Stephen Huddart, président et chef de la direction de la fondation de la famille J.W. McConnell, pendant une conférence.

Aller au-delà des pratiques traditionnelles

« Le monde des affaires repose sur un principe d’interconnexion, et les gestionnaires doivent savoir comment prendre des décisions selon une approche multidisciplinaire complète », affirme Steve Maguire, professeur adjoint et directeur de l'Institut de gestion intégrée Marcel Desautels.

Créé en 2008 grâce à un don de 10 millions de dollars du philanthrope Marcel Desautels, CM, O.Ont., LL.D., 2007, l’Institut vise à éliminer les obstacles entre disciplines et à instaurer une approche globale de l’enseignement de la gestion. En favorisant l’intégration complète des disciplines, l’Institut vise également l’intégration de l’enseignement, de la recherche et de la pratique afin d’offrir aux étudiants la meilleure expérience d’apprentissage possible. « En incorporant recherche et expérience pratique, les étudiants repoussent les limites du savoir universitaire tout en saisissant les réalités concrètes de la gestion, explique M. Maguire.

Nous savons également que les problèmes écologiques, sociaux et économiques de la planète sont intimement liés aux problèmes auxquels les gestionnaires sont confrontés en entreprise, poursuit-il. Il devient de plus en plus nécessaire de former des dirigeants capables de prendre conscience de ces préoccupations et de les aborder de tous les points de vue. » Dans cet ordre d’idées, l’Institut a établi cinq priorités thématiques : des paramètres et une gestion du risque solides, l’innovation, la santé, le bien-être social et la durabilité.

« Ces trois dernières valeurs sont souvent jugées incompatibles avec les deux premières, mais notre mission professorale vise à les réconcilier, affirme M. Maguire. Notre approche est réellement interdisciplinaire; nous travaillons donc avec des personnes à l’échelle de la Faculté et de l'Université afin d’instaurer un apprentissage global de la gestion. »

Dans le cadre de son mandat, qui consiste à intégrer ces préoccupations thématiques à l’enseignement, à la recherche et à la sensibilisation au sein de Faculté de gestion Desautels, l’Institut a accordé deux ans à cinq boursiers pour concevoir trois cours en développement durable. Ces cours pourraient être le fondement d’une nouvelle spécialisation en gestion durable du baccalauréat en commerce, voire d’une majeure dans ce domaine d’études. Toutefois, l’Institut a déjà mis sur pied des initiatives formidables. En septembre 2012, l’Institut a organisé un atelier réunissant des étudiants en chimie et des étudiants à la maîtrise en administration des affaires afin qu’ils proposent des façons de commercialiser les technologies vertes.

Le premier cours de l'Institu, soit Introduction to Social Entrepreneurship and Social Innovation, a été inauguré le même mois. Le cours fait partie de la vaste Initiative d’économie sociale (SEI), lancée grâce aux fonds versés par KPMG ainsi que Peter Monk, B.Com., 1958 et Joan Monk, B.A., 1958, qui vise à orienter la recherche, l’enseignement et la sensibilisation vers le créneau des entreprises sociales.

« Les étudiants étaient remarquables, affirme Anita Nowak, B.A., 1997, B.Com., 1997, Ph. D., 2011, directrice de l’intégration de la SEI. « C’est le rêve de tout professeur que de voir des personnes inspirées chercher à résoudre des problèmes sociaux par le truchement des affaires et de la gestion. »

Shobhita Soor, étudiante à la maîtrise en administration des affaires associée à l’Institut, affirme avoir été attirée par ce dernier en raison de la recherche émergente que l’on y pratique et des formidables approches novatrices en matière de gestion qu’il a adoptées. Après l’obtention de son diplôme, Mme Soor espère utiliser les compétences qu’elle aura acquises pour travailler dans le domaine des services-conseils en matière de développement durable afin d’encourager les entreprises à intégrer davantage de pratiques écologiques au sein de leur industrie.

« Les valeurs, les idées et les points de vue que j’aurai acquis à l’Institut auront effet incroyablement positif sur ma carrière et me guideront vers l’atteinte mon objectif qui consiste à rendre le monde des affaires écologique », affirme-t-elle.