Le professeur Jamil Ragep, directeur de l'Institut d'études islamiques

Pour le maintien de cultures fortes

Une université reconnue mondialement se doit de promouvoir les idées nouvelles et les discussions enrichissantes. Pendant la Campagne de financement McGill, des dons générateurs de transformations destinés à deux importants domaines d’étude ont permis à l’Université d’étendre la portée de son discours culturel.

En 2012, l’État du Qatar a souligné le 60e anniversaire de l’Institut d'études islamiques en lui faisant un don de 1,25 million $. De son côté, le Département d’études juives a reçu, à l’approche de son 45e anniversaire, un don exceptionnel d’un million $ de la succession de Simon et Ethel Flegg, don qui reflète l’importance que ces derniers accordent aux études juives.

Tout comme les Flegg, Eric Caplan, directeur des études juives, est d’avis que l’éducation permet aux juifs et aux non-juifs de croyances variées de mieux comprendre le point de vue des autres. « De telles expériences d’apprentissage démontrent que les juifs ne sont pas si différents les uns des autres qu’on pourrait le croire à première vue », dit-il.

De la même façon, l'Institut d'études islamiques, depuis sa fondation en 1952, s’efforce d’intéresser les musulmans et les non-musulmans à l’étude de la civilisation islamique, ce que n’a pas manqué de reconnaître Son Excellence Salem Al-Shafi, premier ambassadeur du Qatar au Canada. Le don de ce pays a financé une série de conférences, des expositions et des cours en l'honneur de l'important anniversaire de l'Institut.

« Nous croyons que l’Institut partage notre vision : la connaissance et l’éducation sont essentielles pour relever les défis de notre monde en plein changement. Elles nous fournissent des outils pour améliorer notre compréhension de la relation en constante évolution qui lie la religion et l’humanité, et de la façon dont elle a contribué à notre bien-être et à la coexistence des peuples », de dire Son Excellence Al-Shafi.