Anthony Howell, technicien en conservation, organisant les spécimens à utiliser dans le laboratoire Hylcan.

Restauration et mise à niveau du Musée Redpath

Tous ceux qui ont fréquenté l’Université McGill connaissent le vénérable Musée Redpath, non seulement pour sa place d’honneur sur le campus du centre-ville, mais également pour sa superbe collection d’histoire naturelle. Bâti en 1882, il est l’un des plus vieux musées du Canada et représente un centre pluridisciplinaire unique au sein de la Faculté des sciences.

Le musée a attiré plusieurs donateurs au cours des années, notamment M. Duncan M. Hodgson, philanthrope qui a aussi aidé à financer l'Institut neurologique de Montréal. À l’origine, M. Hodgson a donné un gorille au musée, ainsi que d’autres espèces à la suite de son expédition au Congo dans les années 1930 pour l’Université McGill. Le lion à crinière noire, rapporté d’une expédition au Tanganyika dans les années 1950, a également été offert par ce philanthrope, dont la mémoire est même honorée dans la galerie Hodgson et la salle de conférence.

C'est cependant grâce à la fondation Hylcan, établie par M. Hodgson en l'honneur de sa femme Hylda et maintenant exploitée par ses descendants, que le musée a bénéficié d’une rénovation nécessaire au cours des dernières années. En effet, le don généreux de la fondation à l’occasion de la Campagne de financement McGill a permis de rénover de fonds en combles le laboratoire d'enseignement du musée et d’y installer de l'équipement audiovisuel dernier cri afin de redonner à l'installation sa gloire passée.

« La rénovation du laboratoire d’enseignement du Musée Redpath a grandement amélioré l’enseignement de premier cycle et aidé le groupe de recherche du musée, affirme Hans Larsson (B. Sc. 1994), professeur adjoint et paléontologue associé au musée.

L’espace est utilisé intensivement par environ 250 étudiants par année. Chaque cours comprend une partie en laboratoire exigeant un espace de grande qualité pour les dissections, la microscopie et l'affichage informatisé des images. La qualité de cet espace s’est traduite par un nouveau degré de cohésion entre les membres du personnel du musée et les étudiants. »