Quick Links

De meilleures conditions de travail pour les bas salaires : Une amélioration des résultats pour les entreprises

Nouvelles

Publié: 19 Mai 2010

Structure, récompenses et engagement sont les clés de la rentabilité, explique Jody Heymann

Structure, récompenses et engagement sont les clés de la rentabilité, explique Jody Heymann

Publié dans la Harvard Business Review, un nouveau rapport signé par la professeure de McGill Jody Heymann explique comment les entreprises du monde entier ont amélioré leurs résultats et leurs bénéfices en offrant de meilleures conditions de travail à leurs employés à bas salaire.

Le rapport décrit dans le détail les changements fondamentaux apportés aux stratégies d'entreprise pouvant servir de modèles à des innovations destinées aux bas salaires, et pour stimuler la croissance de l'emploi et augmenter la rentabilité.

Heymann participera à une conférence de presse par téléphone aujourd'hui, le 19 mai, à 13h00 (HAE). Pour y accéder, composez le  888-500-6974 (sans frais) et entrez le code de passe « Job Quality.»

« Ces entreprises sont rentables pour leurs propriétaires, leurs actionnaires et leurs employés en raison des bonnes conditions qu'elles offrent à ces derniers », explique la professeure Heymann, directrice-fondatrice de l'Institut des politiques sociales et de la santé et du Projet mondial sur les familles au travail à McGill et directrice de l'Initiative Travail, famille et démocratie à l'Université Harvard. « Ces entreprises ont réussi pour une raison bien simple. La manière dont le travail est structuré et récompensé et la manière dont les conditions de travail sont conçues favorisent l'engagement des salariés et sont au cœur de la rentabilité des entreprises et de la qualité de la vie professionnelle quotidienne de leurs employés, qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes. Ce sont les salariés qui déterminent 90 pour cent de la rentabilité de la plupart des entreprises. »

Les entreprises étudiées dans le cadre de ce rapport représentent un échantillon de petites, moyennes et grandes entreprises où travaillent entre 27 et 126 000 hommes et femmes.

Le rapport, intitulé Profit at the Bottom of the Ladder, explique comment mettre en place avec succès cinq recommandations fondamentales :

  • Déployer des mesures d'incitation au bas de l'échelle salariale.
  • Promouvoir la santé des employés dont les salaires sont les plus bas.
  • Former les employés à tous les niveaux de l'entreprise.
  • Encourager la participation des employés subalternes et tenir compte de leurs meilleures recommandations.
  • Prendre des mesures stratégiques favorisant la croissance des entreprises et des communautés au sein desquelles elles exercent leurs activités.

« Les entreprises dont il est question dans ce rapport sont parvenues à changer la vie de leurs employés les moins favorisés, tout en dégageant des bénéfices », explique la professeure Heymann. « Pour ce faire, elles ont donné accès à leurs employés à bas salaires aux conditions généralement réservées aux cadres et cadres supérieurs, à savoir des augmentations salariales, des primes de productivité et des formules d'intéressement aux bénéfices, de même que des congés payés et plus de souplesse dans les horaires de travail, une protection médicale et de nombreux autres avantages. »

Un résumé plus détaillé du rapport figure à l'adresse suivante : http://francais.mcgill.ca/ihsp/

Coordonnées

Contact: Pascal Zamprelli
Organisation: Service des relations avec les médias
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-1385
Site de source: /newsroom
Classification: