Quick Links

Doctorats honorifiques de McGill à 14 personnalités

Nouvelles

La liste des récipiendaires comprend une scientifique ayant codirigé la découverte du boson de Higgs, le fondateur de l’organisme Room to Read et l’agronome ayant développé le “super riz”
Publié: 29 Avr 2014

L’Université McGill octroiera un doctorat honorifique à 14 individus s’étant démarqués dans leur domaine, lors de ses cérémonies de collation des grades du printemps, qui auront lieu du 27 mai au 4 juin 2014. La liste des récipiendaires comprend l’ethnologue Wade Davis, la juriste Mary Ellen Turpel-Lafond, le chef de choeur Wayne Riddell, l’ingénieure et ancienne sous-secrétaire d’État américaine à l’Énergie Kristina M. Johnson, l’architecte Blanche Lemco van Ginkel, les scientifiques Carol L. Prives, Randall S. Prather, Gurdev S. Khush et Fabiola Gianotti, le chefs d’entreprise et philanthropes John McCall MacBain et Rubin Gruber, le fondateur de l’organisme Room to Read John Wood, l’écrivaine Denise Chong et la théologienne Karen Armstrong.

Toutes les cérémonies, à l’exception de celles de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement, auront lieu sur le campus du centre-ville de McGill, sous une tente installée sur la partie sud-ouest du campus, près de l’intersection des rues McGill College et Sherbrooke. Les deux cérémonies de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement auront lieu au Centre Centennial du Campus Macdonald (21 111, chemin du Lakeshore, Ste-Anne-de-Bellevue). Près de 7 400 étudiants de McGill recevront leur diplôme lors des cérémonies de collation des grades du printemps. Toutes les cérémonies seront diffusées en direct sur le site Web de McGill. Les discours des récipiendaires d’un doctorat honorifique seront également accessibles en ligne après les cérémonies.

WADE DAVIS (docteur ès sciences)
École d’éducation permanente – Le mardi 27 mai 2014 à 18 h
Ethnographe, écrivain, photographe et cinéaste canadien, Wade Davis a étudié divers groupes indigènes en vivant parmi eux. Il a publié de nombreux livres, dont One River, finaliste au Prix du Gouverneur général, et Into the Silence, qui a remporté le prestigieux prix Samuel Johnson en 2012. Il a reçu de nombreuses récompenses, dont la médaille de l’Explorer Club, la Médaille d’or de la Société géographique royale du Canada, la médaille David Fairchild pour l’exploration végétale et le prix de littérature non romanesque de la Fondation Lannan. De 2000 à 2013, Wade Davis a été explorateur en résidence à la Société géographique royale du Canada et est actuellement membre du conseil des explorateurs de cette société. Il est également professeur d’anthropologie et titulaire de la chaire en cultures et écosystèmes en péril du fonds Leading Edge à l’Université de la Colombie-Britannique.

Mary Ellen Turpel-Lafond (docteure en droit)
Faculté de droit – Le mercredi 28 mai 2014 à 10 h
L’une des plus éminentes juristes de descendance autochtone au Canada, Mary Ellen Turpel-Lafond est la représentante de l’enfance et de la jeunesse de la Colombie-Britannique, dont le bureau, indépendant de l’Assemblée législative de la province, a pour mandat d’intervenir en faveur des enfants et des jeunes et de protéger leurs droits. Me Turpel-Lafond a été nommée juge à la Cour provinciale de la Saskatchewan en 1998, à l’âge de 35 ans. Elle était alors la première Indienne des traités à accéder à un tel poste dans cette province. Avant sa nomination à la magistrature, Me Turpel-Lafond a travaillé comme avocate spécialisée en droits des Autochtones. À ce titre, elle a traité des dossiers de revendications territoriales à l’Indian Law Resource Center à Washington D.C. et été une conseillère juridique et constitutionnelle clé auprès des chefs autochtones. Diplômée des universités Carleton, York et Cambridge, la juge Turpel‑Lafond détient aussi un doctorat de l’École de droit de l’Université Harvard. 

Wayne Riddell (docteur en musique)
École de musique Schulich – Le mercredi 28 mai 2014 à 14 h
Considéré comme l’un des chefs de chœur les plus accomplis au Canada, Wayne Riddell est reconnu comme ayant contribué à plus grande reconnaissance des chœurs d’église et de chambre au pays, notamment par son exploration de styles musicaux variés, allant d’œuvres standard du répertoire à la musique de compositeurs canadiens contemporains. Il a fondé et dirigé pendant plusieurs années l’Ensemble vocal Tudor, qui a effectué plusieurs tournées partout au Canada et dont les concerts ont souvent été diffusés sur les ondes de la CBC. On dit de lui qu’il est un excellent pédagogue, un « chef de chœur prodige ». Organiste-maître de chapelle aux églises unies Westmount Park et Erskine and American, de même qu’à l’église St. Andrew et St. Paul, il est diplômé de McGill, où il a également enseigné. Membre de l’Ordre du Canada, Wayne Riddell a reçu de nombreuses récompenses, dont le tout premier prix Healey-Willan décerné par le Conseil des arts du Canada.

Kristina M. Johnson (docteure ès sciences)
Faculté de génie – Le jeudi 29 mai 2014 à 10 h
Reconnue à l’échelle internationale pour son apport au monde du génie, Kristina M. Johnson est surtout connue pour son travail de pionnière dans le domaine des matrices de pixels intelligents, qui ont des applications dans les affichages, la reconnaissance des formes et les capteurs haute résolution. Mme Johnson détient quelque 130 brevets américains et internationaux, a écrit plus de 140 articles, a géré plus de 40 M$ US en subventions et a joué un rôle clé dans des entreprises comme Color Link, qui fabrique des pièces pour téléviseurs à rétroprojection couleur et des lunettes stéréographiques (utilisées pour le visionnement de films en 3-D). Mme Johnson a occupé des postes administratifs de haut niveau à l’Université Johns-Hopkins et à l’École de génie Pratt de l’Université Duke. Plus récemment, elle a été sous-secrétaire à l’Énergie pour le président Barack Obama. À ce titre, elle a dirigé un plan national ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans son pays et faire la promotion des énergies propres

Blanche Lemco van Ginkel (docteure ès sciences)
Faculté de génie – Le jeudi 29 mai 2014 à 10 h
Architecte, enseignante et urbaniste, Blanche Lemco van Ginkel a exercé une grande influence sur les paysages urbains dans le monde. Nulle part ailleurs cependant sa vision et sa ténacité n’auront eu plus d’impact qu’ici, à Montréal, où elle a débuté sa carrière. En collaboration avec son défunt mari, Sandy, Blanche van Ginkel a joué un rôle clé dans la préservation du Vieux Montréal dans les années 1960 et piloté avec courage le mouvement de protection du versant sud du Mont Royal contre les promoteurs. Plus tard, le couple a participé à la conception du site de l’Expo 67. Blanche van Ginkel est l’une des premières à avoir défendu le design intégré et moderniste auprès de plusieurs générations d’architectes et d’urbanistes. Au nombre des travaux qu’elle a menés à l’Atelier Le Corbusier à Paris figurait l’Unité d'Habitation de Marseille, considérée comme un chef-d’œuvre du modernisme européen. Ancienne doyenne de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de Toronto, elle a enseigné à McGill, à l’Université de Montréal, à Harvard et à l’Université de Pennsylvanie.

Carol L. Prives (docteure ès sciences)
Sciences de la santé (Faculté de médecine et Faculté de médecine dentaire) – Le jeudi 29 mai 2014 à 14 h
Montréalaise d’origine, Carol Prives a obtenu un baccalauréat et un doctorat à l’Université McGill. Après un stage postdoctoral au Collège de médecine Albert Einstein, elle a passé plusieurs années à l’Institut Weizmann avant de se joindre au Département des sciences biologiques de l’Université Columbia. Depuis la fin des années 1980, elle concentre ses recherches sur la protéine suppresseuse de tumeur p53, produit du gène le plus fréquemment muté dans les cas de cancers humains. Par ses travaux, elle a jeté un éclairage sur la façon dont la protéine p53 régule la croissance des cellules normales et la malignité. La professeure Prives détient un professorat de recherche de la Société américaine du cancer et est membre de l’Académie américaine des arts et des sciences, de l’Institut de médecine des États-Unis et de l’Académie nationale des sciences des États-Unis. On lui a aussi décerné, entre autres, le prix Rosalind E. Franklin pour les femmes en science, le prix Paul Janssen pour les biotechnologies et la médecine de pointe et le prix de conférence à la mémoire de Charlotte Friend de la division de recherche sur les cancers féminins de l’Association américaine de recherche sur le cancer.

JOHN WOOD (docteur ès lettres)
Faculté des sciences de l’éducation – Le vendredi 30 mai à 10 h
Après avoir travaillé comme cadre supérieur chez Microsoft au cours des années 1990, John Wood a quitté son poste pour créer, en 2001, l’organisme sans but lucratif Room to Read. L’organisme a depuis recueilli plus de 300 millions de dollars, recruté au-delà de 12 000 bénévoles dans 57 villes et est devenu l’un des dix organismes de bienfaisance les plus suivis sur les réseaux sociaux. Room to Read a transformé la vie de plus de huit millions d’enfants en leur donnant un meilleur accès à une éducation de haute qualité. Jusqu’à maintenant, l’OSBL a établi au-delà de 1 750 écoles, créé 16 000 bibliothèques, distribué 13 millions de livres dans plus de dix pays en développement et subventionné des bourses d’études à long terme pour plus de 25 000 jeunes filles. D’ici la fin de 2015, Room to Read aura aidé son dix-millionième étudiant. M. Wood a cumulé trois mandats à titre de membre du comité consultatif de l’Initiative mondiale Clinton. Il enseigne à l’École supérieure des sciences de l’éducation de Harvard ainsi qu’à l’École de gestion Stern de l’Université de New York. Il est diplômé des universités du Colorado et Northwestern.

John McCall MacBain (docteur en droit)
Faculté de gestion Desautels – Le vendredi 30 mai 2014 à 14 h
Après une impressionnante carrière internationale dans le milieu des annonces classées avec son entreprise Trader Classified Media, John McCall MacBain et son épouse Marcy ont mis sur pied, en 2006, la Fondation McCall MacBain. Depuis sa création, la fondation a versé 200 millions de dollars à diverses initiatives. Diplômé de McGill (et ancien leader étudiant), M. McCall MacBain a décidé de soutenir les étudiants de son alma mater en créant des bourses de recherche et d’études ainsi que des programmes d’aide financière, dont la Bourse de recherche McCall MacBain de la Faculté des arts et la Bourse d’admission Prestige McCall MacBain. En 2013, John McCall MacBain est devenu le plus important donateur individuel de la Fondation Rhodes en 110 ans, consolidant ainsi le programme actuel et l’étendant aux étudiants chinois, brésiliens et russes. Son apport lui a valu le titre de Second Century Founder de la Fondation Rhodes, créée par Cecil Rhodes. Lui-même boursier Rhodes, M. McCall MacBain détient une maîtrise en arts de l’Université Oxford et un MBA de Harvard.

Randall S. Prather (docteur ès sciences)
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement – Le lundi 2 juin à 10 h
Professeur de biotechnologie de la reproduction à l’Université du Missouri et codirecteur du Centre national sur la recherche porcine de cet établissement, Randall Prather est reconnu dans le monde entier pour ses études sur les cellules germinales femelles, la fécondation et le développement embryonnaire précoce. Il est considéré comme une sommité dans l’application des biotechnologies à l’étude du développement embryonnaire précoce et des modifications génétiques des embryons porcins. Ses travaux transgéniques sur embryons porcins ont été à l’origine des premiers porcs clonés à la fin des années 1980 et ont servi de fondements à la majeure partie des travaux sur modèle animal, qui sont maintenant considérés comme essentiels à la santé et à la fertilité humaines. En 2011, il a reçu le prix de l’agroscientifique émérite de la Christopher Columbus Fellowship Foundation, à Washington D.C. Il est diplômé de l’Université d’État du Kansas et de l’Université du Wisconsin à Madison.

Gurdev S. Khush (docteur ès sciences)
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement – Le lundi 2 juin à 14 h 30
Agronome de renommée mondiale, Gurdev Singh Khush s’est joint à l’Institut international de recherche sur le riz (IIRR) en 1967 comme sélectionneur avant d’être nommé chef de la division quelques années plus tard. Durant sa carrière à l’IIRR, M. Khush a dirigé le programme de mise au point de variétés de riz améliorées, qui ont marqué le début de la révolution verte. Il a conceptualisé et mis au point un nouveau type de riz, communément appelé le « super riz », dont le potentiel de rendement est de 20 pour cent plus élevé. Le Time Magazine a inscrit le super riz au palmarès des meilleures nouvelles environnementales de 1994. Grâce à l’adoption de ces variétés modernes, l’offre mondiale de riz a doublé, permettant à plusieurs grands pays producteurs de riz d’assurer leur autosuffisance. La contribution de M. Khush à la sécurité alimentaire mondiale a été soulignée par de nombreux prix et distinctions partout dans le monde, dont le Prix mondial de l’alimentation en 1996 et le Prix Wolf en 2000. Ronald P. Cantrell, ex-directeur général de l’IIRR, a résumé l’apport de M. Khush en ces termes : « (…) par son œuvre, il a contribué à nourrir près de la moitié de l’humanité ». Gurdev Singh Khush est diplômé de l’Université agricole du Panjab et de l’Université de Californie à Davis.

Karen Armstrong (docteure en théologie)
Faculté des arts et Faculté d’études religieuses – Le mardi 3 juin 2014 à 10 h
Spécialiste en étude des religions comparées et l’une des plus éminentes commentatrices des questions religieuses au monde, Karen Armstrong est déterminée à rehausser la compréhension entre les divers groupes religieux de la planète. Dans sa récente Charte de la compassion, elle fait parler d’une même voix des gens de toutes les confessions. Elle rappelle au monde que le précepte fondamental de la compassion s’inscrit au cœur de toutes les religions, malgré leurs différences, et souligne que la compassion nous incite à nous mettre à la place d’autrui. Ambassadrice de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, Mme Armstrong est la récipiendaire de nombreuses distinctions, dont le prix de la liberté de culte de l’Institut Franklin et Eleanor Roosevelt, le prix du savoir international de la Nationalencyklopedin de Suède, le prix TED, le prix Jack P. Blaney, le prix Al-Rodhan de l’Académie britannique pour l’amélioration des relations transculturelles et le prix communautaire Gandhi-King-Ikeda du College Morehouse, attribué à une personnalité qui agit pour la paix dans le monde. Karen Armstrong est diplômée de l’Université Oxford.

Denise Chong (docteure ès lettres)
Faculté des arts – Le mardi 3 juin à 14 h 
L’économiste et auteure Denise Chong est une Canadienne de troisième génération d’origine chinoise dont les livres dépeignent des incidents et des relations ordinaires vécus lors de périodes extraordinaires. Deux de ses livres racontent l’expérience d’immigrants en retraçant la vie de premières familles chinoises au Canada, dont la sienne. Deux autres, sur fond de guerre et d’agitation sociale, dressent le portrait de gens courageux qui ont fini par obtenir le droit d’asile au Canada et sont un véritable hymne à la liberté d’expression et aux droits de la personne. Dans un discours qu’elle a prononcé en 1994, elle dit : « Pour moi, être Canadienne, c’est appartenir. J’appartiens à une famille. J’appartiens à une communauté de valeurs ». Et ce sentiment d’appartenance l’a incitée à redonner à son pays. Elle est reconnue pour son engagement civique à des causes sociales, et plus particulièrement pour son soutien aux droits de la personne et aux arts. Denise Chong est diplômée de l’Université de la Colombie-Britannique et de l’Université de Toronto.

Rubin Gruber (docteur ès sciences)
Faculté des sciences – Le mercredi 4 juin à 10 h
Rubin Gruber a été un entrepreneur prospère dans les domaines des télécommunications et de la communication de données pendant plus de 40 ans. Il a fondé plusieurs entreprises et siège maintenant au conseil de plusieurs autres. M. Gruber a décroché un baccalauréat ès sciences de l’Université McGill en 1965. Ayant bénéficié des bourses McConnell, il a établi le Fonds de bourses Rubin Gruber pour les étudiants de son alma mater. « L’objectif fondamental de cette bourse est de donner aux étudiants méritants la chance de recevoir une éducation de qualité et d’ainsi améliorer leurs perspectives d’avenir et celles de leur famille. » En plus d’offrir cette bourse, M. Gruber a enseigné les rudiments de l’entrepreneuriat et les stratégies de développement d’entreprises en démarrage à McGill. Rubin Gruber détient également un diplôme d’études supérieures de la Wayne State University.

Fabiola Gianotti (docteure ès sciences)
Faculté des sciences – Le mercredi 4 juin 2014 à 14 h
Par ses réalisations scientifiques et son leadership exceptionnel, Fabiola Gianotti a contribué à des percées majeures en physique des particules subatomiques. Élue à la tête du projet ATLAS au Grand collisionneur de hadrons de l’organisation CERN, basée en Suisse – expérience regroupant 3 000 chercheurs de 169 institutions dans 37 pays et considérée comme l’une des plus imposantes jamais réalisées – elle a joué un rôle déterminant dans la récente découverte de la particule subatomique connue sous le nom de boson de Higgs. Les remarquables succès de Mme Gianotti ont été salués en dehors des cercles scientifiques : elle a été classée parmi les 100 femmes les plus puissantes du monde par le magazine Forbes et a été finaliste au titre de personnalité de l’année du magazine Time en 2012. Mme Gianotti est diplômée de l’Université de Milan.

Pour plus de renseignements sur les cérémonies de collation des grades du printemps de l’Université McGill (page en anglais) : http://www.mcgill.ca/students/graduation/convocation/spring-2014-convocation-ceremonies

Coordonnées

Contact: Julie Fortier
Organisation: Media Relations Office
Courriel:
Téléphone au bureau: 514 398-6751
Catégorie:
Site de source: /newsroom
Classification: