Mahdi Taha
Mahdi Taha, étudiant en génie mécanique, avec le prototype du gant numérique destiné à aider les victimes d’AVC, dont il a contribué à la conception.

Changer le monde par la science

Reginald Fessenden, inventeur né au Québec et l’un des premiers à réussir la transmission de la voix et de la musique, a écrit ceci : « Un inventeur est une personne qui comprend l’applicabilité d’un moyen de répondre à une demande cinq ans avant que les spécialistes ne la perçoivent. » Fessenden a obtenu de nombreux brevets pour les technologies qu’il a mises au point, de la télévision aux balles traçantes, mais les innovateurs d'aujourd'hui doivent surmonter beaucoup d'obstacles pour commercialiser leurs idées.

Le petit-neveu de M. Fessenden a posé des gestes concrets pour venir en aide aux inventeurs. John Blachford, B.Eng. (1959), Ph.D. (1963), président de l’entreprise de fabrication sur mesure H. L. Blachford Ltée, a engagé 1,25 million $ pour créer la chaire professorale Fessenden en science de l'innovation, vouée à la mise en place d’entreprises essaimées dont les activités reposent sur des travaux de recherche de pointe solides. Le premier prix a été décerné à Paul Wiseman, professeur agrégé de physique et de chimie pour la mise au point d’un appareil qui détecte la malaria, fléau mondial qui touche de 350 à 500 millions de personnes chaque année et pour lequel on signale trois millions de décès chaque année.

M. Wiseman est très reconnaissant pour le prix qui, à ses yeux, lui confère une souplesse fort appréciée pour donner suite à sa remarquable percée. « Diriger un groupe de recherche, c’est comme exploiter une petite entreprise. Il est difficile d’accorder une valeur monétaire à ce soutien », affirme-t-il.

« Non seulement la décision de John Blachford de faire un don extrêmement généreux à McGill et à la Faculté honore-t-elle son grand-oncle, sa vision nous aide aussi à garantir que McGill puisse produire des inventeurs comme Fessenden à l’avenir », affirme Martin Grant, doyen de la Faculté de sciences.

Peu d’innovateurs incarnent l’esprit du transfert d’idées du laboratoire aux tablettes des magasins comme l’investisseur en capital de risque Ronald Chwang, B.Eng. (1972). Avec sa femme May Seto, B.Ed. (1975), M. Chwang a investi 1 million $ pour permettre de nouveaux projets de recherche et développement en créant deux bourses de recherche Chwang-Seto.

Lauréat, professeur adjoint en génie mécanique et spécialiste en microsystèmes électromécaniques, Xinyu Liu met au point des systèmes microrobotiques pour manipuler des cellules et des organismes afin de mieux comprendre leur physiologie. Le deuxième lauréat, Brett Meyer, professeur adjoint en génie électrique et informatique, élabore un programme de systèmes intégrés, des ordinateurs servant à des applications spécialisées qui sont intégrés à de plus grands appareils qui ont diverses applications pratiques, de la détection aux technologies automobiles.

Le don de 2 millions $ de William Seath, B.Eng. (1952) visant à encourager les entreprises en démarrage et les partenariats stratégiques représente un autre essor donné à la coopération entre l’Université et l’industrie. Les bourses d’innovation en ingénierie William et Rhea Seath soutiendront la recherche en entrepreneuriat, et un responsable à plein temps du développement et de la promotion de la recherche industrielle fera la promotion de la commercialisation de la recherche, nouera des contacts dans l’industrie et aidera les chercheurs à créer des entreprises essaimées.

« Je voulais que mon don profite non seulement à McGill, mais aussi à l’industrie et à l’économie, déclare M. Seath, ancien ingénieur en aviation qui a travaillé pour Pratt & Whitney Canada. J’espère que ce soutien permettra à l’Université d’obtenir les ressources nécessaires pour stimuler de nouvelles découvertes et trouver des applications concrètes pour les connaissances qui en découlent, au lieu de faire de la science pour la science. »