Quick Links

Crise cardiaque indolore plus fréquente chez les femmes

Nouvelles

Une étude menée par l’IR-CUSM évalue les différences entre les sexes et les groupes d’âge
Publié: 23 Sep 2013

La douleur thoracique est reconnue comme étant un symptôme de troubles cardiaques. Cependant, selon une étude menée par L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), une femme sur cinq, âgée de moins de 55 ans, qui subit une crise cardiaque n’expérimente pas cette douleur. Ces résultats sont les premiers à décrire ce phénomène chez les jeunes femmes et sont le fruit des recherches menées au Canada par des institutions partenaires dont l’Université de la Colombie-Britannique. L’étude, publiée par le journal JAMA Internal Medicine, a des implications chez les professionnels de la santé en soins d’urgence et les personnes à risque, en sachant que chaque seconde compte lorsqu’il est question de l’exactitude d’un diagnostic et du traitement à la suite d’une crise cardiaque.

« Nous devons nous départir de l’image de l’homme plus âgé qui s’agrippe la poitrine, lorsque l’on pense au syndrome coronarien aigu (SCA, le terme général pour désigner à la fois les crises cardiaques et l’angine de poitrine) », explique l’auteure principale de l’étude, Dre Louise Pilote, directrice du service de Médecine générale interne au CUSM, et professeure agrégée au département de médecine à l’Université McGill. « En réalité, la douleur thoracique, l’âge et le sexe ne sont désormais plus les déterminants d’une crise cardiaque. »

Selon la Dre Pilote, cette étude démontre que les jeunes et les femmes qui se présentent à l’urgence sans douleur thoracique, mais avec d’autres symptômes évocateurs du SCA comme un sentiment de faiblesse, des difficultés respiratoires et/ou des battements cardiaques rapides, sont en détresse. « Nous devons être en mesure de reconnaitre ces indices et de  nous adapter à une nouvelle norme d’évaluation pour ses groupes non reconnus jusqu’ici  comme  les jeunes femmes », dit-elle.

« Dans le contexte de l’urgence, les femmes âgées de moins de 55 ans sont plus susceptibles que les hommes de recevoir un mauvais diagnostic et présentent donc un risque de décès plus élevé », ajoute Dre Nadia Khan, première auteure de l’étude et professeure agrégée de médecine à l’Université de la Colombie-Britannique. « Le public et les médecins doivent être sensibilisés au problème. »

La douleur n’est pas un indicateur de la sévérité du cas

Les docteures Pilote et Khan et leurs collègues ont évalués plus de 1000 jeunes patients hospitalisés à la suite d’un SCA. Ils ont trouvé que les femmes sont beaucoup moins susceptibles de faire l’expérience de douleur thoracique comparativement aux hommes et que l’absence de ce type de douleur n’est pas le signe  d'une crise cardiaque moins grave. Les patients sans douleur thoracique ont en général présenté moins de symptômes, mais le degré de sévérité de leur SCA n’a pas été moins élevé. Leur diagnostic de SCA s’est fait grâce à d’autres évaluations cardiologiques détaillées.

« Il est important de se rappeler que la douleur thoracique est un des indicateurs principaux du SCA, mais ce n’est pas le seul », dit Dre Pilote.

« Il faut reconnaitre que même s’il n’y a pas de douleur thoracique, quelque chose de très sérieux peut tout de même être en train d’arriver », ajoute Dre Khan.

Cette recherche a été rendue possible grâce au financement de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Coordonnées

Contact: Julie Robert
Organisation: McGill University Health Centre
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-843-1560
Catégorie:
Site de source: /newsroom
Classification: