Quick Links

De meilleures prévisions météo – dès maintenant

Nouvelles

Publié: 27 Mai 2011

Grâce aux travaux de M. K. Yau, professeur au Département des sciences atmosphériques et océaniques de l’Université McGill et titulaire de Chaire de recherche industrielle CRSNG-Hydro-Québec sur la prévision des précipitations à court terme, de meilleurs modèles informatiques sont en cours de développement dans le but d’améliorer les techniques de prévision des précipitations à court terme.

Un professeur de McGill met au point des techniques améliorées de prévision des précipitations à court terme

Prédire les précipitations avec exactitude revêt une importance capitale, notamment pour la prévision des inondations et le maintien d'un approvisionnement suffisant en eau douce pour la consommation humaine. La capacité d'évaluer le débit d'eau entrant dans les réservoirs est également essentielle à la production et à la distribution efficaces d'hydroélectricité.

Grâce aux travaux de M. K. (Peter) Yau, professeur au Département des sciences atmosphériques et océaniques de l'Université McGill et titulaire de Chaire de recherche industrielle CRSNG-Hydro-Québec sur la prévision des précipitations à court terme, de meilleurs modèles informatiques sont en cours de développement dans le but d'améliorer les techniques de prévision des précipitations à court terme (de 24 à 48 heures avant l'évènement).

Les prévisions des précipitations mises au point par le professeur Yau reposent sur l'établissement de représentations novatrices des processus associés aux nuages, qui intègrent des observations radars de haute résolution des conditions météorologiques aux conditions initiales des prévisions modélisées. Ces efforts visent à mettre au point un système probabiliste de prévision des précipitations à l'échelle régionale et à étudier la formation ainsi que la distribution des précipitations dans des systèmes de fortes précipitations - autrement dit, comprendre pourquoi, dans un même système de tempête, il neige beaucoup plus à un endroit qu'à un autre.

La compréhension des processus associés aux précipitations et l'amélioration éventuelle des prévisions quantitatives des précipitations répondent à une grande question non résolue en sciences de l'atmosphère et auront une incidence importante non seulement sur la production d'hydroélectricité, mais aussi sur de nombreux autres aspects de l'économie canadienne, dont l'agriculture, le transport et la sécurité routière.

La Dre Rose Goldstein, vice-principale à la recherche et aux relations internationales de l'Université McGill, souligne l'importance de ces travaux et les bénéfices découlant du partenariat entre l'organisme de financement, l'industrie, l'Université et le gouvernement. « Le partenariat entre Hydro‑Québec, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), Environnement Canada et les chercheurs de l'Université McGill ouvre la voie à des possibilités uniques d'amorcer une collaboration prometteuse à l'égard de la réponse aux besoins locaux, nationaux et internationaux de meilleures prévisions des précipitations », a indiqué la docteure Goldstein. « L'Université McGill consolidera ainsi sa position fort enviable à l'échelle mondiale en ce qui a trait à la recherche sur les précipitations, et est ravie que lui soit offerte cette possibilité d'œuvrer à l'essor de ce secteur d'activité à titre de centre du savoir mondial. Je profite de cette occasion afin de remercier Hydro‑Québec, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et Environnement Canada pour leur apport à cette initiative d'envergure, laquelle contribuera à assurer une source d'énergie à la fois plus sécuritaire et plus stable pour l'avenir. »

« La détermination et la prévision des précipitations qui alimentent les rivières et les grands réservoirs revêtent une importance stratégique pour les exploitants de centrales hydroélectriques comme Hydro-Québec, a souligné M. Gaétan Lantagne, directeur scientifique de l'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ). C'est pourquoi, Hydro-Québec est fière de s'associer à la création de cette Chaire de recherche qui constitue, non seulement, un point d'appui important pour le développement de nouveaux modèles numériques de prévisions météorologiques, mais également un lieu privilégié de formation », a t-il ajouté.

« Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada investit dans les gens, la découverte et l'innovation, ce dont l'ensemble des Canadiens tire profit », a souligné madame Suzanne Fortier, présidente de l'organisme. « Le professeur Yau collaborera étroitement avec les équipes scientifiques d'Hydro-Québec et d'Environnement Canada, et leur interaction assurera la pertinence immédiate des résultats colligés par la Chaire pour l'ensemble des partenaires, tout en offrant aux étudiants la possibilité exceptionnelle d'œuvrer à la résolution de problèmes appliqués au sein de cet important domaine de recherche. »

 

Site Internet du professeur Yau : http://www.mcgill.ca/meteo/facultystaff/faculty/yau

Hydro-Québec http://www.hydroquebec.com/fr/index.html

Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada http://www.nserc-crsng.gc.ca/index_fra.asp

Division de la recherche météorologique d'Environnement Canada http://www.ec.gc.ca/meteo-weather/default.asp?lang=Fr&n=40E402D6-1

 

Coordonnées

Contact: Katherine Gombay
Organisation: Relations avec les médias
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-2189
Site de source: /newsroom
Classification: