
Site de source: /newsroom