Shiva Mazrouei-Seidani
Shiva Mazrouei-Seidani, pendant son stage auprès de l’organisme Children of Bududa.

Apprendre au-delà des murs de l’Université

Lorsque vous réfléchissez à votre expérience universitaire, vous vous souvenez probablement de classes, de pupitres et de laboratoires. Cependant, pour les étudiants de McGill d’aujourd’hui, l’apprentissage sur le campus ne représente qu’une facette de l’éducation qui peut comprendre une variété d’expériences concrètes, notamment élaborer des systèmes d’épuration de l’eau pour les collectivités démunies en Inde, offrir du soutien aux Ghanéennes victimes de violence et ainsi transformer leur vie et promouvoir l’exercice chez les personnes atteintes d’autisme et de troubles du développement à quelques pas du campus de Montréal.

Shiva Mazrouei-Seidani, étudiante en sciences politiques et en études moyen-orientales, s’est rendue l'été dernier dans l’est de l’Ouganda pour travailler auprès de Children of Bududa, programme de parrainage d’enfants. « Mon travail m’amenait à visiter les maisons des enfants, à évaluer leurs conditions de vie et à suggérer des améliorations », a expliqué Mme Mazrouei-Seidani.

Son expérience unique s’est réalisée grâce au Programme de stages pratiques qui a permis à plus de 200 étudiants de travailler auprès d’organismes liés à leurs domaines d’études dans 47 pays, sur quatre continents, au cours de la dernière année seulement. Nombre de ces stages, comme celui de Mme Mazrouei-Seidani, ont été rendus possibles au moyen de dons philanthropiques.

« Grâce à mon stage, j'ai renforcé ma relation avec mes sujets d'étude, et je sais maintenant précisément pourquoi j'étudie dans ces domaines, a déclaré Mme Mazrouei-Seidani, titulaire de la Bourse de stage David-Tarr-et-Gisèle-Chèvrefils. Il a alimenté ma passion pour l’aide humanitaire en me faisant découvrir les visages, les noms et les histoires des gens que je veux aider dans le cadre de ma carrière. »

À la Faculté de génie et à la Faculté de gestion Desautels, les bourses Rio Tinto-Richard Evans du programme d'échange international, créées par Rio Tinto Alcan et nommées ainsi en l’honneur de l’ancien président de l’entreprise, Richard Evans, amènent les étudiants au cœur de différentes cultures par l’entremise d’échanges, de stages et de projets de recherche internationaux.

Les étudiants du campus Macdonald bénéficient eux aussi du soutien de la campagne. Connu comme le « roi de la canneberge » au Québec et comme un inconditionnel bienfaiteur de l’Université McGill, Marc Bieler, Dip. (agriculture) (1958), B. A. (1964), a fait un don de un million de dollars pour la création d’un bureau des stages afin que les étudiants puissent acquérir de l’expérience en milieu du travail et sur le terrain (dans certains cas au sens propre de cette expression).

Les stages « […] leur permettent d’orienter leurs choix d'études ou de savoir ce qu'ils n’aiment définitivement pas », explique la responsable du Bureau des stages pratiques, Lindsay O'Connell, B. A. (2005). En trois années, Mme O’Connell a trouvé des stages pour 100 étudiants. « Le nombre de stages ne fait que doubler d’un été à l’autre, dit-elle. Certains étudiants travaillent même à plein temps dans l’entreprise dans laquelle ils font leur stage. »

L’objectif de M. Bieler était d’aider les étudiants à se tailler une place en milieu de travail. « Il est important pour McGill de tisser des liens avec les entreprises canadiennes, plus particulièrement les entreprises québécoises, et pour les étudiants de participer aux entreprises d’ici », mentionne-t-il.

De Mascouche au Mali et de la ferme au conseil d’administration, les philanthropes nous aident faire travailler les étudiants doués de McGill partout dans le monde et de faire nos campus, autant de fenêtres sur le monde.