Quick Links

Identification d'un nouveau gène dans le cancer du sein

Nouvelles

Publié: 30 Aoû 2004

Des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et de l'Université McMaster ont identifié un nouveau facteur dans le cancer du sein.

Des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et de l'Université McMaster ont identifié un nouveau facteur dans le cancer du sein. Il s'agit d'un gène, l'intégrine-bêta1, établi comme critique dans le déclenchement de la croissance et du développement tumoraux dans un modèle murin de cancer. En outre, quand ce gène est inhibé, la croissance des tumeurs cancéreuses cesse.

« Nous sommes les premiers à démontrer la présence nécessaire de l'intégrine-bêta1 dans la genèse du cancer du sein chez des souris génétiquement modifiées », dit l'auteur principal de l'étude, le Dr William Muller, chercheur au CUSM et professeur de médecine et de biochimie à l'Université McGill. « Nos résultats de recherche indiquent que l'inhibition de la fonction de ce gène arrête la prolifération tumorale. Nous établissons également que dans notre modèle de cancer du sein, les cellules cancéreuses ne croissent pas sans intégrine-bêta1. Ces résultats mettent en évidence l'importance de ce gène dans la biologie tumorale. La prochaine étape sera de trouver des thérapeutiques pour inhiber ce gène chez l'humain. »

Le Dr Muller et ses collègues des départements de Biochimie et des Sciences biomédicales de l'Université McMaster, le Dr John Hassel, Natasza Kurpios et Don White, ont utilisé des souris prédisposées au cancer du sein pour établir le rôle de l'intégrine-bêta1. Ils ont commencé par montrer que l'élimination du gène n'affectait pas le développement mammaire normal des souris. Ils ont ensuite établi que lorsque ce gène était retiré de tumeurs en croissance, la croissance tumorale cessait.

« C'est un moment passionnant pour la recherche sur le cancer du sein », dit Don White, étudiant aux cycles supérieurs de l'Université McMaster et de l'Université McGill et premier auteur de l'étude. « Plus nous identifions de facteurs, plus nous avons de chances de guérir le cancer du sein. »

Ces résultats sont publiés dans le numéro du 23 août de Cancer Cell et sont disponibles en ligne (en anglais) à l'adresse www.cancercell.org/.

Cette recherche a été financée par l'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer du sein (ACRCS) et l'Institut national du cancer du Canada (INCC) PO1-CA099031.

Coordonnées

Contact: Christine Zeindler
Organisation: Relations publiques et Communications, CUSM
Téléphone au bureau: 514-934-1934 ext. 36419
Site de source: /channels
Classification: